Sortiesjazznights.com

English

Annoncez | Contact

TOUTE L'ACTUALITÉ JAZZ DU QuÉBEC DEPUIS 2003

JazzBulletin   -   jeudi 21 mars 2019 au mardi 30 avril 2019

Recevez gratuitement le JazzBulletin par courriel ou rss chaque jeudi!

Tous les événements jazz du QC dans les clubs, restos, concerts, bars, cafés et festivals !

RSS

Bulletin SJNPRO

Pour les musiciens
et professionnels
du jazz

Le Big Band de l’Université de Montréal accueille Ranee Lee, l’intemporelle voix du jazz, mercredi le 27 mars, 19 h 30, @ Salle Claude-Champagne.

Photo_Ranee_Lee_150X150.jpgLe Big Band de l’Université de Montréal invite le grand public à un concert-événement qui permettra à ses 20 musiciens, sous la direction du réputé Ron Di Lauro, d'accueillir la « diva jazz » montréalaise d'origine new-yorkaise Ranee Lee.

Lors de ce concert, Ranee Lee révélera toute la richesse d’une démarche qui s’est approfondie au fil des décennies au contact des plus grands jazzmen nord-américains et interprétera un florilège de standards de jazz et de succès de Broadway.

Ayant collaboré notamment avec Clark Terry, Bill Mayes, Herb Ellis, Red Mitchell, Milt Hinton, Oliver Jones et Terry Clarke, Mme Lee célèbre plus de 40 ans de résidence à Montréal, ville dans laquelle elle a connu une carrière remarquable lui permettant de devenir l’une des chanteuses jazz les plus populaires au pays.

En prime : la première partie du concert mettra à l’avant-scène des étudiantes-chanteuses du programme de baccalauréat en interprétation jazz qui étudient sous la supervision de Vincent Morel et Hélène Martel.

Salle Claude-Champagne, 220, avenue Vincent-d’Indy (métro Édouard-Montpetit). 14 $, gratuit (étudiants). Billetterie : musiqueumontreal.tuxedobillet.com ou en vente à la porte

Pour voir quelques extraits vidéos du Big Band : Station Wagon et The Tholian Web


Le captivant pianiste jazz Kristjan Randalu présente Absence (ECM) dans l'intimité de l'Espace Oliver Jones, ce soir jeudi le 21 mars.

Kristjan Randalu 150x225.jpgKristjan Randalu est un des plus captivants pianistes de sa génération, recherché comme soloiste, collaborateur et compositeur, sa musique est décrite par Jazz Times comme un "monde exotique indescriptible". Né en Estonie en 1978, il est tout petit quand il part vivre avec sa famille en Allemagne où sa relation avec le piano prends de plus en plus de place. Il étudie avec John Taylor de Cologne et Django Bates du Royal Academy of Music de Londres, et poursuit sa formation avec une bourse au Manhattan School of Music de New York.

Au fils des années ses partenaires musicaux incluent Dave Liebman, Ari Hoenig, Nguyên Lê, Ben Monder, Nils Petter Molvaer, Dhafer Youssef, l'Orchestre de Chambre de Stuttgart, l'Orchestre de Chambre de Tallinn et l'Orchestre Symphonique de Londres. Il a joué au Carnegie Hall, au Barbican Hall et au Berlin Konzerthaus, dans plusieurs festivals a Londres, Paris, Madrid et Istanbul, et effectué plusieurs tournées aux USA et Canada, Europe,Turquie, Corée, Australie et Israël. Parmi ses reconnaissances il récolte une nomination au Grammy et l'Album Jazz de l'Année du Estonian Music Awards. En 2014 Randalu a reçu le prix annuel de musique de l'organisme Cultural Endowment of Estonia.

"Kristjan est un pianiste spectaculaire" - Herbie Hancock

"À la fois intemporel, spectaculaire et nonchalant, exigeant et divertissant au plus haut point" - Jazz Thing

"Un pilier de stabilité, il est évidemment capable de performances technique à couper le souffle et de nous en mettre plein la gueule, mais préfère jouer avec un noble conservatisme" - Downbeat

randalu.com

L'artiste sur Facebook

L'événement Facebook

La pièce-titre Absence sur YouTube

Kristjan Randalu - Absence

Jeudi le 21 mars 20h
Espace Oliver Jones  
5445 Gaspé, suite 308 (Mtl)

Billets : (argent comptant seulement à la porte ) 30$ / étudiant 15$)

Participez à ce concert et vous aurez aussi la chance de rencontrer Kristjan Randalu et de discuter avec lui après sa performance!


Ranee Lee, l'intemporelle voix du jazz - en concert avec le Big Band de l'Université de Montréal le 27 mars - nous parle de ses premiers amours du jazz, comment elle s'est retrouvée à Montréal, ses vocalistes jazz préférrés, la batterie, le saxophone et la dance, l'enseignement du jazz, des chanteurs a surveiller, ce qu'elle écoute, des projets à venir, le 27 mars...et plus.

Ranee Lee fond blanc 150x205.jpgLe Big Band de l'Université de Montréal invite le grand public, le mercredi 27 mars à la salle Claude-Champagne, à un concert-événement qui permettra à ses 20 musiciens, sous la direction du réputé Ron Di Lauro, d'accueillir la « diva jazz » montréalaise d'origine new-yorkaise Ranee Lee. Lors de ce concert,  Ranee Lee révélera toute la richesse d’une démarche qui s’est approfondie au fil des décennies au contact des plus grands jazzmen nord-américains et interprétera un florilège de standards de jazz et de succès de Broadway. Ayant collaboré notamment avec Clark Terry, Bill Mayes, Herb Ellis, Red Mitchell, Milt Hinton, Oliver Jones et Terry Clarke, Mme Lee célèbre plus de 40 ans de résidence à Montréal, ville dans laquelle elle a connu une carrière remarquable qui lui a permis de devenir l’une des chanteuses jazz les plus populaires au Canada. En plus d’être chanteuse, Mme Lee est également compositrice, comédienne et pédagogue. Elle a remporté de nombreux prix pour son imposante discographie et sa contribution à l’enseignement du jazz.
------------------------------------------------------------
CT - Ranee, quel artiste t'a allumée au jazz?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - Comme tous les ados de mon époque j'écoutait du Top 40, du R&B et du rock mais j'ai toujours été attirée par la musique de Dinah Washington. J'ai depuis réalisé qu'il y plusieurs autres chanteuses, telles Nancy Wilson, Diana Reeves, et autres, qui sont également des disciples de Dinah. Même si on ne ressemble pas a Dinah dans le sens du son, du phrasé et du rythme il y avait quelque chose dans sa façon de raconter une histoire, elle n'improvisait pas beaucoup, mais plutôt dans son phrasé et son style. Je pense donc que introduction initiale c'était Dinah qui chantait dans une variété de styles, pas seulement en jazz, et qu'elle a influencé des chanteuses de jazz qui m'ont influencé.
------------------------------------------------------------
CT - J'ai découvert qu'avant de chanter tu a joué la batterie et le saxophone...vraiment?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - Oui, c'est vrai. J'ai joué de la batterie et du saxophone pendant plusieurs années. J'ai aimé jouer ces instruments, que je n'ai PAS joué depuis des années! Cela m'a donné une base au niveau du rythme, du phrasé et de l'impro et une bonne fondation pour la musique. J'ai même joué de la basse dans un groupe country & western, ce n'était pas trop difficile mais une bonne expérience. Mais même avant ça j'ai été danceuse! Pendant des années j'ai étudié le ballet jusqu'a 16 ans, j'étais ado et comme tous les ados je voulais essayer plein de trucs.
------------------------------------------------------------
CT - Et qu'est-ce qui t'a ammenée de NY a Montréal ? c'était l'amour ? nos hivers ?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - Elle rit. L'amour de la musique et la joie de vivre montréalaise. J'était une exploratrice et je naviguais entre nos deux pays (États-Unis/Canada) afin de bâtir ma carrière et un public, j'était très jeune, je voulais voyager d'un endroit a l'autre et explorer qui j'étais et j'étais très excitée de pouvoir voyager. J'ai passé beaucoup de temps en Ontario et a la fin des années 60 on nous a invité a jouer et je suis tombé en amour avec Montreal. Notre première gig fut au Café de L'Est  (Notre-Dame/Bennett). La scène musicale était riche et vivante ici et on a eu beaucoup de plaisir. Et puis 5 ans plus tard on est revenu a plusieurs reprises au Portage de l'Hôtel Bonaventure. Et je suis encore une fois tombé en amour avec la ville, il y avait une telle atmosphère. Et ensuite je me suis marié avec Richard Ring, le guitariste du groupe...
------------------------------------------------------------
CT - C'est quoi pour toi l'enseignement et le partage du jazz?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - C'est difficile a mettre en mots. Je crée une relation avec l'âme intérieure du musicien - quand ils arrivent ils ont déjà un amour et une compréhension de la musique et c'est comme arroser des plantes qui grandissent - and quand ils saisissent des choses et commencent a utiliser des composantes qu'ils apprenent a travers tous les cours qu'ils prennent, surtout a l'université et qu'ils fleurissent, c'est une grande récompense.
------------------------------------------------------------
CT - Quelques vocalistes qu'on devrait surveiller?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - Il y en a plusieurs. Sarah Rossy, Sophie Tremblay, Victoria Doyon (elle sera la première au Québec avec un Doctorat sur la voix et ça c'est quelque chose).
------------------------------------------------------------
CT - Qu'est-ce tu écoutes à la maison et dans ta voiture?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - Ces jours-çi j'écoute du Stanley Turrentine. J'adore Shirley Horn mais j'aime aussi Gregory Porter que je pourrais écouter toute la journée. Il y quelque chose dans sa voix, comme s'il chantait que pour moi.
------------------------------------------------------------
CT - Tu a joué avec une foule d'excellent musiciens, quels moments WOW as-tu vécus?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - De l'autre côté de la frontière, quand j'ai enregistré avec le grand bassiste Ray Brown, pas seulement parce que c'est un icône mais parce que c'était le mari de Ella Fitzgerald, et nous sommes dans la même pièce! J'ai eu plusieurs grands moments avec Oliver Jones et l'implication de nos familles. Et puis il y eu le pianiste et chanteur Buddy Greco pour une présentation a CTV il y des années. Aussi quand j'ai vu Mark Murphy au Upstairs il y des années.
------------------------------------------------------------
CT - Tes compositeurs préférés?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee -  Évidemment Gershwin a cause de l'exploration des divers styles de musique de Porgy and Bess jusqu'au American Songbook. Il raconte une histoire, et il y la liberté et l'aventure dans sa musique. J'aime aussi Duke Ellington, j'adore ses chansons. Cole Porter aussi. Andrew Lloyd Weber qui a écrit Cats. C'est tout autour de l'histoire qui est racontée et comment je la partage.
------------------------------------------------------------
CT - Parles-nous des tes futurs projets et albums...
------------------------------------------------------------
Ranee Lee -  J'ai un concert le 27 avril prochan avec un big band a Sotchi en Russie. C'est comme une rêve, je ne suis jamais allé en Russie. J'y serai avec Taurey Butler qui sera mon directeur musical. Ah oui aussi je discute avec Jim West de Justin Time Records d'un album de pièces originales qui explorerait le language du jazz avec la musique de ma jeunesse.
------------------------------------------------------------
CT - Pour terminer quelques mots sur ce quoi on peut s'attendre avec le Big Band de l'Université le 27 mars?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - La musique c'est une organisme vivant, alors quand ça touche le public et que ça éveille des trucs qui sommeillent et qu'on a ces jeunes musiciens qui propagent le culture du jazz, c'est une belle récompense, alors c'est un cadeau et je suis sûre que le public en profitera. De pouvoir jouer avec cette génération, de sentir leur enthousiasme pour la musique, ça infuse quelque chose au public et la performance.
------------------------------------------------------------
Entrevue : Claude Thibault
------------------------------------------------------------
Pour voir la vidéo de "I've Got The Whole World On A String" de Ranee avec l'ONJM, c'est ici

Ranee Lee
avec le Big Band de l'Université de Montréal, dir. Ron Di Lauro. Mercredi le 27 mars 20h. Salle Claude-Champagne, 220 Ave. Vincent-d’Indy (Métro Édouard-Montpetit ).
Billets : $14 (gratuit pour étudiants). Billeterie: musiqueumontreal.tuxedobillet.com et en vente à la porte.


Plus de deux mille jeunes musiciens et le le Vic Vogel Jazz Big Band se donnent rendez-vous pour célébrer la 41e édition du JazzFest des jeunes du Québec, samedi le 30 mars 2019.

Vic Vogel 150x208.jpgLe 41e JazzFest des jeunes du Québec présentera 90 ensembles qui se produiront sur six scènes à l’école André-Laurendeau de St-Hubert. Participez à ce happening musical mettant en vedette des big-bands, des combos, des chanteurs et d’autres groupes musicaux issus du millieu scolaire dont certains se produiront par la suite au Festival International de jazz de Montréal.

Comme le veut la tradition, le JazzFest des jeunes du Québec se terminera en sons et en couleurs avec le Vic Vogel Jazz Big Band à 17h. Son chef, Vic Vogel, est un pianiste, un compositeur et un arrangeur de stature olympique. Réunissant dans un seul groupe des musiciens au talent exceptionnel, il a su créer une véritable sculpture sonore issue de sa formidable imagination.
 
La renommée de ce groupe n’est plus à faire. La liste des sommités avec lesquelles le Jazz Big Band a déjà travaillé est impressionnante :  Maynard Ferguson, Jerry Mulligan, Dizzy Gillespie, Paul Anka, Sammy Davies Jr., Jerry Lewis, Michel Legrand, etc. Le groupe a aussi partagé la scène avec Offenbach pour le concert En Fusion dont l’album a reçu un trophée Félix pour le disque rock de l'année en 1980. Rien d'étonnant à ce que Vic Vogel ait été la personnification du Festival international de jazz de Montréal pendant plus de trois décennies.

Et justement, pour voir notre vidéo de leur dernier concert au Festival en 2014, interprétant The Way, c'est ici

Cette année, le comité organisateur du JazzFest des jeunes du Québec est heureux de remettre le prix Hommage 2019 à un artisan de la grande « communauté musicale jazz ». M. Ron Di Lauro aura laissé sa trace ainsi qu’un héritage musical important par ses performances, son dévouement, son talent et son implication. Pour cette 41e édition le JazzFest des jeunes du Québec est fier d'annoncer sa nouvelle porte-parole : la percussioniste Mélissa Lavergne (Belle et Bum).

Plus d’une vingtaine de musiciens professionnels dont Jennifer Bell, Jocelyn Couture et Jean-Pierre Zanella agiront à titre de juges et de conseillers lors d’ateliers particuliers.

Au plaisir de vous rencontrer samedi le 30 mars 2019 pour la 41e édition du JazzFest des jeunes du Québec!

JazzFest des jeunes du Québec
Samedi le 30 mars 2019
De 8 h 30 à 19 h
Adultes 10$ / Étudiants et aînés 5$ / gratuit 12 ans et moins
Renseignements : 514-244-4248
jazzfestdesjeunes.qc.ca
7450 boul. Cousineau, St-Hubert


CDJAZZ par Christophe Rodriguez

Rafael Zaldivar - Consecration

Professeur de jazz et de piano à l’Université Laval, musicien bien connu du tout Montréal et du Québec, Rafael Zaldivar signe un album majestueux. Au cœur de cette nouveauté qui fera certainement l’objet d’un concert ou d’une tournée, espérons-le, nous retrouvons l'âme de la musique cubaine avec tout ce que cela peut apporter de variantes. Pour comprendre la genèse de ce travail, lisons ce que dit le pianiste dans les notes introductives : « Cet album est né avec ma Consecration dans la main afro-cubaine d’Orula. La main d’Orula est une immersion spirituelle dans la pensée éternelle de la création à travers la connaissance de l’énergie et sa manifestation dans la matière ». N’ayez crainte, nous sommes loin d’un disque de spiritisme, mais plutôt en présence de forces conjointes musicales particulièrement dynamiques.

Allez, plongez avec votre fidèle chroniqueur et vous ne serez pas déçus. L’offrande cubaine décolle avec un Rock Con Leche aux accents futuristes où se conjugue la superposition du piano et du synthétiseur, suivi d’un roboratif Arara. Si le jazz est bien présent, je soupçonne le pianiste d’avoir écouté Erik Satie en cachette, puisque Manifested Creation évoque les Gymnopédies. Au cœur de la ville, certainement très tard, le Afro-Cuban Warriors a comme ingrédient cette petite touche de modernité, propre aux temps qui changent. Au détour, un clin d’œil au pianiste et chanteur Nat King Cole, avec une relecture d’Unforgettable sous forme de boléro. Vous dire que c’est beau relève de l’euphémisme, sensuelle à souhait, elle fleure bon le printemps.  Consecration est aussi un travail d’équipe et nous retrouvons :  les contrebassistes Rémi-Jean LeBlanc et David Gagné, les percussionnistes Eugenio Osorio et Amado Dedeu Jr, le batteur Michel Medrano et la chanteuse Mireille Boily. Le travail est accompli, à vous de juger !

A Rock Con Leche / Arara / Manifested Creation / Rezos / Afro-Cuban Warriors / When I Think of You / Obatala /
Eternel Creation / Congo / Simple Talking / Unforgettable / Te Récordaré / Aché (Through The Consecration)


Rafael Zaldiver sur Facebook

Consecration sur Amazon, Spotify et iTunes

Christophe Rodriguez est également chroniqueur/blogueur jazz, classique et livres au Journal de Montréal


TVJAZZ  13 décembre 2013
L'Orchestre national de jazz de Montréal avec Ranee Lee - I've Got Whole World On A String - L'Astral, le 13 déc 2013


Mehdi Nabti et Prototype : le «continuum afro-berbère» à la Maison de la culture de Pointe-aux-Trembles samedi le 23 mars.

Mehdi Nabti 150x150.jpgMehdi Nabti est un saxophoniste et improvisateur au parcours tout à fait atypique. Détenteur d’un doctorat et d’un post-doctorat en anthropologie, Mehdi a étudié pendant de nombreuses années le folklore berbère et les musiques de transe rituelle dans le nord du Maroc, approfondissant sa connaissance de divers langages et pensées musicales tout en apprenant plusieurs instruments, percussions
et flûtes traditionnelles.

Parallèlement à son parcours de chercheur sur le terrain, il a étudié le saxophone, l’arrangement et l’improvisation et explore depuis trois décennies les univers musicaux inspirés de ses recherches en France et, depuis 2009, au Québec. Parmi ses plus récents albums il publie Études Africaines (2015) avec le chanteur et percussionniste d’origine congolaise Lionel Kizaba, pièces chantées avec une part d’exploration rythmique et mélodique d'un grand intérêt. Également Hybridations et transformations du groupe Pulsar 3 qui est une interprétation contemporaine de techniques issues des traditions antiques et médiévales berbères et sub-sahariennes, ce que Mehdi appelle le «continuum afro-berbère» et qui se retrouve sur le dernier album en date, Les règles de l’Art (Ethno-ingénierie), où l’on retrouve Joy Anandasivam (guitare électrique), Nicolas Lafortune (basse électrique) et Bertil Schulrabe (batterie).

Les quatre musiciens seront accompagnés samedi prochain du danseur Théodore Nabti, à l’occasion d’une répétition ouverte au public, idée ingénieuse et d’autant plus pertinente que le processus est au moins aussi important que le résultat pour pouvoir comprendre les secrets de ce «continuum afro-berbère». Le saxophoniste et chercheur expliquera la manière dont il utilise les techniques issues des folklores afro-maghrébins afin de créer un style improvisé actuel de grande qualité. Moment de détente, d’évasion, de découverte, cette répétition s’annonce tout à fait inspirante!

mehdinabti.wixsite.com/mehdinabti

Pour l'EPK de Les règles de l'Art, c'est ici

Pour écouter toute sa musique, c'est ici

Mehdi Nabti et Prototype - Les règles de l’Art (Ethno-ingénierie)

Mehdi Nabti - saxophone, compositions et plus
Joy Anandasivam - guitare électrique
Nicolas Lafortune - basse électrique
Bertil Schulrabe - batterie

Pour les billets, c'est ici

Samedi le 23 mars 14h
Maison de la culture Pointe-aux-Trembles
14001 Notre-Dame E.   
514-872-2240
--------------------
Benjamin Goron : benjamingoron@gmail.com
Facebook / twitter

 


TVJAZZ  29 juin 2014
Vic Vogel et le Jazz Big Band - The Way - FIJM, le 29 juin 2014


TVJAZZ  24 mars 2016
Big Band Université de Montréal avec Ignacio Berroa - Mr. Fonebone - Salle Claude-Champagne, le 24 mars 2016


TVJAZZ  23 mars 2017
Rafael Zaldivar Afro-Cuban Revival - Obatala - Jazz en Rafale, le 23 mars 2017


TVJAZZ  5 décembre 2018
Rachel Therrien - Haydée Santamaria


TVJAZZ  7 mars 2019
Jazzlab Orchestra - Quintessence (Studio Piccolo) 7 mars 2019


Facebook Twitter Youtube