Sortiesjazznights.com

English

Annoncez | Contact

TOUTE L'ACTUALITÉ JAZZ DU QuÉBEC DEPUIS 2003

JazzBulletin   -   jeudi 18 octobre 2018 au mercredi 31 octobre 2018

Recevez gratuitement le JazzBulletin par courriel ou rss chaque jeudi!

Tous les événements jazz du QC dans les clubs, restos, concerts, bars, cafés et festivals !

RSS

Bulletin SJNPRO

Pour les musiciens
et professionnels
du jazz

Recherchées : Formations jazz de niveau collégial, universitaire et semi-professionnel pour le concours du nouveau JPL Victo Jazz ! Courez la chance de jouer à ce festival qui présente David Linx et le Brussels Jazz Orchestra, Habana Café, Andrea Lindsay, Michel Lambert et Dawn Tyler Watson et +, et de gagner une bourse de 2000$ et un mentorat.

150x150_competition.jpgVous êtes une formation jazz de dix musiciens et moins résidant au Québec, de niveau collégial, universitaire ou semi-professionnel? Vous avez jusqu'au vendredi 30 novembre pour vous inscrire au concours du tout nouveau festival JPL Victo Jazz. La musique de style jazz est un critère essentiel à respecter, mais les morceaux proposant des influences d'autres styles, comme le blues, le funk, la musique latine ou encore la musique pop sont également acceptés.

Les formations retenues seront conviées à performer devant public lors du festival JPL Victo Jazz qui a lieu du jeudi 7 au samedi 9 février 2019 prochains, et courent la chance de se mériter 2000 $ en bourses, dont 1000 $ offerts par Yamaha Canada, ainsi qu’un accompagnement personnalisé sous forme de mentorat offert par la directrice de l’Agence d’artistes et de concerts Danielle Lefebvre. Les différentes prestations seront évaluées par un jury composé de professionnels du milieu. Rappelons que les formations participantes ne doivent pas déjà avoir de contrat signé avec une agence ou compagnie de production.

Pour en savoir plus sur les critères de sélection et procéder à votre inscription au plus tard le 30 novembre, visitez jplvictojazz.com/voletcompetition.

Jean-Pierre Lambert nous a quitté. Le festival JPL Victo Jazz est né!

Le 22 janvier 2017, le passionné musicien et réputé directeur musical Jean-Pierre Lambert nous a quitté. Sa fougue, son professionnalisme, sa rigueur, son implication et sa détermination ont influencé toute une génération de musiciens et d’enseignants. C’est ainsi qu’animés par la même passion que leur a transmis au fil du temps Jean-Pierre Lambert, une poignée de ses anciens collaborateurs et des membres de sa famille ont eu l’idée de mettre sur pied le tout premier festival de jazz de la région des Bois-Francs (Victoriaville). Un événement que l’on souhaite tout aussi coloré que « Jeepee » pouvait l’être, et qui se veut tout aussi inspirant pour la prochaine génération de musiciens professionnels.

Pour voir notre vidéo de El Otoño du Jean-Pierre Lambert Big Band en répétition en 2014, c'est ici


Le JPL Victo Jazz a lieu du jeudi 7 février au samedi 9 février 2019 au Carré 150 de Victoriaville et inclut le vocaliste belge David Linx avec le Brussels Jazz Orchestra, le groupe Habana Café, la chanteuse Andrea Lindsay, le trompettiste Michel Lambert et la chanteuse Dawn Tyler Watson, le groupe Sortie 210, l'animateur de Quand le jazz est là d'ICI Musique, Stanley Péan, et plus.

Pour en savoir plus, JPL Victo Jazz


Le guitariste Stéphane Wrembel présente The Django Experiment + ses invités spéciaux Denis Chang et Des Sourcils, dimanche le 28 octobre (14h) au Lion d’Or (Mtl) et samedi le 27 octobre au Grand Théâtre de Québec.

Stephane Wrembel 150x150.jpgLe guitariste virtuose franco-américain Stéphane Wrembel présente l’événement The Django Experiment au Lion d’Or dimanche le 28 octobre prochain en
après-midi (14h) et au Grand Théatre de Québec samedi le 27 octobre. Ces événements, qui mettront en vedette le Stéphane Wrembel Band avec comme invités exceptionnels le guitariste montréalais Denis Chang et le groupe de Québec Des Sourcils, offrira aux mélomanes un véritable Django Fest. Les artistes présenteront, en plus d'interprétations d'oeuvres inspirées de Django, un large éventail de leurs compositions originales issues de leur magnifique univers musical.

Le Stéphane Wrembel Band est formé de Stéphane Wrembel (guitare), Thor Jensen (guitare), Ari Folman-Cohen (contrebasse), et Nick Anderson (batterie).

Pour voir Les Yeux Noirs du Stéphane Wrembel Band, c'est ici

Stéphane Wrembel, originaire de Fontainebleau (France) et installé à New York depuis plus de 20 ans est l'une des références modernes du jazz manouche. Il est mondialement connu pour la composition des pièces titres des films Midnight in Paris (Bistro Fada) et Vicky Cristina Barcelona (Big Brother) de Woody Allen. Cet ancien étudiant de la prestigieuse Université de Berkeley a fait paraître en janvier dernier The Django Experiment III, 3ème album d’une série dédiée à Django Reinhardt, précurseur jazz manouche et l'un des plus importants musiciens du 20e siècle.

Denis Chang est un guitariste manouche confirmé de la scène montréalaise. Le groupe de Québec Des Sourcils, en promotion pour leur nouvel album Baignades, est  composé de Mathias Berry, Antoine Angers et Alexis Taillon-Pellerin.

Le Stéphane Wrembel Band - The Django Experiment -  Denis Chang et Des Sourcils.

Montréal - dimanche le 28 oct à 14h @ Lion d’Or 1676 Ontario E 514-598-0709. Québec - samedi le 27 oct à 20h @ Grand Théatre de Québec 269 René-Lévesque E 418-643-8131.


Saudades de Feliciano's Dilemna - Une rencontre inédite entre le compositeur autralien Mike Ryan et le saxophoniste québecois Jean-Pierre Zanella à L'OFF Jazz.

Mike Ryan 150x150.jpgDans le cadre de L'OFF Jazz le compositeur et chef d'orchestre australien Mike Ryan et le saxophoniste québecois Jean-Pierre Zanella ont collaboré sur le projet Feliciano's Dilemna qui était présenté avec un ensemble d'une douzaine de musiciens au Centre PHI du Vieux-Montréal vendredi le 12 octobre. Cette composition de l'australien et ami du  Brésil est un paradoxe que l’être humain a toujours vécu. Le dilemme de Feliciano est l’expression musicale de la dichotomie universelle inhérente à la nature humaine, y compris ce qui ressort de ces dilemmes et qui peut être vu comme le reflet de deux motifs fondamentaux et contrastants: pro-soi versus pro-social.

Le concert était accompagné d’une projection de photographies d’Alice Kohler, photographe brésilienne de renommée internationale.

Nous en avons profité pour réaliser une captation vidéo de la pièce Saudades, que vous pouvez voir, en cliquant ici

Mike Ryan, composition et chef d'orchestre
Jean-Pierre Zanella, saxophone
André Leroux, saxophone et flûte
Ron Di Lauro, trompette
Paul Schrofel, piano
Rémi-Jean LeBlanc, contrebasse
Aquiles Melo, percussions
Dave Laing, batterie
Josée Aidan, violon
Josiane Breault, violon
Annie Parent, violon alto
Élisabeth Dubé, violoncelle

L'OFF Jazz au Centre PHI, Montréal, Qc (Ca)
12.10.2018


Le guitariste virtuose Stéphane Wrembel nous parle de jazz manouche, de Django, de Woody Allen, la musique de films, ses musiciens, un moment WOW de sa carrière et son Festival Django a Gogo (NY), en concert dimanche le 28 octobre (14h) au Lion d’Or (Mtl) et samedi le 27 octobre au Grand Théâtre de Québec.

wrembelentrevue.jpgCT - Stéphane qu'est-ce qui t'a attiré au jazz manouche et la musique de Django?

Stéphane Wrembel - C'est pour découvrir d'avantage le jazz que je me suis tourné vers Django, bon je sais que ce n'est pas un guitariste de jazz, même s'il joue des accords de jazz parfois, mais ça va beaucoup plus loin, et en fait c'est dans cet esprit que je suis tourné vers Django. J'ai donc acheté un des ses disques, je l'ai écouté beaucoup plus et c'était la révélation.

CT - Qu'est-ce que tu a appris dans les camps manouches qui était au delà de la musique et des notes?

Stéphane Wrembel - Ça c'est difficile à expliquer. Ils ont encore un façon traditionelle d'apprendre et s'enseigner, ils n'ont pas de structure d'école, c'est donc toujours du maître à l'élève, du un a un. Surtout Ils ont une autre façon de faire, ce sont des choses qui se vivent et qui ne racontent pas avec des mots et qu'on ne peut pas décrire rationnellement. C'est comme voir un film sur Paris et le jour ou tu y va, et que tu y marches, c'est autre chose, il va y avoir ce petit quelque que tu ne peut pas décrire. Il y une autre culture, une autre façon de vivre, une autre vibe, j'ai donc appris cette technique comme ça avec eux, maître à élève. Ils ont gardé la technique et le vocabulaire de Django avec eux, mais dans un état d'esprit différent, si t'écoutes du Django ça ne sonne pas comme du jazz manouche, il y autre chose dans Django. Django c'est un peu comme un plaque tournante, tu peut prendre autre chose avec Django et aller dans différentes directions. La première approche c'est quand même avec les manouches, était Django était manouche.

CT - Il faut parler un peu de Woody Allen et Midnight in Paris/Vicky Cristine Barcelona, ça t'a donné le goût d'écrire plus de musique de films?

Stéphane Wrembel - Tu est né pour faire de la musique de film ou pas. Moi c'est quelque chose que j'ai toujours eu de la facilité et beaucoup de plaisir à faire donc j'aimerais écrire plus de musique de films. Le problème du film c'est qu'il y a de grosses structures, faire un film c'est une affaire de gros sous et des grosses équipes et ça prends des moyens énormes. Le plus dur ce n'est pas de composer la musique mais d'entrer dans le cercle des compositeurs de musique films. Sinon oui j'adorerai faire plus de musique de films, je ne ferais que ça.

CT - Et ton répertoire pour ces concerts c'est la musique de tes plus récents albums et peut-être quelques petits standards manouche?

Stéphane Wrembel - Chaque concert est différent, ça dépends de notre mood, de la salle et du public. A mon avis on va faire un peu de tout, on va faire du Django et du non-Django. Et bien sur les morceaux de Woody Allen. Nous on prends des influences de partout en fait, l'Inde, l'Afrique, etc...

CT - Justement, comment mets-tu ces influences dans ta musique?

Stéphane Wrembel - Moi je reviens toujours aux archétypes. C'est l'Europe qui a développé l'harmonie, jusqu'au fond de sa grammaire, et l'Inde à développé le rythme, aussi au bout de sa grammaire. Je vois la musique comme cinq choses, une trilogie et un duo, donc la trilogie de l'harmonie, le rythme et le son et ensuite le duo de l'état d'esprit de la composition et l'état d'esprit de l'improvisation. Je pense que la mélodie aide tout ça. Et après ça dépends comment tu fonctionnes quand t'improvises ou que tu composes, c'est de trouver la courbe mélodique de ces cinq choses, et ça situe en dehors des styles. Le rythme a été développé en Inde, l'Afrique aussi. En Europe ça fait 1000 ans qu'on travaille sur l'harmonie pour arriver à quelque chose d'assez extraordinaire.

CT - Parles-nous les musiciens de ton band...

Stéphane Wrembel - À la guitare il y a Thor Jensen qui viens plutôt du rock américain, le slide, la Strat, la Telecaster, les amplis à lampes, c'est un guitariste très très complet, c'est un des meilleurs guitaristes de rock que j'ai entendu. On a une base harmonique et rythmique, on a des structures mais à l'intérieur c'est quand même ouvert. Il connait très bien Django et le jazz, il a une très grande palette, un bon timing. À la basse on a Ari Folman-Cohen, lui il a commencé le violon classique quand il était tout petit, après il est passé  à la contrebasse, il a joué beaucoup de funk, de soul, et R&B, de choses comme ça, et après il a joué beaucoup de jazz, il a un son très puissant et un niveau d'attaque très puissant, il marque très bien le temps, c'est une tower of power comme on dit (rires), une centrale nucléaire, et avec des solos monstrueux. À la batterie on a Nick Anderson, c'est un des meilleurs batteurs au monde, très très en demande à NYC. Il a une culture musicale énorme, il joue dans des groupes de punk, de reggae, de jazz, de classique, contemporain, etc...Il joue tout très bien et a un timing et un son absolument génial. Quand il accompagne avec les balais, quand on fait du swing, j'ai jamais entendu quelqu'un accompagner comme ça.  

CT - Parles-me d'un moment WOW dans ta carrière, ayant joué avec plein d'excellents musiciens...

Stéphane Wrembel - Le concert de Carnegie Hall le 3 mars dernier à Django a Gogo avec Stochelo Rosenberg,  Al Di Meola, Larry Keel, c'était vraiment un moment magique, il y eu vraiment quelque chose, jouer Carnegie Hall c'est un grand moment, avec cette combinaison de joueurs, c'est quelque chose qui n'a jamais été fait tu vois. On a joué Mediterranean Sundance (Al Di Meolo), c'est le rêve de tout guitariste. J'écoute ça depuis que j'ai quinze ans. Et j'écoute Stochelo depuis l'âge de 17 ans donc c'est un de mes maîtres, ensuite jouer du Django avec Di Meola il n'a jamais fait ça, et là il joue Nuages avec nous, ensuite Indifférence, plein de trucs comme ça, c'était absolument génial.

CT - J'aime comment en arrivant a NY en 2003 tu as trouvé du travail en visant tous les restos avec musique live.

Stéphane Wrembel - Les gigs dans les restaurants ça permets de garder un certain niveau technique, de travailler des nouveaux morceaux, et d'être incognito. Quand je suis arrivé à NY en 2003 c'était vraiment pour faire des sous, donc je jouais dans les restaurants et donnais des cours. J'ai trouvé tous les restos français à NY et je les appellés un par un pour trouver les endroits ou il y avait de la musique live, sur Yahoo j'ai offert des cours de guitare donc après une semaine j'avais  3-4 gigs de resto régulières et 7 élèves. Un an après j'était à 9 gigs par semaines et une vingtaine d'élèves, je travaillais très dur. C'était intense au niveau physique, jouer tout  les soirs, ce qui donne a peu près 450 concerts par an.

CT - As-tu eu l'occasion de jouer avec Woody Allen au Carlyle?

Stéphane Wrembel - Non mais j'ai eu l'occasion de le rencontrer sur le tournage de Magic in the Moonlight à Nice, je jouais dans une scène qui a été coupé au montage, j'ai donc découvert Woody de l'intérieur. Il est très calme et très gentil.

CT - Au Festival Django A Gogo que tu as crée, travailles-tu autant que tu t'amuses?

Stéphane Wrembel - En fait j'arrive pas à séparer le travail de l'amusement avec la musique. Le dernier était quand même très stressant, il fallait le faire mais c'était beaucoup de stress et quand je suis rentré sur scène au Carnegie le 3 mars avec Stochelo et Al tout ça s'est effacé. J'ai travaillé sur tout, vraiment tout, la publicité, l'horaire des concerts et des classes de maîtres, les élèves, etc. Il y boite de NY qui a acheté le Festival et ça sera en mai maintenant, donc c'était mon dernier comme producteur. Je demeure comme directeur artistique et je suis déja en train de préparer le prochain.

CT - Qu'est-ce que t'aimerais dire à nos lecteurs concernant tes concerts au Québec?

Stéphane Wrembel - Comment décrire notre musique aux gens, cela à toujours été un problème pour notre publicité, personne à jamais réussi à décrire notre musique, ça tombe dans  aucun style. Ce qui est important pour nous c'est le message qui est contenu à l'intérieur de la musique, on rentre vraiment dans le domaine du rêve et de la philosophie et de l'âme du monde, l'énergie et le voodou de NY, c'est explosif comme concert, tu t'ennuies pas. Et comme on joue tout le temps et toute l'année ensemble c'est comme l'équipe de Barcelone en 2010 (soccer), tout le monde est un attaquant, tout le monde est un défenseur, tout le monde est un millieu de terrain, on joue tellement ensemble qu'on se connait par coeur, c'est une expérience explosive ces concerts.

Vidéos : Pour Apocalypse, c'est ici / pour Blues Mineur, c'est ici / pour Irene's GJ Adventures 251, c'est ici.

The Django Experiment I
et The Django Experiment II sur CDBaby / The Django Experiment III sur Amazon.

Le Festival (NY) Django a Gogo. (24-28 avril 2019)
----------------------------------------------------------
Le Stéphane Wrembel Band - The Django Experiment -  Denis Chang et Des Sourcils.

Montréal - dimanche le 28 oct à 14h @ Lion d’Or 1676 Ontario E 514-598-0709. Québec - samedi le 27 oct à 20h @ Grand Théatre de Québec 269 René-Lévesque E 418-643-8131.
-----------------------------------------------------------
Entrevue : Claude Thibault


CDJAZZ par Christophe Rodriguez

Samuel Blais - Equilibrium

La rentrée 2018 est plutôt riche en découvertes et les saxophonistes sont à l’honneur comme Mehdi Nabti avec Les Règles de l’Art et Benjamin Deschamps avec No Codes, mais il y plus. Avec le saxophoniste (alto et baryton) Samuel Blais et son Equilibrium, vous trouverez dix plages consistantes, un jazz approfondi et résolument moderne qui demande toutefois pour les néophytes un certain temps d’acclimatation. Comme nous sommes loin des standards classiques, la création qui est un art en soi tombe sous le sens sans que cela ne soit incongru.

Avec une feuille de route très chargée et de multiples rencontres, cette nouveauté est à la hauteur du musicien. Même si ce n’est pas un jazz « facile », ceux et  celles qui aiment le jazz créatif y trouveront amplement leur compte avec Equilibrium. Avec une solide équipe composée du pianiste Jérôme Beaulieu, du contrebassiste Olivier Babaz et du batteur Alain Bourgeois, le saxophoniste qui est aussi compositeur vous invite à la découverte. Cultivant les équilibres, avec une souveraine décontraction qui est jamais austère, Samuel Blais déploie un langage qui dénote les années de métier, avec un certain goût du risque et de l'aventure musicale. De la force de frappe il y a, avec des solos incandescents, soutenu par un trio dont le maitre mot est la cohésion. De le poétique From Hangzou to Nanning a Spiral Vision en passant par Craig’s List, cette riche nouveauté se démarque par son actualité.

From Hangzhou to Nanning / Imitation Game / Craig's List / Unconditional / Third Row / 12 Shades of NYC / Semi-Chubby /
Ups and Downs / Spiral Vision


Pour un extrait vidéo, c'est ici

Pour écouter des extraits sur YouTube, c'est ici

Pour acheter sur iTunes, c'est ici

Pour en savoir plus, Samuel Blais

Samuel Blais, sax alto/baryton et compositions
Jérôme Beaulieu, piano
Olivier Babaz, basse
Alain Bourgeois, batterie

Christophe Rodriguez est également chroniqueur/blogueur jazz, classique et livres au Journal de Montréal

 


TVJAZZ  14 avril 2014
Jean-Pierre Lambert Big Band - El Otoño - en répétition pour le concert du 28 avril 2014 - I Got Rhythm - au Lion d'Or


Jeune et prometteur, le TSA Group de Theo Abellard au Bootlegger, ce samedi 20 octobre.

TSA Group 150x150.jpgIl y a six ans, à l’écoute de l’album In My Element de Robert Glasper, le jeune Theo Abellard décide, du haut de ses quinze ans, de troquer le violon classique pour le piano jazz. L’ascension est rapide. Tout en digérant petit à petit ce vocabulaire inconnu en autodidacte, il se nourrit de concerts lors des différentes éditions  du Festival International de Jazz de Montréal et échange avec ses modèles, Robert Glasper mais aussi Justin Brown ou Thundercat.

Il a récemment été admis à l’Université McGill, où il consolide son art auprès de la pianiste et compositrice Marianne Trudel. Plus généralement, sa musique a saveur haïtienne/néosoul revêt une dimension spirituelle pour le jeune musicien qui a grandi dans l’univers gospel de l’Église. Jouer, c’est aussi l’occasion de glorifier Dieu et de mettre du baume à l’âme. Outre les influences gospel, Theo «Sunny» Abellard cite volontiers Herbie Hancock ou encore Bud Powell, qu’il écoute  assidument ces derniers temps.

Samedi prochain au Bootlegger de la rue St-Laurent, le TSA Group réunira, outre le pianiste, Zach Fischer à la guitare, Marie-Ketely Gomes à la basse et Raynal Ismeus à la batterie. Les quatre musiciens joueront majoritairement des compositions de Theo, un jazz spirituel et riche en groove qui trouve son inspiration dans la magie du quotidien. La pièce Walker, par exemple, est inspirée d’un périple de plus de quatre heures à pied qui l’a mené du quartier St-François à Laval jusqu’à Côte-Vertu dans l’ouest de Montréal…De quoi méditer sur le futur de ce jeune pianiste plein de talent !

Pour écouter la pièce Walker, c'est ici

Pour leur page Facebook, c'est ici

La page FB de l'événement, c'est ici

TSA Group

Theo «Sunny» Abellard
, piano
Zach Fischer, guitare
Marie-Ketely Gomes, basse
Raynal Ismeus, batterie

Samedi le 20 octobre @ 20h

Bootlegger, L'Authenthique
3481 St-Laurent, Mtl
438-383-2226
--------------------
Benjamin Goron : benjamingoron@gmail.com
Facebook / twitter


TVJAZZ  17 novembre 2017
Stéphane Wrembel Band - Les Yeux Noirs - Église St-James de Trois-Rivières, le 17 nov. 2017


TVJAZZ  1 septembre 2018
Petros Klampanis et le Quatuor St Germain - Chroma - Festi Jazz International de Rimouski 2018


TVJAZZ  1 septembre 2018
Cécile Doo-Kingué - Anybody Listening - Festi Jazz International de Rimouski 2018


TVJAZZ  5 octobre 2018
Kim Zombik Nicolas Caloia - Nazing Street - L'OFF Jazz 2018


TVJAZZ  5 octobre 2018
John Hollenbeck - Carte Blanche - L'OFF Jazz 2018


TVJAZZ  12 octobre 2018
Saudades - Feliciano's Dilemna - Mike Ryan - L'OFF Jazz 2018


Facebook Twitter Youtube