Sortiesjazznights.com

English

Annoncez | Contact

TOUTE L'ACTUALITÉ JAZZ DU QuÉBEC DEPUIS 2003

JazzBulletin   -   jeudi 23 novembre 2017 au mercredi 29 novembre 2017

Recevez gratuitement le JazzBulletin par courriel ou rss chaque jeudi!

Tous les événements jazz du QC dans les clubs, restos, concerts, bars, cafés et festivals !

RSS

Bulletin SJNPRO

Pour les musiciens
et professionnels
du jazz

Le Big Band de l’Université de Montréal présente « La soirée tout étoile du Big Band – Hommage à la mécène Sophie Desmarais », jeudi le 30 novembre, 19 h 30, salle Claude-Champagne.

Trompettes_BigBand_Soiree_ToutEtoile_150X150.jpgCe concert de prestige rendra hommage à l’Ambassadrice du Big Band de l’UdeM, Sophie Desmarais, dont le soutien indéfectible, depuis maintenant une décennie, a permis à cet orchestre-phare et à ses musiciens de pousser toujours plus loin leur quête d’excellence. Lors du concert du 30 novembre, des diplômés de renom de la Faculté de musique se joindront, à titre de solistes, aux musiciens du Big Band sous la direction de Ron Di Lauro. Ils interpréteront plusieurs œuvres-phares du répertoire jazz et des œuvres originales composées par des étudiants de la Faculté de musique.

Les solistes invités : Rafael Zaldivar (piano), Sonia Johnson (vocalises jazz), Rémi Cormier (trompette), Damien-Jade Cyr et Gabriel Genest (saxophones).

Parmi les réalisations de l’Ambassadrice du Big Band, soulignons la création du Fonds Sophie Desmarais pour le Big Band de l’Université de Montréal, consacré à l’attribution de bourses d’études en interprétation, à l’invitation de maîtres reconnus et au rayonnement de l’ensemble.

Salle Claude-Champagne, 220, avenue Vincent-d’Indy (métro Édouard-Montpetit).
12 $, gratuit (étudiants). Billetterie ADMISSION (1 855 790-1245) ou en vente à la porte.


Les grands concerts du Panama Jazz Festival à l'Ateneo de la Ciudad del Saber et la soirée Gala au Centre de Convention Atlapa, du 15 au 20 janvier 2018.

danilo wayne shorter.jpgUn rendez-vous international d'artistes de jazz reconnus, d'éducateurs et d'amateurs de jazz de la planète, le 15e Panama Jazz Festival (PJF) aura lieu du 15 au  20 janvier dans la Ciudad del Saber et le Vieux Quartier de la ville de Panama, transformant la capitale du pays dans la grande scène jazz de la région. En 2017, le festival attira 27,599 amateurs de bonne musique et de jazz venant du Panama, du Costa Rica, de la Colombie, du Chile, des États-Unis, du Mexique et du Canada.

Pendant le PJF plusieurs séries, lieux de concerts, ateliers et jam sessions s'offrent à nous mais soulignons les concerts de l'Ateneo de la Ciuadad del Saber (ville du savoir) et la soirée Gala au Centre de Convention Atlapa. L'Ateneo est une magnifique salle située en plein coeur de la Ciudad del Saber, ce vaste lieu de partage du savoir, où chaque soir seront présentés une foule d'artistes du Panama, des États-Unis, du Brésil, de Cuba. Ça démarre lundi le 15 janvier avec le pianiste Ran Blake (US) suivi du bassiste panaméen Santi DeBriano. Le lendemain mardi le 16 c'est au tour du saxophoniste panaméen Luis Carlos Perez et son band suivi de la chanteuse brésilienne Luciana Souza.

Mercredi le 17 janvier c'est la grande soirée Gala qui mets en vedette le Wayne Shorter Quartet (Danilo Pérez - sur photo avec Wayne - John Patitucci et Brian Blade), le chanteur pananéen Miguel Bosé, et le Global Jazz Big Band dirigé par le pianiste américain Bill Dobbins.

Jeudi le 18 janvier présentera deux projets musicaux qui a eux seuls valent le déplacement, le Pan-African Jazz Project, un collectif très allumé du Panama et de l'Égypte suivi du projet du pianiste panaméen et co-fondateur du PJF, Danilo Pérez, et son projet Panamonk revisité avec Ben Street à la basse et Terri Lynn Carrington à la batterie. Dernier soir de l'Ateneo, vendredi le 19 janvier, le saxophoniste d'origine italienne Marco Pignataro Quartet qui accueille les panaméens Carlos Agrazal au sax et Oscar Cruz aux percussions. Et pour terminer le tout le grand pianiste cubain Chucho Valdes en formation Quartet. Ça promets!

Pour en savoir plus, panamajazzfestival.com

NDLR  : www.sortiesJAZZZnights.com y sera et publiera reportages, entrevues (Wayne Shorter, Danilo Pérez et Chucho Valdes) et vidéos!


Le multi-instrumentiste Huu Bac Quach (dan bau/erhu/quena/guitare) lancait On the Steps of St-Paul’s au Petit Outremont le 21 novembre.

Huu Bac Quach 150x150.jpgC’est dans la chaleureuse intimité du Petit Outremont rempli à pleine capacité, que nous avons partagé mardi le 21 novembre ce précieux moment que fut le lancement de On the Steps of St-Paul’s (Sur le parvis de St-Paul), premier album de Huu Bac Quach, offert intégralement en spectacle.

On the Steps of St-Paul’s était présenté dans le cadre de la série Mardis Métissés de Vision Diversité et du Théâtre Outremont, un concert certes marqué par les qualités exceptionnelles de compositeur et d’interprète de ce multi-instrumentiste de grand talent qu’est Huu Bac Quach mais aussi un spectacle magnifiquement porté par la virtuosité et la complicité des musiciens du quintet : Guillaume Martineau au piano, Zoé Dumais au violon, Olivier Babaz à la contrebasse et Étienne Mason à la batterie. Un quintet qui nous a permis d’explorer toutes les nuances des pièces de cet album, la complexité des univers spécifiques du dan bau (monocorde vietnamien), de l'erhu (vièle chinoise à deux cordes), de la quena (flûte des Andes) et de la guitare jazz.

Huu nous expliques qu'il a fait un voyage de 2 ans dans le le but de composer ses premières pièces. Le voyage a donc commencé à Macau, en Chine, une ancienne colonie portuguaise. Les ruines de l'Église St-Paul à Macau, était la 1ère église catholique en Asie. Il trouvait que c'était un beau symbole de rencontre des cultures asiatiques et occidentales et a joué sur le parvis de cette église pendant 1 mois.

Pour en savoir plus, www.huubac.com
Pour écouter On the Steps of St-Paul's, c'est ici
Pour voir une vidéo, c'est ici


Le swing contagieux du guitariste Stéphane Wrembel Band dans Les Yeux Noirs lors de son passage à l'Église St-James de Trois-Rivières le 17 novembre.

Stephane Wrembel guitare.jpgJ'ai eu le plaisir de voir le Stéphane Wrembel Band lors de son passage à l'Égise St-James de Trois Rivières. Ça commence avec Improvisation 1 et Improvisation 2 de Django qu'il joue en solo, ensuite c'est Mediterranean Sundance (Al Di Meola) en duo avec le guitariste Thor Jensen, ça continue avec Montagne St-Geneviève et un valse lorsque se joint à eux le bassiste Ari Folman-Cohen. Finalement le batteur Nick Anderson se joint et s'enfilent Nuages, Big Brother et Bistro Fada - qu'il à écrit pour Woody Allen -  Apocalypse, Indifférence, Valse de Wasso, Clair de Lune et un quasi-hymne manouche Les Yeux Noirs.

Pour voir la vidéo de Les Yeux Noirs captée à l'Église St-James de Trois Rivières, vendredi le 17 novembre, c'est ici

Voici quelques questions que je lui ai posé...
------------------------------------------------------------
CT - Qu'est-ce que tu a appris dans les camps manouches qui était au delà de la musique et des notes?
------------------------------------------------------------
SW - Ça c'est difficile à expliquer. Ils ont encore un façon traditionelle d'apprendre et s'enseigner, ils n'ont pas de structure d'école, c'est donc toujours du maître à l'élève, du un a un. Surtout Ils ont une autre façon de faire, ce sont des choses qui se vivent et qui ne racontent pas avec des mots et qu'on ne peut pas décrire rationnellement. C'est comme voir un film sur Paris et le jour ou tu y va, et que tu y marches, c'est autre chose, il va y avoir ce petit quelque que tu ne peut pas décrire. Il y une autre culture, une autre façon de vivre, une autre vibe, j'ai donc appris cette technique comme ça avec eux, maître à élève. Ils ont gardé la technique et le vocabulaire de Django avec eux, mais dans un état d'esprit différent, si t'écoutes du Django ça ne sonne pas comme du jazz manouche, il y autre chose dans Django. Django c'est un peu comme un plaque tournante, tu peut prendre autre chose avec Django et aller dans différentes directions. La première approche c'est quand même avec les manouches, était Django était manouche.
------------------------------------------------------------
CT - Parles-nous les musiciens de ton band...
------------------------------------------------------------
SW - À la guitare il y a Thor Jensen qui viens plutôt du rock américain, le slide, la Strat, la Telecaster, les amplis à lampes, c'est un guitariste très très complet, c'est un des meilleurs guitaristes de rock que j'ai entendu. On a une base harmonique et rythmique, on a des structures mais à l'intérieur c'est quand même ouvert. Il connait très bien Django et le jazz, il a une très grande palette, un bon timing. À la basse on a Ari Folman-Cohen, lui il a commencé le violon classique quand il était tout petit, après il est passé  à la contrebasse, il a joué beaucoup de funk, de soul, et R&B, de choses comme ça, et après il a joué beaucoup de jazz, il a un son très puissant et un niveau d'attaque très puissant, il marque très bien le temps, c'est une tower of power comme on dit (rires), une centrale nucléaire, et avec des solos monstrueux. À la batterie on a Nick Anderson, c'est un des meilleurs batteurs au monde, très très en demande à NYC. Il a une culture musicale énorme, il joue dans des groupes de punk, de reggae, de jazz, de classique, contemporain, etc...Il joue tout très bien et a un timing et un son absolument génial. Quand il accompagne avec les balais, quand on fait du swing, j'ai jamais entendu quelqu'un accompagner comme ça.
------------------------------------------------------------
CT - Parles-me d'un moment WOW dans ta carrière, ayant joué avec plein d'excellents musiciens...
------------------------------------------------------------
Le concert de Carnegie Hall le 3 mars dernier à Django a Gogo avec Stochelo Rosenberg,  Al Di Meola, Larry Keel, c'était vraiment un moment magique, il y eu vraiment quelque chose, jouer Carnegie Hall c'est un grand moment, avec cette combinaison de joueurs, c'est quelque chose qui n'a jamais été fait tu vois. On a joué Mediterranean Sundance (Al Di Meolo), c'est le rêve de tout guitariste. J'écoute ça depuis que j'ai quinze ans. Et j'écoute Stochelo depuis l'âge de 17 ans donc c'est un de mes maîtres, ensuite jouer du Django avec Di Meola il n'a jamais fait ça, et là il joue Nuages avec nous, ensuite Indifférence, plein de trucs comme ça, c'était absolument génial.
------------------------------------------------------------
Entrevue : Claude Thibault
------------------------------------------------------------
www.stephanewrembel.com


CDJAZZ par Christophe Rodriguez

Simon Legault Quartet - Hypnagogia Polis

Comme Noël approche à grands pas et qu’il faut absolument soutenir nos interprètes d’ici, le nouveau disque du guitariste Simon Legault s’invite à vous. Du titre Hypnagogia Polis que nous pourrions considérer comme étrange mais qui se résume à l'état entre le sommeil et l'éveil, la musique fait appel à un jazz soudé, brillant, et entrecoupé de solides interventions. Comme très souvent, les grands standards de jazz ne sont pas de la partie, donc, il vous faudra une oreille plus avertie pour parfois décoder le message. Autour du guitariste, nous retrouvons le très polyvalent contrebassiste Adrian Vedady, le saxophoniste alto Jules Payette, le pianiste Andrew Boudreau et le batteur Louis-Vincent Hamel.

De ce disque particulièrement consistant nous retiendrons Nimzowitsch Defense. Cette composition en hommage au célèbre joueur d’échecs et pédagogue Aaron Nimzowitsch, est une jolie ballade qui met en valeur tous les instrumentistes. Sur Hypnagogia Polis Simon Legault est dans un mode très intérieur et tire un doux phrasé exploratoire, non dénué de sensibilité. La mécanique quantique n'étant pas à la portée de tous, le titre de Quantum Mechanicians illustre peut-être les aléas de la composition et de ses infinies multitudes. Cet album est une très belle carte de visite pour le saxophoniste Jules Payette, digné hértier de Rémi Bolduc et d'un peu de Jackie McLean. Parfois un peu académique et manquant de « sourire », cette nouvelle pierre au jazz montréalais est salutaire par le temps qui courent.

Aethereal spheres (Soundcloud) / Nimzowitsch Defense / The Space Between two Hearts (Soundcloud) / Isms /
The Universe would remain much the Same / Euphemized Blues / Wistful / Quantum Mechanicians


Pour écouter et acheter : iTunes, Spotify, Amazon, Archambault

Pour en savoir plus, simonlegault.com


Christophe Rodriguez est également chroniqueur/blogueur jazz, classique et livres au Journal de Montréal


TVJAZZ  24 mars 2016
Big Band Université de Montréal avec Ignacio Berroa - Mr. Fonebone - Salle Claude-Champagne, le 24 mars 2016


La chanteuse Alex Pangman nous offre le lancement montréalais de « Alex Pangman's Hot Three» au Upstairs, vendredi le 24 novembre.

Alex Pangman 150x150.jpgLa "sweetheart" du swing canadien Alex Pangman nous livre un autre projet fort intéressant, Alex Pangman's Hot Three, un album style vintage avec ses fidèles Alley  Cats.
 
Alex Pangman se spécialise dans le jazz des années 1920 à 1940. Avec sa voix exceptionnelle, elle exprime toute l’élégance, la beauté et l’éclat de l’âge d’or des cabarets jazz enfumés de l’Amérique des années folles. La chanteuse de Toronto a beaucoup de talent et c’est avec une connaissance approfondie de l'histoire du jazz qu’elle fait souffler un vent nouveau sur les standards  de l'époque du jazz classique. Alex Pangman fut introduite dans le Mississauga Music Walk of Fame en 2017 et s’est vue récompensée de plusieurs prix ainsi qu'une nomination au Junos en 2016.

Dans l’esprit des pionniers du jazz, elle a enregistré son nouvel album directement sur un disque acétate 78 tours. Contrairement à la plupart des enregistrements contemporains, il n’y a aucune post-production ou d’ajouts d’effets possibles avec ce procédé, pas de correction  d’erreurs non plus. Aucun artifice. Que du vrai et du direct. La chanteuse voulait expérimenter la façon de l’enregistrement de l’époque; sans casque et avec des instruments placés pour un son optimal, autour d’un seul microphone. Les tempos et les arrangements devaient être modifiés pour s’adapter à la largeur d’un disque de ce fameux 10 pouces.

Les chansons de cet album sont des capsules temporelles, enregistrées «live» chez Twerk-O-Phonic Sound à la Nouvelle-Orléans en mars 2017.  L’album est disponible depuis le 3 novembre sur l’étiquette montréalaise Justin Time. Avec son style flamboyant Alex Pangman nous plonge dans l'époque de la prohibition.

Si vous êtes amateur de swing ce lancement / concert est pour vous!

pour en savoir plus, alexpangman.com

sa page Facebook

la vidéo, en français, en direct de l'enregistrement de la Nouvelle Orleans, c'est ici

Alex Pangman, voix
John Macleod, cornet
Peter Hillj, piano
Chris Banks, basse
Glenn Anderson, batterie

Vendredi le 24 novembre 20h30/22h15
Upstairs
1254 Mackay   
514-931-6808 
--------------------

Coco :  coconette@gmail.com
Facebook
/ twitter
Coco Jazz, mardi soir dès 19h@ 100,1 CKVL FM


TVJAZZ  4 juillet 2017
Danilo Perez Trio - The Expedition - au FIJM le 4 juillet 2017


TVJAZZ  17 novembre 2017
Stéphane Wrembel Band - Les Yeux Noirs - Église St-James de Trois-Rivières, le 17 nov. 2017


Facebook Twitter Youtube