Sortiesjazznights.com

English

Annoncez | Contact

TOUTE L'ACTUALITÉ JAZZ DU QuÉBEC DEPUIS 2003

JazzBulletin   -   jeudi 16 février 2017 au vendredi 31 mars 2017

Recevez gratuitement le JazzBulletin par courriel ou rss chaque jeudi!

Tous les événements jazz du QC dans les clubs, restos, concerts, bars, cafés et festivals !

RSS

Bulletin SJNPRO

Pour les musiciens
et professionnels
du jazz

La vocaliste Cécile McLorin Salvant avec le pianiste Aaron Diehl (en Septet) jouent Jelly Roll Morton et Gershwin a Montréal en Lumière, vendredi le 24 février.

aarondiehlcecilemclorinsalvant150x150_2.jpgJelly Roll Morton était une légende du ragtime et du stride, pendant que George Gershwin oeuvrait aux frontières du jazz, du classique et de la chanson populaire. Une nouvelle génération de musiciens, dirigés par le pianiste Aaron Diehl, avec l'excellente vocaliste Cécile McLorin Salvant, mettront en vedette les classiques intemporels et bijoux inconnus de ces deux maîtres du jazz, suivant les traces du jazz sur une centaine d'années. Notre collaborateur Ralph Boncy a rejoint Cécile il y a quelques jours pour discuter de leur concert du 24 février à la Salle Pierre-Mercure.
--------------------------------------------------------------------
RB - De qui est venue l’idée de ce spectacle « Jelly and George » autour de Jelly Roll Morton et George Gershwin?
--------------------------------------------------------------------
CMS - Ah! Ce n’est pas moi. Ce spectacle est celui de Aaron Diehl dans lequel je figure pour quelques chansons. Je pense qu’il a voulu juxtaposer deux grands pianistes compositeurs de l’histoire du jazz qui sont tous les deux connus pour être des innovateurs, parmi ceux qui ont vraiment créé ce genre musical. Et pourtant, le nom de Gershwin est beaucoup plus connu de tout le monde alors que Jelly Roll Morton est quelqu’un qui a été oublié. L’idée de juxtaposer ces deux choses lui est venue, je pense, pour élever l’un tout en essayant d’explorer  les similarités et puis les différences entre ces deux compositeurs…
--------------------------------------------------------------------
RB - Une manière de rédemption, pourrait-on dire, en quelque sorte, pour Jelly Roll Morton…?
--------------------------------------------------------------------
CMS - Oui, pour le personnage de Jelly Roll, tout à fait…
--------------------------------------------------------------------
RB - En fait, ce sont deux contemporains. L’un très connu, et l’autre qui avait inscrit sur sa carte de visite : « inventeur du jazz » : ce n’est pas rien!
--------------------------------------------------------------------
CMS  - C’est pas banal, en effet.
--------------------------------------------------------------------
RB - Est-ce que tu y crois, toi, que Mister Morton est le chaînon manquant, l’initiateur? Est-ce que je crois qu’il est l’inventeur du jazz?
-------------------------------------------------------------------
CMS - Non. Mais je pense qu’il a établi beaucoup de choses qui font ce que le jazz est aujourd’hui et, surtout, de ce qu’il a été au départ…Je pense aussi que c’est une personne qui a été oubliée, pas très bien appréciée non plus en son temps. Ça a été assez frustrant, je crois, parce qu’il a eu un peu de succès, au début, mais il n’a jamais pu reconquérir ce succès parce que tout le monde était passé à autre chose. Je pense aussi que c’est un arrangeur extra-or-dinaire et dont on ne parle pas assez. Je trouve que ces arrangements sont magnifiques! C’est un super chanteur, super pianiste, un compositeur extraordinaire. Et je dirais aussi qu’on l’a caricaturé un peu…C'est-à-dire qu’on le prend pour un beau parleur  qui était complètement saoul. Il a une certaine réputation et même une mauvaise réputation. Un « pas sérieux » qui a naturellement du talent.
-------------------------------------------------------------------
RB - D’ailleurs il a commencé à jouer dans les bordels à 14 ans! Ça vous trace un profil…
-------------------------------------------------------------------
CMS - Oui, c’est ça. Mais je pense qu’il a aussi un côté très sérieux. Je pense que dans les enregistrements de Morton par Alan Lomax, il a bu. Il est saoul ; il joue super aussi mais il y a beaucoup de folklore autour de ça. Et il ne faut pas pour autant oublier que c’est une personne qui a travaillé la musique, travaillé son art. Qui a développé un son art, une façon de jouer, qui a écrit ses arrangements, qui a fait un vrai travail; en dehors de posséder juste un talent instinctif qui cadre avec son origine à la Nouvelle-Orléans.
-------------------------------------------------------------------
RB - Dans le spectacle, tu chantes seulement du « George » ou bien tu fais aussi du « Jelly »?
-------------------------------------------------------------------
CMS - C’est moitié-moitié. Je fais huit chansons mais elles changent de concert en concert…
-------------------------------------------------------------------
RB - Parles-nous de Aaron Diehl. Comment vous êtes-vous rencontrés et cela fait combien de temps que vous travaillez ensemble?
-------------------------------------------------------------------
CMS - Ça fait quatre ans et demi qu’on se connait…et qu’on travaille ensemble! J’avais un concert aux États-Unis et mon manager m’a proposé une liste de pianistes à écouter. Je ne connaissais personne. J’ai trouvé qu’il était très sensible et original à la fois, très versatile. Capable de faire un peu de tout mais en le faisant toujours à sa sauce… Et depuis, on a fait énormément de concerts.
-------------------------------------------------------------------
RB - C’est un ravissement de vous entendre ensemble. Il est parfait pour toi! Est-ce Aaron qui a choisi Adam Birnbaum, l’autre pianiste de ce concert?
-------------------------------------------------------------------
CMS - Oui, c’est bien ça. Il a développé le concept et a choisi aussi les autres musiciens. Il voulait absolument deux pianos. On a fait une première version de ce projet en 2013 dans les Catskills (NY) avec Marcus Robert et là, pour la tournée, on y va avec Adam Birnbaum. Du coup, cela met vraiment le piano en avant. Les deux pianos interagissent beaucoup sur scène, jouent même juste en duo. Mais il y a aussi la rythmique et une section de cuivres. Cela me permet d’être un peu en retrait. J’apprécie! Je suis un peu à côté.  J’apprends plein de trucs. Je participe à un projet et je n’ai pas à gérer toute l’attention sur moi, en avant. Ce n’est pas la même énergie.
-------------------------------------------------------------------
RB - De toute façon, tu ne pouvais rien refuser à Aaron, vu votre niveau de collaboration. C’est un peu comme lui renvoyer l’ascendeur. Non?
-------------------------------------------------------------------
CMS - Oui, c’est vrai. Il a été là pour moi pendant toutes ces années. Et puis, je trouve ça normal qu’il fasse son propre projet. Par ailleurs, cela me fait vraiment plaisir. En plus, c’est vraiment de la bonne musique. Donc, il n’y a pas de raison…Mais je continue d’écrire et puis je suis en train de finaliser un album qu’on a enregistré l’année dernière et qui sortira en 2017.
-------------------------------------------------------------------
Pour voir Aaron et Cécile dans Winin' Boy Blues (Jelly Roll), c'est ici. Pour voir Cécile dans Yesterdays au FIJM 2014, c'est ici

La vocaliste Cécile McLorin Salvant avec les pianistes Aaron Diehl et Adam Birnbaum (en Septet) jouent Jelly Roll Morton et Gershwin.

Montréal en Lumière
Vendredi le 24 février, 20h
Salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau    
300, boul. de Maisonneuve E.

pour en savoir plus, c'est ici
-------------------------------------------------------------------
Entrevue : Ralph Boncy, collaboration spéciale
-------------------------------------------------------------------


Jazz et musique de films de Woody Allen avec Streetnix, vendredi le 24 février, c'est reparti pour la saison 2017 des Vendredis Jazz à l'Espace Cercle Carré!

animation Streetnix.gifLui-même musicien, le prolifique réalisateur, acteur et auteur Woody Allen consacre depuis toujours son temps libre à la musique. D'ailleurs il se produit régulièrement en tant que clarinettiste de jazz. De Stardust Memories à New York Stories, en passant par Annie Hall et Midnight in Paris, la musique devient dans ses films un personnage à part entière. C'est un nouveau projet du groupe Streetnix qui nous fera revivre les films du réalisateur par le biais du jazz des années 1920 à 1940.

La formation Streetnix joue dans le pure style de la musique de la Nouvelle-Orléans et participe à chaque année au volet extérieur des événements festifs du FIJM. Dirigée avec dynamisme et passion par la saxophoniste / clarinettiste Jennifer Bell et le trompettiste et arrangeur Bill Mahar depuis sa fondation en 1987, Streetnix est composé d'une joyeuse bande de brillants musiciens.

Attendez-vous à une soirée cinématographique inoubliable avec les meilleurs musiciens d'ici et des projections en prime.

Pour voir Wild Man Blues du film du même nom, c'est ici

Jennifer Bell : saxophone / clarinette
Bill Mahar : trompette / arrangements
Luc Bouchard : banjo
David Martin : trombonne
Christopher Smith : tuba
Michel Berthiaume : batterie

Les Vendredis Jazz à l'Espace Cercle Carré - Jazz et musique de films de Woody Allen avec Streetnix, vendredi, le 24 février à 20h - 36, rue Queen - billets 25$ étudiants 15$ - réservations :  514-397-0430  cartonsuper@bell.net,  La série se poursuit tous les derniers vendredis du mois de mars à juin 2017 avec le Trio Populaire le 31 mars, Joel Miller et Sienna Dahlen - Dream Cassette le 28 avril, le Huu Bac Quintet le 26 mai et le Thiago Ferté Quartet le 30 juin.


Le Afro-Cuban Revival Project du pianiste Rafael Zaldivar démarre le 17e Jazz en Rafale, jeudi le 23 mars à l'Astral!

23 mars_Rafael 150x150_v2.jpgRafael Zaldivar vient d’une famille de musiciens. Il a commencé le piano à l’âge de 10 ans, puis il a poursuivi ses études au niveau universitaire à l’Institut Supérieur des Arts de la Havane, et poursuit sa carrière au Canada depuis plusieurs années. Il termine présentement son doctorat à McGill . Au cours de sa carrière musicale, Rafael a eu la chance d’apprendre avec les grands Barry Harris, Kenny Barron, et Herbie Hancock, avec qui il a pu échanger au sujet de la musique. Il a aussi joué avec les excellents Greg Osby, Steve Coleman, Francisco Mela et aussi Terri Lyne Carrington. De nos jours, on peut l’entendre avec de nombreux groupes à travers le Canada.

Afro-Cuban Revival Project
Le nouveau projet du pianiste, compositeur et artiste nominé au JUNO Rafael Zaldivar est né de son désir d’évoquer le folklore cubain et ses richesses rythmiques.  Son répertoire original inclut une variété de rythmes afro-cubains dont afro, son montuno et obatalá. Le pianiste nous présente ici un produit artistique remplit d’émotion et d’énergie à travers lequel il nous partage son patrimoine culturel. Assurant la direction musicale, Zaldivar est entouré des excellents Rémi-Jean LeBlanc à la basse électrique et Michel Medrano à la batterie. Le projet Afro-Cuban Revival Project offre chants, rythmes et improvisations uniques, célébrant l’héritage des ancêtres africains tout en repoussant les limites du jazz contemporain.

Pour entrendre Rafael expliquer ce projet (en anglais) avec un peu de musique, c'est ici. Pour en savoir plus sur ce concert, c'est ici

Le Afro-Cuban Revival Project avec le pianiste Rafael Zaldivar
Jeudi le 23 mars 20h @ L'Astral
305 Sainte-Catherine O
514-871-1881

La 17e édition de Jazz en Rafale a lieu du 18 au 25 mars à L'Astral et présentera également L'Orchestre national de jazz de Montréal le 18 mars 20h, François Bourassa Quartet, le 23 mars 21h30, Alain Bédard et Auguste Quaret le 24 mars 20h, Félix Stüssi et Les Malcommodes le 24 mars 21h30, Reis Demuth Wiltgen Trio le 25 mars 20h et Pierre De Bethmann et Yannick Rieu Quartet le 25 mars 21h30.


Bassistes! Participez à la 1ière Journée des contrebasses de Montréal, dimanche le 19 février à l'Université Concordia.

contrebasse2017.jpgEn collaboration avec le Département de Musique de l'Université Concordia, c'est avec beaucoup d'enthousiasme que nous vous présentons la première Journée des contrebasses de Montréal.

- État de la basse avec Michel Donato et Dave Watts
- Low End Theory avec Frédéric Alarie
- Accordez votre basse en quinte avec Joel Kerr
- Slap that Bass - splapping rockabilly and bluegrass avec Eddy Blake Eaton

Microphones Clip On / Prise de vue

- Un regard compératif sur certains des meilleurs microphones de l'industrie, y compris DPA, BARTLETT, AMT, NADINE, AUDIX et TROLL

Basse!
Cordes, amplis et choses - Parlez-en à vos collègues bassistes, apportez des articles que vous pourriez vouloir vendre ou échanger ou qui sont d'intérêt général pour les bassistes!

Le coût doit être déterminé, le coût de l'expédition des microphones de retour à Montréal sera réparti entre les participants. Gratuit pour les étudiants de l'Université Concordia.

Pour Frédéric Alarie qui joue la basse de Scott LaFaro sur Solar au FIJM 2016, c'est ici

Journée des contrebasses de Montréal
Dimanche le 19 février de 11h à 16h
Université Concordia - Salle MB 8.135
1450 Guy, 8e étage


CDJAZZ par Christophe Rodriguez

Carlos Jiménez Michel Héroux - Voices

Cette nouveauté s’adresse à ceux et celles qui ne peuvent aller se dorer sous un palmier en ce début de février glacial. En tandem, nous retrouvons donc les guitaristes Carlos Jiménez et Michel Héroux, professeurs tous les deux, qui nous dévoilent, avec Voices, une partie de leur travail et surtout leur savoir-faire!  Si nous trouvons plusieurs accents jazz, nous conviendrons que ce nouvel opus se glissera plus facilement dans la catégorie musique latine et / ou du monde, un peu comme le firent à une époque le trio d’Al Di Meola, John McLaughlin et Paco de Lucia. Plus encore, les onze plages proposées sont un matériau pour ceux d’entre vous qui auraient l’idée d’avoir l’avis musical des maîtres en la question.

Sans prétention et avec beaucoup de douceur, nos artilleurs de luxe s’immiscent dans votre subconscient, vous faisant oublier un tant soit peu les rigueurs de l’hiver. Sans être un grand spécialiste de la guitare, on a aimé Voices, mais sans succomber aux charmes de ces œuvres au caractère exotique. Classique tout de même dans la facture, mais qui mérite toute notre attention. Dans un ordre indistinct, il faut saisir toutes les subtilités de Samba, Bobby, Waltz for Kenny ou la pièce introductive : Atravès do Tempo. Ces as de la corde nous donnent le sentiment de partir en voyage, et plus encore, ou faire le plein de ces rythmes que nous attendons peu, de ce côté-ci de l’Hémisphère nord.

Poir voir Blues For Jim filmé lors du lancement montréalais, c'est ici

www.carlosjimenezmusic.com

www.michelheroux.net

Christophe Rodriguez est également chroniqueur/blogueur jazz, classique et livres au Journal de Montréal


TVJAZZ  26 juin 2014
Cécile McLorin Salvant - Yesterdays - FIJM, le 26 juin 2014


Nordest Trio : Christophe Papadimitriou, Alexandre Grogg et Pierre Tanguay à la Maison de la Culture NDG, le 21 février.

Nordest 150x150.jpgNordest Trio nous offre un jazz nordique a dimension trilatérale, dirigé par le contrebassiste Christophe Papadimitriou. Le Nordest Trio n'a ni frayeur du risque, du vide ou du silence. Un jazz contemporain avec de belles nuances mélodieuses et une rythmique fortement diversifiée. Christophe Papadimitriou s’est produit au sein de divers ensembles jazz, et est membre de l’Ensemble Montréal Tango depuis sa création en 1998, ayant participé à toutes les tournées internationales du groupe et à l’enregistrement des deux albums. Impliqué
dans le monde du théâtre, il a aussi présidé L’OFF Jazz de 2007 à 2011.

Musicien éclectique, le pianiste Alexandre Grogg se distingue par son approche tout à fait personnelle, de son jeu se dégage un irrésistible élan de liberté et de poésie. Pierre Tanguay est un percussionniste accompli, il évolue ainsi en toute liberté dans le milieu du jazz, de musiques actuelle, médiévale et traditionnelle. Avec les compositions du  contrebassiste Papadimitriou, le Nordest Trio nous mène sur un terrain de jeu propice à l’improvisation et à de belles envolées lyriques, une esthétique qui peut rappeler celle du jazz scandinave. Nordest Trio est hors du commun et nous propose de nouvelles compositions pour ce concert, des lignes mélodieuses sur des rythmes tantôt swing, tango et même en ballade. On n’a pas souvent la chance de voir ce trio à l’œuvre, donc une sortie à la Maison de la Culture NDG est de mise!

Christophe Papadimitriou, contrebasse et compositions
Alexandre Grogg, piano
Pierre Tanguay, batterie

Nordest Trio
Mardi 21 février à 20h

Maison de la Culture NDG
3755 Botrel   
514-872-2157
--------------------
Coco  coconette@gmail.com
Facebook / twitter
Coco Jazz, mardi soir dès 19h@ 100,1 CKVL FM


Le Mois de l'histoire des Noirs est  - Ici pour rester, ici pour durer - avec Kind of Blue, un Hommage à Miles Davis du Ron Di Lauro Sextet et l'histoire du blues avec Deacon George, samedi le 18 février  au Victoria Hall de Westmount.

kindofblue.jpgLa ville de Westmount participe au Mois de l'histoire des Noirs. À cette occasion, se tiendront deux évènements exceptionnels de jazz et de blues, sous la présidence du maire Peter Trent. L’imprésario Doudou Boicel (Rising Sun) est fier de vous présenter Kind of Blue, en hommage à Miles Davis mettant en vedette le maestro Ron Di Lauro, directeur de l’Orchestre de jazz de l’Université de Montréal et son fameux sextet. En première partie Deacon George : George Toufexis, le talentueux historien de la musique blues, accompagné par sa guitare, joue et raconte l’histoire du blues. Son répertoire est composé de pièces allant du Delta blues au blues urbain.

Pour voir le Ron Di Lauro Sextet jouant Milestones, c'est ici

Kind of Blue, un Hommage à Miles Davis du Ron Di Lauro Sextet et Deacon George
18 février 19h30
Victoria Hall

4626 rue Sherbrooke O
514-989-5266


TVJAZZ  9 mars 2012
Milestone - Hommage à Miles Davis par le Ron Di Lauro Sextet le 9 mars, 2012


TVJAZZ  7 février 2013
Rafael Zaldivar - La Comparsa - Théâtre Lionel-Groulx, le 7 fév, 2013


TVJAZZ  11 octobre 2013
Nordest Trio - Envol - L'OFF Jazz à la Sala Rossa, 11 oct 2013


TVJAZZ  5 juillet 2016
Frédéric Alarie et la basse de Scott LaFaro - Solar - FIJM, le 5 juillet 2016


Facebook Twitter Youtube