Sortiesjazznights.com

English

Annoncez | Contact

TOUTE L'ACTUALITÉ JAZZ DU QuÉBEC DEPUIS 2003

JazzBulletin   -   jeudi 30 juin 2016 au samedi 9 juillet 2016

Recevez gratuitement le JazzBulletin par courriel ou rss chaque jeudi!

Tous les événements jazz du QC dans les clubs, restos, concerts, bars, cafés et festivals !

RSS

Bulletin SJNPRO

Pour les musiciens
et professionnels
du jazz

Vivez pleinement la 37e édition du Festival International de Jazz de Montréal avec Blue Note 75, Le Montreal Jubilation Choir Choir, Rufus Wainwright, Marcus Miller - Afrodeezia et Emilie-Claire Barlow.

Primeur 15_150x150_concertsvaries.gifPour savourer pleinement le Festival, ne manquez pas le projet hors du commun, Blue Note 75 (1er juillet), de la série Les Grands concerts Rio Tinto. Les plus brillants jazzmen, dont Robert Glasper, Lionel Loueke, Ambrose Akinmusire, Marcus Strickland, Derrick Hodge et Kendrick Scott se sont rassemblés pour son élaboration.

Aussi, voyez, dans la série Le Festival à la Maison symphonique, dans son célèbre gospel, aussi traditionnel que contemporain, le Montreal Jubilation Gospel Choir (2 juillet). Huit ans après avoir composé son œuvre la plus ambitieuse en carrière, Rufus Wainwright (2 et 3 juillet) aura enfin l’immense bonheur de présenter son premier opéra à Montréal lors de la série Événements Spéciaux TD. Il présentera un concert symphonique visuel, formule hors du commun entre œuvre lyrique, expérience visuelle et pop symphonique basé sur l’opéra Prima Donna avec Grand Orchestre.

Vivez un sublime périple de l’Afrique jusqu’aux États-Unis qui remonte à la source des rythmes avec le légendaire bassiste new-yorkais Marcus Miller qui présente Afrodeezia (6 juillet), lors de la série Les Grands concerts Rio Tinto. Finalement, lors de la série Le Festival à la Maison symphonique, charmant la critique grâce à sa voix précise et aérienne, Emilie-Claire Barlow (6 juillet) revisite le répertoire d’artistes de renoms avec des arrangements orchestraux.

Billets et infos sur montrealjazzfest.com


Stacey Kent chante Tenderly, dimanche le 3 juillet au Festival International de Jazz de Montréal.

stacey_kent_micro.jpgLa chanteuse Stacey Kent nous présente son plus récent CD, Tenderly, au Festival International de Jazz de Montréal, ce dimanche 3 juillet. J'ai eu l'occasion d'échanger par courriel avec Stacey sur ce concert, Roberto Menescal, Brésil, le repertoire, ses musiciens, son amour des langues, et plus...
-------------------------------
CT - Stacey, suite à votre collaboration avec le chanteur/guitariste/compositeur brésilien Roberto Menescal sur The Changing Lights, vous vous retrouvez à nouveau avec Roberto sur Tenderly...comment est-ce différent cette fois-çi?
------------------------------------------------------------
Stacey - "The Changing Lights était un album de musique d'inspiration brésilienne et de musique brésilienne. Pendant qu'on travaillait sur ce projet, Roberto a dit qu'il n'avait jamais fait d'album jazz et qu'il aimerait en faire un avec moi. C'est un grand fan de Barney Kessel et il aime beaucoup les disques qu'il a fait avec Julie London. Tenderly est donc la réalisation de cette idée. C'est un album de standards joués dans l'intimité de façon minimaliste. Ironiquement, c'est un projet assez "Bossa Nova" car tout est dans la relation entre la voix et la guitare et la façon de jouer des standards, Roberto, un des pères de la Bossa Nova, y apporte une sensiblité Bossa dans sa façon de jouer le swing et les ballades."
------------------------------------------------------------
CT - Qu'est-ce qui vous attire dans le musique brésilienne?  Est-ce la phonétique musicale du language ou plutôt les rythmes suaves de la bossa-nova?
------------------------------------------------------------
Stacey  - "Vraiment, un peu de tout ça. Avant même que je comprennes le portugais, car le son de ce language est si lyrique. La musique brésilienne, et plus particulièrement la bossa-nova, possède tous le chromatismes que j'aime dans ses mélodies et harmonies. Il y aussi la connection avec la samba. C'est une musique qui peut exprimer la joie et la tristesse en même temps."
------------------------------------------------------------
CT - Parlez-nous du répertoire et du choix des pièces...c'était un choix facile?
------------------------------------------------------------
Stacey - "Sur Tenderly le répertoire était surtout le choix de Roberto. If I'm Lucky était mon choix. J'ai toujours voulu l'enregister et c'était l'occasion parfaite."
------------------------------------------------------------
CT - Et quelques mots sur les musiciens qui vous accompagnent le 3 juillet et votre complicité...
------------------------------------------------------------
Stacey - "A Montréal je serai avec Art Hirahara, un grand pianiste de la Californie qui vit maintenant a New York. Nous jouons ensemble depuis des années. C'est un superbe accompagnateur et soliste. À la basse c'est Tom Hubbard. Tom a joué avec tout le monde. Il a tout un groove et un instinct pour jouer  la bonne chose au bon moment. Aux saxes et flutes vous entendrez Jim Tomlinson! Les gens qui connaissent ma musique connaissent celle de Jim aussi. Nous avons une relation musicale symbiotique, et le dialogue entre nous est constant. En plus d'être musicien dans le groupe, c'est mon producteur de disques et mon arrangeur, et il écrit souvent des morceaux spécialement pour moi. C'est difficile de décrire l'intense sentiment de chanter un morceau qui a été si bien écrit pour moi, sur mesure, par quelqu'un qui vous connait et vous aime. Lui et le romancier Kazuo Ishiguro collaborent ensemble pour moi depuis 2007 sur album de ce moment-là, Breakfast on the Morning Tram. The Ice Hotel est la première chanson qu'ils ont écrit pour moi. Je savais que quelque chose de magique se passait…Tous ces musiciens avec qui je joue comprennent que de jouer avec une chanteuse c'est autant les textes que l'ensemble."
------------------------------------------------------------
CT - Vous parlez le français, l'anglais, le portugais, d'où vous viens cet amour et curiosité des langues et des mots?
------------------------------------------------------------
Stacey - "Mon grand-père a passé plusieurs années dans le sud de la France et parlais français, j'ai donc appris de lui. Je crois qu'être exposé tôt dans ma vie aux langues développa l'intérêt pas seulement dans les langues mais aussi dans la poésie et aussi de partir dévouvrir ce monde. C'est pour ça que j'aime autant les tournées."
------------------------------------------------------------
CT - Si vous pouviez jouer avec n'importe quel artiste mort ou vivant, ça serait qui?
------------------------------------------------------------
Stacey - "J'ai rencontré et joué avec plusieurs de mes héros. J'aurais aimé rencontrer et chanter un duo avec Elis Regina."
------------------------------------------------------------
CT - Qu'est-ce que vous écoutez sur votre téléphone intelligent ces jours-çi?
------------------------------------------------------------
Stacey - "Je serai en concert au Brésil en août avec Marcos Valle, Edu Lobo et Dori Caymmi. J'ai donc beaucoup de chansons a apprendre pour ces concerts, c'est ça que j'écoute ces jours-çi. En plus d'être mon gagne-pain, c'est un réel plaisir. Je n'écoute pas de musique sur mon téléphone par contre, j'adole les livres audio. Je suis justement en train de lire une beau livre nommé Portuguese Irregular Verbs d'Alexander McCall Smith.."
------------------------------------------------------------
Entrevue : Claude Thibault
------------------------------------------------------------
Stacey Kent
Dimanche, le 3 juillet 2016 - 20h
Pour plus d'informations sur ce concert, cliquez ici
Pour voir la vidéo promo de Tenderly, cliquez ici
------------------------------------------------------------


La pianiste virtuose Hiromi et son Power Trio nous présentent Spark, ce soir, jeudi le 30 juin au Festival International de Jazz de Montréal.

hiromi_spark.jpgJ'ai parlé avec la pianiste Hiromi tard la nuit dans sa chambre d'hôtel de Melbourne le soir avant son concert au festival de jazz de la ville australienne, elle y jouera avec son Power Trio, composé du bassiste Anthony Jackson et du batteur Simon Phillips. Elle sera au Festival International de Jazz de Montréal jeudi le 30 juin prochain avec ce même projet, 4 ans après sa dernière performance au Festival, elle nous présentera Spark, son 10e album, sorti en avril. On discute de ce qui l'allume, le répertoire du concert, ses influences de plusieurs genres, l'improvisation, le power trio et ses musiciens, la musique et la technologie, avec qui elle aimerait jouer, ce qu'elle écoute, la bouffe et les voyages.
------------------------------------------------------------
CT - Hiromi, votre nouvel album, votre 10e, se nomme Spark (étincelle), pour vous, d'où viens l'étincelle?
------------------------------------------------------------
Hiromi - "Ça peut venir de plein de choses, car la vie est pleine d'étincelles, c'est à chacun de nous de les trouver. Dans le vie il y aussi les petites étincelles, comme un beau paysage, une bonne conversation, jouer de la musique..."
------------------------------------------------------------
CT - Votre musique est un amalgame de rock, de jazz, de classique avec des racines jazz...êtes-vous influençée par tous ces genres?
------------------------------------------------------------
Hiromi  - "Je pense que oui, j'ai été élevée avec plein de bonne musique, et quand j'entends de la bonne musique, je suis inspirée. J'écoute du jazz depuis l'âge de huit ans car mon premier professeur de piano était un grand fan de jazz."
------------------------------------------------------------
CT - Comment faites-vous l'équilibre entre les parties écrites et les parties "improvisation" de votre musique?
------------------------------------------------------------
Hiromi - "Je laisse beaucoup de place pour improvisation. Nous jouons beaucoup et nous voulons être libres et en profiter, on aime pas trop savoir où ça s'en va."
------------------------------------------------------------
CT - Parlez-nous du répertoire du 30 juin et de ces musiciens de votre Power Trio : le bassiste Anthony Jackson et le batteur Simon Phillips...
------------------------------------------------------------
Hiromi - "On jouera surtout la musique de Spark. Anthony a joué sur mon 1e et mon 2e album comme invité spécial, il joua quelques morceaux et j'ai toujours voulu faire un album complet avec lui, on en avait parlé pendant des années et en 2010 j'ai senti que c'était le bon moment. J'ai donc commencé à écrire la musique en imaginant ce trio et le plus l'écriture avançait, plus le son du batteur se concrétisait dans mon esprit. J'avais pensé à Simon, Anthony et Simon on joué ensemble pendant des années. Anthony trouvait que c'était une bonne idée, j'ai donc contacté Simon et il était très excité par ce projet. Le Power Trio existe depuis maintenant 6 ans et 4 albums."
------------------------------------------------------------
CT - Comment voyez-vous l'avenir de la musique avec la technologie et Internet?
------------------------------------------------------------
Hiromi - "Quoique j'en pense, ça ne changera pas grand chose. Le seul chose qui ne change pas sont les concerts. Évidemment ça n'aide pas la musique quand elle complètement gratuite car vous savez faire de la musique coûte des sous, enregistrer, étudier, etc...Quand la musique est consommée gratuitement et qu'on la prends littéralement pour acquise, ça nous fait mal.
Si par contre ça deviens un tremplin pour l'artiste et que ça ouvre des portes et que ça attire un public aux concerts, les concerts c'est tout de même un élément très important pour les musiciens, de plus en plus, bien c'est une bonne chose.
"
------------------------------------------------------------
CT - Si vous pourriez jouer avec n'importe quel artiste, mort où vivant, ça serait qui?
------------------------------------------------------------
Hiromi - "Frank Zappa."
------------------------------------------------------------
CT - Quelle musique écoutez-vous actuellement?
------------------------------------------------------------
Hiromi - "J'ai acheté de la musique de Frank Zappa par son site web et je viens de la recevoir, c'est ça que j'écoute ces jours-çi."
------------------------------------------------------------
CT - J'ai visité votre blog et pour chaque concert important il y une photo du concert et toujours une photo d'un repas, est-ce que bien manger et être en santé important pour vous où vous aimez simplement la bonne bouffe?
-----------------------------------------------------------
Hiromi - "J'adore le bonne bouffe. Nous voyageons tellement et avons pas le temps et d'occasions de visiter les villes où nous jouons, donc la bouffe du pays me fait vraiment sentir comme si je voyageais. On est beaucoup entre l'hôtel, l'aéroport et la salle de concert, on rencontre aussi le public dans tous ces pays où nous jouons. Mais c'est encore mieux lorsqu'on peut goûter aux plats typiques de ces lieux, comme la paella en Espagne ou le spaghetti vongole en Italie.  Là j'ai vraiment l'impression de voyager."
------------------------------------------------------------
Entrevue : Claude Thibault
------------------------------------------------------------
Hiromi
Jeudi, le 30 juin 2016 - 20h
Plus plus d'informations sur ce concert, cliquez ici
Pour voir le vidéo promo de Spark, cliquez ici
------------------------------------------------------------


MISC - entrevue et musique - en concert dans la série Jazz d'ici, à L'Astral, dimanche le 2 juillet.

entrevuemisc.jpgNous avons rencontré la formation MISC, ex-Jérôme Beaulieu Trio et discuté, entremêlé d'extraits de Messenger, Respirer dans l'eau et Les années molles de leur lancement ce printemps à la Sala Rossa.

Avec Jérôme Beaulieu (piano), William Côté (batterie) et Philippe Leduc (basse) et on discute de ce nouveau nom et de leur cheminement, le lancement et leur public de 7 à 77 ans, leur vision de la musique, leur version de Respirer dans l'eau (de Daniel Bélanger), la barbe de William, la fougue de Philippe, Les années molles et le climat social du Québec selon Jérôme...

Pour l'entrevue, cliquez ici

Pour Les années molles, cliquez ici
---------------------------------
Entrevue : Ralph Boncy
Caméra/montage/réalisation : Claude Thibault
---------------------------------
MISC sera en concert, dimanche le 2 juillet dans la série Jazz d'ici, à L'Astral au FIJM 2016.


Le pianiste Kenny Barron est prêt pour ses trois concerts de la série Invitation au Gesù, avec Lionel Loueke le 3 juillet, Elena Pinderhugues le 4 juillet et son trio le 5 juillet.

kenny_barron_photo John Sann.jpgC'est 10h du matin, heure de NY. Kenny Barron répond au téléphone du premier coup, de toute évidence en grande forme. Vingt ans après sa première carte blanche au Festival International de Jazz de Montréal (FIJM), un homme fort occupé et un des maîtres du piano jazz, toujours en quête de nouveaux défis, avec cette année, trois soirs dans la série Invitation du FIJM 2016. En premier dans une de ses formules préférrées, le duo, sur deux soirs (Lionel Loueke 3 juillet - Elena Pinderhugues 4 juillet), et le troisième soir, le 5 juillet, avec son trio.  “Je suis prêt” dit-il, d'une voix rassurante.
------------------------------------------------------------
RB - Un chanteur-interprête français de votre génération a déjà dit que s'il n'était pas devenu un musicien rock, il se serait retrouvé en prison pour agitation civile.Que serait devenue la vie de Kenny Barron s'il n'avait joué du piano? Autrement dit, est-ce que vous vous imaginez faire autre chose dans la vie?
------------------------------------------------------------
KB - Eh bien aujourd'hui...non! (rires) Il y de ça plusieurs années j'ai envisagé d'autres possibillités. Comme devenir écrivain. J'aimais beaucoup écrire. Je n'ai plus l'habileté maintenant mais à ce moment-là c'était ce que je voulais faire. A part de jouer de la basse, car j'était le contrebassiste au secondaire du  “All-City Highschool Orchestra" de Philadelphie. Ce sont donc les deux seules choses que j'ai sérieusement envisagé plus jeune. Mais aucun des deux ne pouvait m'assurer de bien gagner ma vie. Donc...(il rit doucement).
------------------------------------------------------------
RB - Vous êtes un régulier du FIJM depuis le début des années 80. Nous avons retracé votre première présence en 1983 suivi d'une première performance comme tête d'affiche le 29 octobre 1984 à la Bibliothèque nationale. Jusqu'a maintenant vous avez présenté au-dessus d'une trentaine de concerts sur une période de plus de 36 ans et finalement, vous vous offrez ces trois soirées au Gesù dans la série Invitation. Est-ce un cadeau ou plutôt une récompense qui tardait?
------------------------------------------------------------
KB - Non non, pas du tout. Je ne vois pas ça comme une récompense. Je suis simplement très content que cette occasion s'est présentée. Ça m'est jamais arrivé de me dire "Oh, je devais faire ça". Je ne connais pas cette salle et je suis très confiant du résultat. Et très reconnaissant et honoré de pouvoir y inviter Lionel Loueke et Elena Pinderhugues.
------------------------------------------------------------
RB - Justement, parlons-en de vos artistes invités. Premièrement Lionel Loueke : Il est étonnant!
------------------------------------------------------------
KB - C'est un guitariste très intéressant. Pas du tout traditionel. Et il fait plein d'autres choses. Avec son instrument ainsi que sa voix. Jouer avec lui c'est comme partir à l'aventure. Nous avons joué en duo une ou deux fois. C'est bien car son jeu n'est pas standard.
------------------------------------------------------------
RB - Qu'est-ce qui le rends si unique et si spécial ? Est-ce son son, sa technique, son approche harmonique? 
------------------------------------------------------------
KB - C'est vraiment un peu de tout ça. Il est vraiment incroyable.
------------------------------------------------------------
RB - A l'exception de ce que vous avez endisqué avec lui en 2008 sur l'album Traveller, que pouvez-vous nous dire de plus sur ce que vous allez jouer avec lui dimanche le 3 juillet?
------------------------------------------------------------
KB - Mmmm…je ne sais pas. Avec Lionel, j'aurai tendance à laisser le hasard nous guider. Et en fait, j'aime plutôt ça. On jouera probablement que des compositions originales, mais tout de même accessibles.
------------------------------------------------------------
RB - Parlez-nous d'Elena Pinderhughes. On la connait à peine. Comment s'est produit cette connection?
------------------------------------------------------------
KB - Oui en effet...elle commence à se faire un nom dans le millieu. C'est une merveilleuse flûtiste de Berkeley (Californie). C'est son frêre qui m'a parlé d'elle (un des mes étudiants de piano de l'École Juilliard). Elle est venue jouer à New York pour son récital senior et je l'ai finalement entendue. J'étais impressioné...Elle à fait une tournée récemment avec Christian Scott et quelques concerts avec moi. On a joué ensemble au Village Vanguard en décembre pendant une semaine. Et elle est très jeune. Elle est toujours au études au Manhattan School of Music. Vous allez l'adorer. Oh yeah…
------------------------------------------------------------
RB - Vous semblez très à l'aise avec des artistes de différentes générations. Est-ce la preuve ultime que votre coeur est demeuré jeune?
------------------------------------------------------------
KB - Je crois un peu oui. Vous savez quand on s'entoure de gens plus jeunes, on a toutes sortes d'idées plus jeunes qui émergent. Donc oui ça aide à demeurer jeune et on l'espère, garder la musique vivante et on se coince pas. Ça c'est une chose que je ne veut pas. Je ne veut pas rester coincé.(*)
------------------------------------------------------------
RB - Des enregistrements du Trasher Dream Trio avec Gerry Gibbs et Ron Carter, on a le goût de vous demander : Que pensez-vous de la musique populaire d'aujourd'hui -
specialement le soul et R&B - comparée au jazz?
------------------------------------------------------------
KB - (Il s'éclate de rire). Ha! Le Trasher Dream Trio! C'était super. Le R&B plus vieux, j'aime. J'en écoute encore. J'ai écouté beaucoup de Rhythm and Blues en venant ici. J'écoutais aussi du Do-wop. C'était la musique des années 50, 60 et 70. Et aussi la pop. J'écoutais Earth, Wind and Fire, des gens comme ça, j'adore ces trucs. J'admets ne pas être un grand fan du hip-hop comme certains jeunes musiciens de jazz.
------------------------------------------------------------
RB - Sans en faire une compétition, mais vous êtes juste derrière votre ami Ron Carter comme le "musicien de jazz sur les plus d'enregistrements"...
------------------------------------------------------------
KB - (Beaucoup de rires) C'est pas un problème. Je ne le rattraperai jamais. Il est sur tellement d'albums. C'est bon.
------------------------------------------------------------
RB - Quels sont vos souvenirs et anecdotes du Quartet que vous aviez avec lui (Ron Carter), Buster Williams et Dan Riley?
------------------------------------------------------------
KB - Wow. C'était un super groupe. Beaucoup de succès . Le seul quartet avec deux basses. Ron jouait la basse picolo. Nous avons fait notre 1e enregistrement live au  Sweet Basil de Manhattan, un de mes clubs préférrés.
------------------------------------------------------------
RB - Vous avez de l'audace. Devrais-je mentionner les duos précédents avec Jim Hall - Dave Holland - Chucho Valdes - Regina Carter - Stefon Harris?
Le jazz est une adventure, non?
------------------------------------------------------------
KB - Oui tout à fait. Le jazz c'est une aventure et on apprend quelque chose dans chaque situation. Pour moi jouer en duo est très difficile. Mais j'aime jouer en duo car c'est tout un défi et c'est très exigeant.
------------------------------------------------------------
(*). Kenny Barron a 73 ans et présente trois concerts dans la série Invitation dans le salle du Gesù @ FIJM 2016

Kenny Barron Lionel Loueke - dimanche le 3 juillet 18h.
Kenny Barron Elena Pinderhugues - lundi le 4 juillet 18h.
Kenny Barron Trio avec Kyoshi Kitagama (basse) Jonathan Blake (batterie) - mardi le 5 juillet 18h.
Pour voir le Kenny Barron Trio, cliquez ici
------------------------------------------------------------
Entrevue : Ralph Boncy, collaboration spéciale au FIJM 2016 - Photo : John Sann


CDJAZZ par Christophe Rodriguez

Rachel Therrien - Pensamiento (Proyecto Colombia)

La trompettiste et bugliste Rachel Therrien multiplie les projets à la vitesse de l’éclair. Après avoir remporté l’année dernière le Grand Prix du  Festival International de Jazz de Montréal,  elle est partie exercer son art à New York, sans oublier plusieurs collaborations avec des interprètes de musique dite latine. Tout en étant la trompettiste vedette du Kumbia Project, elle a aussi visé l’univers de la Colombie avec Pensamiento qui a sans contredit demandé beaucoup de travail.

Entre le jazz et la musique du monde, Proyecto Colombia est un immense patchwork qui réunit plus de quinze musiciens et des invités. Plus que du travail consistant , qui n’est pas seulement l’apanage de la trompettiste, ce mélange des genres touche et touchera certainement un très large public qui veut allez au-delà d’une certaine forme de jazz. Même si Pensamiento est dansant dans son essence, musclée juste comme il le fait, les onze plages sont un hymne aux sonorités latines intelligentes, et, certainement pas celles du Club Med. Une fois de plus, il faut surveiller cette jeune trompettiste qui fourmille d’idées.

https://racheltherrien.bandcamp.com/album/pensamiento-proyecto-colombia

Christophe Rodriguez est également chroniqueur/blogueur jazz, classique et livres au Journal de Montréal


TVJAZZ  9 juin 2016
Hiromi - Spark EPK


Les suggestions quotidiennes de Coco au 37e FIJM - du 30 juin au 9 juillet!

trio_pilc_moutin_hoenig_30 juin.jpgJeudi 30 juin : Trio Pilc Moutin Hoenig. Le pianiste et compositeur Jean-Michel Pilc est un personnage coloré que l’on compte parmi les meilleurs du moment. Avec le contrebassiste d’exception François Moutin et le batteur aux rythmes rarissimes d’Ari Hoenig, Pilc nous promet une soirée de haute voltige musicale!

Pour clôturer la soirée, un spectacle gratuit  : The Hot Sardines - Scène Rio Tinto, 22h . Un groupe new-yorkais de jazz-swing qui nous sert du hot jazz, alternant entre compositions originales et des reprises de Django, Piaf et Armstrong.

Vendredi 1er Juillet : Takuya Kuroda. Sa première au FIJM. Le trompettiste japonais basé à New York fait résonner la scène jazz avec son style captivant qui se promène du hip-hop au bop en passant par la musique soul. Il nous présente son projet Rising Son.

Pour clôturer la soirée, un spectacle gratuit : Denis Chang - Le Balmoral - 22h et minuit. Le guitariste a toujours été fasciné par la musique de Django Reinhardt. Un des rares musiciens à chanter en romani. Il est très impliqué dans jazz manouche d'ici et d'ailleurs comme musicien et enseignant avec son école DC Music School et autres projets.

Samedi 2 juillet : Christian Scott et Lizz Wright. Dernier de trois concerts de Christian Scott de la série Invitation, le trompettiste et compositeur au son unique s’allie avec la chanteuse au charisme chaleureux et à la voix enflammée. Ce sera ébouriffant!

Pour clôturer la soirée, un spectacle gratuit : The 15th Annual Jazz Organ Jam avec le Certified Organic Quartet - Brutopia Bistro Lounge, 22h. Le groupe montréalais a évolué dans une direction de groove qui pousse les foules captivées à danser et bouger. Intégrant à la fois les sons de l'afrobeat et du soul jazz, le groupe porte l'héritage de Blue Note près du coeur,  en y ajoutant sa touche personnelle avec des compositions originales. Un jam qui promet!

Dimanche 3 juillet : Kenny Barron et Lionel Loueke. Le légendaire pianiste, maître de la composition et de l’interprétation Kenny Barron sera accompagné de l’époustouflant guitariste béninois Lionel Loueke. Un duo extraordinaire et  hors de l’ordinaire!

Pour clôturer la soirée, un spectacle gratuit : Malika Tirolien - Scène Rio Tinto - 22h. L’auteure-compositrice-interprète guadeloupéenne brille sur la scène musicale. Une fusion de jazz afro-caribéen et de musique urbaine aux ambiances groovy.

Lundi 4 juillet : Dr. Lonnie Smith Trio. Une vrai légende vivante du jazz.  À 73 ans, le Turbanator est un virtuose de l’orgue Hammond B3 et nous présente les pièces de son nouvel album Evolution en compagnie de ses complices ; le guitariste Jonathan Kreisberg, un innovateur unique en son genre ainsi que l’excellent et très populaire Joe Dyson à la batterie.

Pour clôturer la soirée, un spectacle gratuit : Jamie Cullum - Scène TD, 21h30. L’extravagant et ultra-populaire pianiste, crooner et compositeur britannique, revient cette fois sous les étoiles pour un spectacle qu’on ne risque pas d’oublier.

Mardi 5 juillet : Steve Coleman and Five Elements. Le retour en force de ce grand saxophoniste et compositeur. L’instigateur de la mouvance M-Base, où improvisation et créativité sont au rendez-vous. Très bien entouré de Jonathan Finlayson (trompette), Miles Okazaki (guitare), Anthony Tidd (basse) et Sean Rickman (batterie).

Pour clôturer la soirée, un spectacle gratuit : The Campbell Brothers - Scène TD, 21h et 23h. Venez célébrer les 50 ans de A Love Supreme de John Coltrane. Le groupe revisite l’oeuvre du maître, un message spirituel, funky et groovy et qui peut provoquer un irrésistible effet de transe collective.

Mercredi 6 juillet : Marcus Miller présente Afrodeezia. Nommé artiste de l’UNESCO pour la paix en 2013, ce contrebassiste est lui aussi légendaire pour avoir joué au côté de Miles Davis. Le slap et le jazz fusion forme son rythme. Un voyage cadencé, puisé de l’Afrique jusqu’aux États-Unis.

Pour clôturer la soirée, un spectacle gratuit :  Bleu Moon Marquee - Le Balmoral, 22h. Jasmine Colette et Alexander Wesley est un merveilleux duo, très complice, qui façonne blues authentique et fort agréable!

Jeudi 7 juillet : Concert d’adieu du Oliver Jones Trio avec l’Orchestre national de jazz de Montréal (ONJM). Le pianiste montréalais de renom Oliver Jones nous tire sa révérence. C’est en formule trio qu’il nous saluera. Puis par la suite, le trio se joindra à l'ONJM pour mettre à l’honneur sa magnifique carrière en tant que grand pianiste aux airs be-bop et swing. Oliver Jones a œuvré plus de 60 ans sur la scène jazz internationale. Un concert historique!

Pour clôturer la soirée, un spectacle gratuit :  Alysha Brilla - Scène Rio Tinto, 20h et 22h. Une jeune artiste canadienne aux origines tanzanienne et indienne. Elle nous réjouit avec ses compositions mélodieuses de folk / roots aux influences jazz. Une âme positive qui
chante en anglais, français et swahili. À découvrir !

Vendredi 8 juillet : José James avec Takuya Kurado. Le chanteur et arrangeur José James nous présente son projet  Chet Baker Sings avec le grand trompettiste japonais Takuya Kurado. Tous deux collaborateurs de longue date, le cool cat new-yorkais nous ensorcelle avec sa voix richement soul dans un groove des plus envoûtant.

Pour clôturer la soirée, un spectacle gratuit : The Liquor Store - Bar Valet de Carreau - Casino de Montréal, 23h. 6 musiciens passionnés de funk et de rythmes, nous font danser sur leur jazz groovy épicé de hiphop.

Samedi 9 juillet : Aaron Parks Trio. Un trio de jazz acoustique dans lequel ils animent aisément leurs compositions des saveurs indie rock, hip-hop ou jazz moderne. L’excellent pianiste new-yorkais est un virtuose, avec une complexité qui manie harmonieusement des textures musicales. Il nous présente son nouvel album à paraître sous peu.

Pour clôturer la soirée, un spectacle gratuit dans la série Compositeurs Jazz avec Corey Wallace, Frank Lozano, Rachel Therrien, Rafael Zaldivar, Mike Deicont, Vincent Ravary et DJ St-Louis : Bleury bar à Vinyle, 23h. Une très belle façon de finir son FIJM bien arrosé d’improvisations à couper le souffle. Venez-vous réjouir et vivre les vibrations de toutes les influences du jazz du moment. Une bande de jeunes jazzmen et une jazzwoman. Une soirée pimentée de cuivres et  de piano! Le tout couronné d’un set de DJ. C’est le genre de finale qui vous gardera debout jusqu’aux petites heures du matin, j’en suis certaine!

Bon FIJM 2016 à tous!

Pour plus d'info visitez www.montrealjazzfest.com
--------------------
Coco - coconette@gmail.com
Facebook / twitter
Animatrice de Coco Jazz à 100,1 CKVL FM
www.coco-jazz.com/


Roger Walls et la Maison du Jazz de la rue Aylmer, à quelques pas du 37e FIJM, présentent un Hommage aux Grands Montréalais @ Late Night Jazz Session du 30 juin au 9 juillet.

rogerwalls_150x150.jpgLe trompettiste d'origine américaine et québécois d'adoption Roger Walls animera avec Jean Cyr à la basse et Jeff Simons à la batterie les Late Night Jazz Session qui présente un Hommage aux Grands Montréalais avec un invité de marque tous les soirs à la Maison du Jazz de la rue Aylmer du jeudi 30 juin au samedi 9 juillet.

Originaire de Wichita au Kansas, avec un passage à Los Angeles et Chicago et maintenant au Québec, Roger Walls a joué et participé à de nombreuses tournées internationales avec une foule d'artistes et de groupes de renom incluant Garou, Tony Bennett, Cab Calloway, le Duke Ellington Orchestra, Al Martino, Michel Legrand, Dean Martin, Dionne Warwick, le Gene Krupa B Band, pour nommer que ceux-là. Vous pouvez l'entendre également avec ses deux groupes, le Roger Walls Dixieland Band (5 juillet) et Superbrass (10 juillet),  également à la Maison du Jazz de Montréal.

Chaque soir, dès 23h un invité spécial, suivi d'un jam à ne pas manquer!

Jeudi le 30 juin : Josh Lebofsky (piano)
Vendredi le 1e juillet : Geoff Lapp (piano)
Samedi le 2 juillet : Normand Deveault (piano)
Dimanche le 3 juillet : Taurey Butler (piano)
Lundi le 4 juillet : Mike Gauthier (guitare)
Mardi le 5 juillet : Robin Chemtov (piano)
Mercredi le 6 juillet : Chad Linsley (piano)
Jeudi le 7 juillet : Mike Rud (guitare)
Vendredi le 8 juillet : Félix Stüssi (piano)
Samedi le 9 juillet : Éric St-Jean (piano)

Pour en savoir plus et découvrir toute la programmation de la Maison du Jazz de Montréal :  houseofjazz.ca

Hommage aux Grands Montréalais @ Late Night Jazz Session
Jeudi le 30 juin au samedi 9 juillet @23h
Maison du Jazz Montréal
2060 Aylmer (coin Président-Kennedy)
514-842-8656


Ce soir, jeudi le 30 juin, Claude Thibault présente sa chronique mensuelle à Quand le jazz est là, avec Stanley Péan sur ICI Musique

Quand le jazz est la - nov 2014 - 150X114.jpgCe soir, jeudi le 30 juin, l'éditeur de sortiesJAZZnights.com, Claude Thibault, est l'invité de Stanley Péan à Quand le jazz est là sur ICI Musique

À partir de 18h49, on parlera de ces sujets et de cette musique, de l'actualité jazz du Québec, de nouveautés et de primeurs.

1) On jazz sous la lune aux Escoumins - Centre de découverte du milieu marin : Vibrapan Quartet - samedi 23 juillet et Jeanne Rochette Trio - samedi 20 août

2) L'Orchestre national de jazz avec Jessica Vigneault - Hommage Ella Fitzgerald - Festival de Lanaudière (Joliette) dimanche 17 juillet 14h

3)  Rachel Therrien - Au Vieux-Treuil - Iles de la Madeleine (Havre-Aubert)  mardi 19 juillet 18h

4) Hommage Horace Silver avec Marianne Trudel Guy Tremblay Roberto Murray Serge Lavoie Simon Pagé Martin Auguste - samedi 30 juillet 19h30 au Camp Musical du Saguenay-Lac-Saint-Jean à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix

5) Érik Truffaz Quartet - Festival d'été de Québec - jeudi 7 juillet et au FIJM vendredi le 8 juillet

Pour en savoir plus, consultez notre calendrier Extérieur de Mtl


TVJAZZ  12 mai 2014
Taurey Butler Trio - The Preacher - Maison du Jazz le 12 mai, 2014


TVJAZZ  22 mars 2016
MISC - entrevue et musique - La Sala Rossa, le 22 mars 2016


TVJAZZ  23 juin 2016
Kenny Barron Kiyoshi Kitagawa Jonathan Blake


TVJAZZ  9 juin 2016
Stacey Kent - Tenderly EPK


Facebook Twitter Youtube