Sortiesjazznights.com

English

Annoncez | Contact

TOUTE L'ACTUALITÉ JAZZ DU QuÉBEC DEPUIS 2003

JazzBulletin   -   jeudi 7 décembre 2017 au mercredi 10 janvier 2018

Recevez gratuitement le JazzBulletin par courriel ou rss chaque jeudi!

Tous les événements jazz du QC dans les clubs, restos, concerts, bars, cafés et festivals !

RSS

Bulletin SJNPRO

Pour les musiciens
et professionnels
du jazz

L’Orchestre national de jazz de Montréal vous invite à la cérémonie afro-cubaine du pianiste et chef invité Rafael Zaldivar à l'Astral jeudi le 14 décembre.

Zaldivar SJN.jpgL’Orchestre national de jazz de Montréal vous propose une soirée toute en couleurs !  Le chef invité, pianiste de jazz renommé et finaliste au Junos, Rafael Zaldivar, présente de ses pièces originales  afro-cubaines, des standards de jazz latin et de bebop dont certaines des grands du jazz que sont Dizzy Gillespie et Thelonious Monk. Autour du chef invité, les 18 musiciens de haut calibre de l’ONJ incluront les percussionnistes invités suivants : Dave Laing, Eugenio Osorio, Michel Medrano et Amado Dedieu. Ça va chauffer !

Originaire de Cuba, Rafael Zaldivar est pianiste, compositeur, arrangeur et directeur musical. Au fil de sa carrière, il a collaboré avec divers ensembles de musique cubaine ; sur la scène canadienne, le musicien a joué avec des artistes de renom tels que Jane Bunnett, Joe LaBarbera, Rémi Bolduc, Vic Vogel, Yannick Rieu et Oliver Jones. Il a aussi partagé la scène avec de multiples artistes internationaux dont Steve Coleman, Terri Lyne Carrington, Francisco Mela, et Danilo Pérez. 

Révélation Radio-Canada 2011-2012, Rafael Zaldivar a vu son talent être reconnu par un prix Opus de la découverte de l’année par le Conseil québécois de la musique – remis à un artiste de jazz pour la première fois ; ainsi que le Grand prix de la relève musicale Archambault. L’artiste compte à son actif les albums Life  Directions et Drawing.
 
Les billets pour le concert du 14 décembre sont disponibles ici dès maintenant ! Faites vite !

L’Orchestre national de jazz de Montréal et Rafael Zaldivar
Jeudi le 14 décembre 20h
L'Astral - 305 Sainte-Catherine O    514-871-1881
www.onjm.ca / Billeterie / Facebook / YouTube / Vous voulez aider l'ONJ? c'est ici


Du classique au jazz avec le saxophoniste Branford Marsalis, l'organiste Jean-Willy Kunz et l'Orchestre symphonique de Montréal, vendredi le 15 décembre à la Maison symphonique.

Branford Marsalis 150x150.jpgSaxophone et orgue, voilà un duo inusité qui promet de belles découvertes. Branford Marsalis, saxophoniste abordant autant le jazz que le classique, se joint à Jean-Willy Kunz, organiste en résidence de l’Orchestre symphonique de Montréal. Au programme : Goulet, Tomasi, Debussy, Alain, Iturralde, Milhaud, Kunz, Piazzolla, Marsalis. Un concert dans le vent! Pour les billets, c'est ici

Les racines de Branford Marsalis sont le jazz, son premier instrument, la clarinette, laissa sa place au saxophone alto, tenor et soprano quand le jeune Branford débuta sa carrière de musicien à la Nouvelle Orléans.  Sa fascination sans cesse grandissante pour le jazz le mena au collège ou il obtenu les outils nécéssaires pour ses premiers engagements d'importance, comme avec les légendaires Jazz Messengers d'Art Blakey. En 1986 il créa son quartet, son véhicule d'expression principal jusqu'a aujourd'hui. Mais le classique est également une partie importante de la musique que joue Branford. Un soliste fréquent auprès d'ensembles classiques, Branford est de plus en plus recherché comme soliste vedette auprès d'orchestres prestigieux tels ceux de Chicago, de Détroit, de Düsseldorf, les North Carolina Symphonies et le Boston Pops, et un réportoire sans cesse grandissant qui inclut Debussy, Glazunov, Ibert, Mahler, Milhaud, Rorem et Vaughn Williams.

Jean-Willy Kunz est l'organiste résident de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM). Il étudia au Conservatoire de Lyon, au Conservatoire de musique de Montréal, et à l'Université McGill ou il obtenu son doctorat avec John Grew. Sa riche discographie mets en lumière un large éventail d'influences, de la musique tradtionelle des Balkans au chanteur Pierre Lapointe. En avril dernier, aux côtés de l'OSM et d'Olivier Latry, il gagna un Juno pour le Meilleur Album Classique pour Grands Ensembles.

osm.ca
branfordmarsalis.com

Voyez la vidéo de Branford Marsalis dans la Première Mondiale de Scherzo Furioso, ici

Et la vidéo de Jean-Willy Kunz dans Citus, altius, fortius, la première pièce du concert, ici

Orchestre symphonique de Montréal
Branford Marsalis, saxophone
Jean-Willy Kunz, orgue

Vendredi le 15 décembre 20h
La Maison symphonique
1600 St-Urbain

Pour les billets, c'est ici


Le trompettiste Ivanhoe Jolicoeur et Bathyscaphe lancait Au plus profond des os au Dièse Onze, voici des extraits et l'entrevue.

Bathyscaphe 150x150.jpgLe trompettiste et compositeur Ivanhoe Jolicoeur reviens avec une nouvelle mouture de Bathyscaphe pour son plus récent projet Au plus profond des os qu'il lancait au Dièse Onze le 2 décembre dernier, voici quelques extraits et l'entrevue.

Dans cette rencontre je discute avec Ivanhoe Jolicoeur du pourquoi de ce 2ième album - Au plus profond des os, les nouveaux musiciens ; Étienne Lebel au trombone, Jean Cyr à la basse et Éric St-Jean au piano, et les membres originaux de Bathyscaphe, c'est à dire Yves Adam au sax tenor et Daniel Lemay à la batterie, on parle aussi de la co-production avec Jacques Mignault et Yves Adam vs les subventions et le socio-financement, la signification du mot Bathyscaphe, comment il a rencontré Yves Adam, comment il défini cette musique, et plus.

Pour l'entrevue avec les pièces : Régates / Oursin et Langoustine, c'est ici

Pour écouter et acheter Au plus profond des os : https://ivanhoe.bandcamp.com/

Ivanhoe Jolicoeur, trompette et compositions
Yves Adam, sax tenor
Étienne Lebel, trombone
Éric St-Jean, piano
Jean Cyr, basse
Daniel Lemay, batterie

Claude Thibault, entrevue

Dièse Onze, Montreal, Qc (Ca)
02.12.2017


Didier Pennequin de CouleursJazz.fr nous parle du Corea/Gadd Band au Festival de Jazz de Monte-Carlo 2017.

Monaco-Theatre.jpgChaque année, à la fin du mois de novembre, les ors du magnifique Opéra Garnier de Monte-Carlo, où trônent les illustres noms de Gounod, Rossini, Verdi ou encore Mozart, résonnent durant quelques soirées aux sons du jazz au cours du Festival de Jazz de Monte-Carlo 2017.

Et parmi eux en ce millésime 2017, le Corea/Gadd Band, qui y donnait le dernier concert de sa tournée. Désormais largement septuagénaires, les deux musiciens se connaissent depuis des lustres. Le premier, Chick Corea (76 ans) ayant côtoyé le second Steve Gadd (72 ans), à plusieurs reprises au cours des décennies 1970/1980. Aujourd’hui, l’éminent claviériste et le démonstratif batteur codirigent un super groupe comprenant le toujours impressionnant Lionel Louéké (guitare), Steve Wilson (saxes/flûtes), Carlitos Del Puerto (contrebasse/basse électrique), Lusito Quintero (percussions) et viennent d’enregistrer Chinese Butterfly.

C’est donc en grande partie le répertoire de ce nouvel album qu’ils ont présenté sur la scène monégasque. Des compositions originales pour la plupart dues à la plume de Chick Corea, à l’exception d’un thème assez phénoménal écrit par John McLaughlin (qui pour la petite histoire réside à Monaco!), baptisé Chick’s Chums. Et des compositions qui renvoient étonnamment aux années de braises du jazz-rock et du jazz fusion quand des formations comme “Return To Forever” du claviériste régnaient sur la planète jazz.

Pour la vidéo de Corea/Gadd Band à Buenos Aires le 24 octobre 2007, c'est ici

Pour l'article complet sur CouleursJazz.fr, c'est ici

Cette chronique est un collaboration spéciale de CouleursJazz.fr et sortiesJAZZnights.com


CDJAZZ par Christophe Rodriguez

François Bourassa Quartet - Number 9

Pilier d’un jazz tous azimuts et sans contredit l’un de nos grands représentants à l’étranger, le pianiste François Bourassa poursuit, avec ce Number 9, sa route avec sagesse. Comme Noël approche et que nos artistes sont en droit de se retrouver sous le sapin, en version physique ou téléchargement, voici une belle occasion à ne pas rater. Pour les amateurs de jazz dit «  classique  », il faudra passer votre route, tandis que les plus aventuriers y trouveront leur compte. Toujours avec sa fidèle équipe composée du saxophoniste, flutiste et clarinettiste André Leroux, du contrebassiste Guy Boisvert et du batteur Greg Ritchie, le voyage se veut particulièrement costaud.

Si nous n’avons rien compris à la première composition Carla Und Karlheinz, soit un hommage à Carla Bley et Karl Stockausen, c’est lourd et pas du tout invitant comme introduction, 5 And Less, la seconde, est beaucoup plus réussie. Conciliant la modernité avec un beau phrasé au piano et mettant en vedette le saxophoniste André Leroux, nous étions en présence de matière jazz tout à fait comestible. Si Frozen nous a laissé un peu sur notre faim, je me demande parfois où est la ligne directrice, Lostage qui met une de fois de plus en scène le saxophoniste s’avère une très belle carte de visite. Comme nous sommes dans les atmosphères, 18 Rue de l’Hôtel de Ville évoque à la fois Satie, et l’intemporalité du trop méconnu Lennie Tristano. Dialoguant avec les musiciens, tout en étant à l’avant-plan, François Bourassa livre une très belle leçon de piano. Vive la poésie et le talent.

Carla und Karlheinz / 5 And Less / Frozen / Past ich / Lostage / 18 Rue de l'Hôtel de Ville / 11 Beignes

Pour écouter et acheter : Spotify, Amazon

Pour en savoir plus, francoisbourassa.com

Christophe Rodriguez est également chroniqueur/blogueur jazz, classique et livres au Journal de Montréal


TVJAZZ  6 juillet 2013
L'Orchestre national du jazz de Montréal - Blue Yonder - FIJM, le 6 juillet, 2013


Le contrebassiste Petros Klampanis fait son entrée au Upstairs avec le pianiste montréalais Guillaume Martineau mercredi le 13 décembre.

klampanis-martineau 150x150.jpgSi vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez sûrement vu passer des vidéos et des commentaires positifs de mon admiration à l’égard de ce contrebassiste grec
établi à New York. Pour cette soirée hautement créative, le contrebassiste Petros Klampanis sera accompagné par nul autre que notre polyvalent pianiste/compositeur Guillaume Martineau.

Petros Klampanis a grandi sur l'île grecque de Zakynthos, aux sons de la musique folklorique méditerranéenne et balkanique. Sa passion pour la musique le pousse a abandonner l'École polytechnique d'Athènes et en 2005, il débute ses études de contrebasse au Conservatoire d'Amsterdam. En 2008, il termine ses études à l'École de musique Aaron Copland à New York. Depuis son arrivée à New York, Klampanis s'est produit aux côtés de musiciens renommés de la ville, dont le saxophoniste Greg Osby, le pianiste Jean-Michel Pilc et le batteur Ari Hoenig. On a pu le voir dans la section rythmique du fabuleux groupe  Snarky Puppy, lors de son passage ici à Montréal. Ses compositions sont mélodieuses, teintées subtilement de musique classique et de quelques touches orientales. Cela en fait un jazz contemporain, accessible et envoûtant. Quant au jeu de contrebasse solo, Petros Klampanis utilise une pédale de boucle pour créer un orchestre de contrebasses.

Voyez ce que ça donne dans cette vidéo solo de Petros Klampanis (Alfonsina Y El Mar de Rooftop Stories)

Révélation Radio-Canada 2015-2016 en jazz, le pianiste Guillaume Martineau se distingue de par son ubiquité musicale et sa créativité. Il termine des études en jazz au Collège Berklee de Boston en 2012 ayant reçu le North American Scholarship et le Zambelli Award. Alors qu’il détenait une maîtrise en classique à l’Université McGill et venait de remporter le 1er prix au Concours de musique du Canada en 2009, c’est sa rencontre avec le pianiste Oliver Jones qui l’a motivé à faire le saut en jazz.

Voyez la vidéo de Guillaume Martineau avec Lucioles au Quai des brumes (Garde-Fou de Théâtre Magique)

Le fait que tous deux aient débuté en musique classique pour se tourner vers le jazz apporte une dynamique surdimensionnée dans le jeu du duo qui se lance la balle en puisant chacun dans son propre répertoire.

À noter que Martineau et Klampanis n’ont jamais joué ensemble avant ce concert. Une soirée, un duo, un concert et des surprises.

À ne pas manquer...

petrosklampanis.com
sa page FB, c'est ici
la page FB de l'événement, c'est ici

Mercredi le 13 décembre 20h / 21h15 / 22h30
Upstairs
1254 Mackay   
514-931-6808
--------------------

Coco :  coconette@gmail.com
Facebook
/ twitter
Coco Jazz, mardi soir dès 19h@ 100,1 CKVL FM


TVJAZZ  2 décembre 2017
Ivanhoe Jolicoeur Bathyscaphe - entrevue Au plus profond des os + Régates et Oursin et Langoustine - Dièse Onze, le 2 déc 2017


Facebook Twitter Youtube