Sortiesjazznights.com

English

Annoncez | Contact

TOUTE L'ACTUALITÉ JAZZ DU QuÉBEC DEPUIS 2003

JazzBulletin   -   jeudi 19 avril 2018 au jeudi 17 mai 2018

Recevez gratuitement le JazzBulletin par courriel ou rss chaque jeudi!

Tous les événements jazz du QC dans les clubs, restos, concerts, bars, cafés et festivals !

RSS

Bulletin SJNPRO

Pour les musiciens
et professionnels
du jazz

Les Bourdonnements Jazz du pianiste Yves Léveillé au Théâtre Outremont avec Yannick Rieu, Jacques Kuba Séguin, Jean-Nicolas Trottier, la ruche intergénérationelle et plus les jeudis 26 avril, 3 et 10 mai.

Yves Leveille_Photo Mathieu Rivard_150x165.jpgArtiste en résidence au petit Outremont du Théâtre Outremont, le pianiste et compositeur Yves Léveillé vous invite à la série Bourdonnements Jazz à l’Outremont.

Trois soirs dédiés à la circulation des multiples visions jazz de la grouillante scène montréalaise. Dans une optique de sortir de sa boîte pour capter des idées nouvelles, treize musiciens marquants de la grande ruche du jazz d’ici bourdonneront à l’air libre, disséminant leurs pratiques musicales et partageant celles des autres, collègues comme public. Au menu, une première soirée où butineront les compositeurs butineurs, suivi d’un chassé-croisé intergénérationnel pour finir avec un trialogue de haut vol où le duo Y2 d’Yves Léveillé et Yannick Rieu inviteront un trombone rebelle.

Les 7@8 - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le jazz (sans jamais oser le demander) : Chaque concert commencera par un 7@8 informel où public et créateurs feront connaissance autour d’un casse-croûte, tout en partageant leurs idées musicales et anecdotes. À vos questions !

Le jeudi 26 avril -
Quintet de compositeurs butineurs : Un concert qui pousse la pollinisation croisée entre les compositeurs-interprètes Yannick Rieu (sax), Jacques Kuba Séguin (trpt) et Yves Léveillé (piano). Accompagné de Guy Boisvert (basse) et Alain Bastien (batt), chacun délaissera sa zone de confort pour explorer des territoires insoupçonnés.

Le jeudi 3 mai - Ruche intergénérationnelle : Quand Roberto Murray (sax), Frédéric Alarie (basse), Camil Bélisle (batt) et Yves Léveillé (piano), quatre quinquas du jazz, se frottent aux quatre talents de la relève que sont Pierre Mendola (flûte), Olivier Salazar (xylophone/claviers), Alex Le Blanc (basse) et Noam Guerrier Freud (batt), ça risque de brasser la cage !

Le jeudi 10 mai - Dialogue plus : Le temps d’une soirée, les jazzmen Yannick Rieu, et Yves Léveillé, complices dans leur duo Y2, croiseront le fer avec Jean-Nicolas Trottier, l’un des trombonistes les plus talentueux de sa génération.

Pour voir la vidéo de U-Bahn du 5tet du 26 avril, c'est ici

Pour voir la vidéo du Jonglerie du duo Y2 le 10 mai, c'est ici

Tous les concerts sont à 20h

Bourdonnements Jazz du Petit Outremont
Théâtre Outremont
1248 Bernard O    
514-495-9444

Régulier 33 $ / Aîné 28 $ / Étudiants 23 $ - Casse-croûte avec les artistes de 19 h à 20 h inclus dans le prix / 10% de rabais sur le prix régulier du billet pour 2 concerts / 15% de rabais sur le prix régulier du billet pour 3 concerts / 15% de rabais UDA et Guilde des musiciens.


Le vidéaste et photographe Randy Cole nous offre un document intime et touchant sur la singulière vision du mouvement et de la musique du batteur John Hollenbeck avec l'Orchestre national de jazz de Montréal et Theo Bleckmann a l'Astral le 6 mai 2017. Regardez ici.

ONJM Randy Cole.jpgRandy Cole est un vidéaste hors-pair et ce fascinant document qu'il a produit sur le batteur et percussioniste John Hollenbeck avec le vocaliste Theo Bleckmann et l'Orchestre national de jazz de Montréal en préparation et en performance à l'Astral le 6 mai 2017 doit être vu! Regardez ici.

Voici les commentaires de Randy au sujet de cette vidéo :
-------------------------------------------------------------------------
J'ai été touché et intrigué par le concert de l'Orchestre national de jazz de Montréal avec John Hollenbeck l'an dernier. J'ai eu la redoutable tâche de capter ce
projet complexe et dense, je me demandais toujours vers ou pointer la caméra.

De toutes façons, je crois avoir réussi a capter une partie de l'excellent travail d'Hollenbeck et de l'Orchestre. La prochaine fois une caméra sur steady cam fera
l'affaire - je me promenerai autour de l'action, à la Birdman...personne me remarqueras dans le chaos.


Randy Cole
-------------------------------------------------------------------------
Pour voir la vidéo, c'est ici


La Maison du Jazz immortalise Oliver Jones.

Maison du Jazz Oliver Jones logo franco.jpgLe restaurateur Georges Durst, créateur des Maison du Jazz de Montréal et Laval, a le plaisir d'annoncer que ses deux établissements porteront désormais le nom Maison du Jazz Oliver Jones. « Je cherchais une façon d'honorer adéquatement cet homme d'exception, virtuose pianiste et ami personnel. La voici! » confie l'entrepreneur.

Oliver Jones y présentait récemment sa dernière prestation devant un public vibrant d'émotions car il leur a révélé : « Grâce à Georges et Charlie (Biddle), ma carrière de pianiste a débuté à la Maison du Jazz; c'est pourquoi je tenais tant à ce qu'elle se termine ici. »

En apprenant cette nouvelle, le pianiste de renommée internationale, s'est exclamé avec son humilité légendaire : « Ce fut un tel hommage de pouvoir y jouer pendant plus de trois décennies. J'ai une admiration sans borne pour Georges Durst car, pendant plus de 50 ans, il a permis à tant de musiciens de se faire valoir sur scène et vivre de leur art. Personnellement, j'aime retourner à ces deux restos car ils servent toujours les meilleures côtes levées en ville dans une ambiance fabuleuse. Cette nouvelle appellation est l'ultime consécration! »

La première Maison du Jazz a vu le jour à Montréal, en 1981, au 2060 de la rue Aylmer. La seconde fut inaugurée au 1630 boulevard de l'Avenir  à Laval, il y a 3 ans; sous la direction du  chef Robert Lapaj, des mets raffinés à saveur louisianaise viennent garnir sa carte. Fidèles à la tradition, toutes deux présentent en soirée une panoplie d'artistes d'ici et d'ailleurs.

Pour voir Oliver Jones avec Éric Lagacé et Jim Doxas qui jouent Hymn To Freedom d'Oscar Peterson à la Maison du Jazz Oliver Jones Montréal, c'est ici        

Bienvenue à la Maison du Jazz Oliver Jones!

www.maisondujazz.ca


Le saxophoniste Yannick Rieu et les champs inédits, Jean Beaudet, les citations, John Hicks au Duc des Lombards, la Chine, et plus.

Yannick Rieu 150x159.jpgLe saxophoniste Yannick Rieu, un vétéran de la scène jazz, reconnu, entre autres, par la bible américaine du jazz Downbeat, s'est produit à travers le monde où il récolte les prix et les éloges, autant pour ses albums que pour ses prestations sur scène. Effectivement sa présence, son jeu et son souffle fascinants m'ont toujours impressionnés. Voici un court échange que j'ai eu récemment avec Yannick.
-----------------------------------------
CT - Yannick, où et comment le jazz as-t-il commencé pour toi ? par un artiste en particulier ? un professeur de musique ? comment et quand ?

Yannick - J’ai d’abord aimé la musique avant de plonger dans le jazz. À la maison on pouvait entendre Brel, Brassens, Ferrat, Ferré mais aussi Los Calchakis, Beethoven, Stravinsky, Bach, Led Zeppelin, les Beatles, des musiques africaines, Miriam Makeba et bien d’autres ! Pas de jazz. C’est autour de 16 ans que je me suis intéressé à cette musique pour la part de liberté qu’elle permettait. Ce sont des amis qui m’ont fait connaître Duke Ellington, Paul Desmond puis tout s’est enchaîné...

CT - Ta discographie de plus d'une dizaine d'albums, le premier étant In the Myth en 1992, est impressionante et très variée, le petit dernier étant Da Li en 2015...quand on a une dizaine de "petits" comme ça est-ce qu'on est un peu comme un père de famille, on les aimes tous ? ou vis-tu tout simplement dans le moment présent et c'est le tout dernier ton préféré ? (In the Myth - Sweet Geom - What is the Colour of Love - Little Zab 1 - Little Zab 2 - Non Acoustic Project/Jazz album - I is Memory - Saint-Gervais - L'Art du Trio - Spectrum - Da Li)

Yannick - Je ne me réécoute pas souvent ! Chaque disque a son histoire, ses collaborateurs, une ambiance particulière dans laquelle il a été enregistré. Ce sont des passages de ma vie que j’ai apprécié dans le moment. Ils ont tous leurs défauts et peut-être certaines qualités...Pourquoi tourner son regard sur ce qui ne peut être changé ? Mon préféré est celui qui n’est pas encore fait.

CT - Parlons de la Chine que tu visites en tournée annuelle depuis 2006 et que tu soulignes avec dernier album, Da Li, c'est un beau cadeau de la vie non ? comment vis-tu cette relation "privilégiée" ? et est-ce que l'avenir du jazz est en Chine ?

Yannick - 14 tournées depuis 2006 ! Cette relation avec une autre culture me permet de prendre du recul avec la mienne et cela n’a pas de prix ! Le simple tourisme ne rend pas possible cette intimité qui s’est nouée au fil des ans. Je me dois de remercier ma compagne, Haiying Song, pour cette formidable opportunité qu’elle me donne en m’ouvrant les portes d’un monde riche et complexe. La Chine est en pleine expansion dans tous les domaines. Le jazz en fait partie.

CT - On peut t'entendre régulièment au Dièse Onze et plus récemment tu y étais avec Jérôme Beaulieu (piano), François Jalbert (gtr) Rémi-Jean LeBlanc (basse) et Sam Joly (batt), ça décoiffe tu dit ? comment tu décrirais votre son et répertoire ?

Yannick - Chaque nouveau groupe pour moi est une occasion d’investir des champs inédits. Dans la mesure du possible, mes expériences passées se retrouvent imbriquées dans ces musiques où je cherche à chaque fois un angle différent mais sans être complètement étranger à ce que j’ai fait par le passé. J’ai souhaité m’entourer de musiciens polyvalents, ouverts et enthousiastes. Je suis bien servi ! Prochain concert de ce groupe les 28 avril et 12 mai au Dièse Onze.

CT - Je crois que tu as eu un connection musicale spéciale avec le superbe pianiste Jean Beaudet, et ça me surprends pas il y quelque chose qui se croise dans vos languages...parles-nous un peu de cette période...(en passant c'est suite à un concert de Jean où il y avait a peu près personne que j'ai commencé sortiesJAZZnights.com, pour aider...)

Yannick - Jean Beaudet a été un mentor pour moi. Il m’a donné une totale libert é dans sa musique et le goût de l’expérimentation. Le quatuor formé de Jean, Michel Ratté et Normand Guilbeault fut pour moi un éveil à bien des niveaux!

CT - En visitant ta page FB, j'ai cru comprendre que tu aimais les citations et l'écriture, ta préférée ces jours-çi?

Yannick - J’aime la chose écrite entre autres. L’hyper spécialisation – pour un musicien ne s’intéresser qu’à la musique par exemple – n’est pas souhaitable. « Se spécialiser, c’est rétrécir d’autant son univers » Debussy.

CT - Tes jeunes saxophonistes préférrés d'ici et d'ailleurs ?

Yannick - Ils sont nombreux et ce serait pour moi un manque de délicatesse d’en omettre ne serait-ce qu’un seul. Ce que je peux dire c’est que le talent ne manque pas dans la jeune génération, tous instruments confondus.

CT - La situation des musiciens d'aujourd'hui est de plus en plus précaire...qu'est-ce qu'on fait ? est-ce que le numérique en est la cause ? où c'est politique ?

Yannick - Question délicate qui mérite plus que quelques lignes ! La politique culturelle du Québec est à revoir. Beaucoup d’argents sont investis mais pas toujours aux bons endroits. Donner un sens à la culture, et le goût de se l’approprier devrait débuter dès le primaire. Il me semble que nous en sommes loin.

CT - Et qu'est-ce qui se pointe à l'horizon pour toi ?

Yannick - Des concerts au Québec avec Gentiane MG et son trio, une tournée au mois d’août en Chine avec Yves Léveillé, enregistrement de mon quintet à l’automne. Tournée avec ce groupe au Québec, en Europe et en Asie en 2019. Ma résidence au Dièse Onze tient bon (depuis maintenant 10 ans !) au rythme de 2 concerts par mois.

CT - Tu écoutes quel musique dans la voiture ?

Yannick - Surtout du R&B.

CT - Tu as joué avec les meilleurs musiciens d'ici et de la planète (Dizzy Gillespie, Toots Thielemans, Paul Bley, Jon Hendricks, Dee Dee Bridgewater, etc) tu pourrais partager un moment musical WOW! que tu as eu avec nos lecteurs?

Yannick - Lorsque je vivais à Paris, le pianiste John Hicks est passé au Duc des Lombards et a demandé que je me joigne à son groupe. Je reprends son expression :
« j’aime quand un musicien arrive et...bang ! » On s’est beaucoup amusé... Avec mon nouveau quintet aussi...ça a fait bang !

-----------------------------------------------------------
Voici quelques vidéos que nous avons tournées de Yannick : 

pour Sunset (Da Li) c'est ici

pour Loose (Projet Uzeb) c'est ici

pour Projet Groove 5 (Le Gros Groupe) c'est ici

Yannick sera en concert avec Gentiane MG, Yves Léveillé, et avec son Quintet (Dièse Onze 28 avril - 2 mai) à Montréal et un peu partout au Québec, pour en savoir plus consultez notre calendrier de la grande région de Montréal ici et notre calendrier Extérieur de Mtl, ici 

www.yannickrieu.com
-----------------------------------------------------------
Entrevue : Claude Thibault


CDJAZZ par Christophe Rodriguez

Dominique Fils-Aimé - Nameless

Demi-finaliste de La Voix et faisant partie de l’équipe du chanteur Pierre Lapointe, la chanteuse montréalaise Dominique Fils-Aimé vient de réussir un joli coup d’envoi avec ce Nameless. Après deux écoutes, nous pouvons d’ores et déjà considérer qu’il faudra compter avec elle dans les prochaines années, avec cette voix gorgée de soul qui ne sent pas le trafiqué. Puisant aux sources de la musique afro-américaine des années 60 et 70, sans toutefois vouloir faire revivre le genre, cette jeune dame a beaucoup de potentiel. Que vous aimiez Billie Holliday, les Staple Singers, les Supremes, tout cela avec plusieurs louches de modernité, bien le pari est gagné. Tout d’abord, retenons le grain de la voix juste assez puissante et sensuelle, la modulation, qui donne tout son cachet à chaque composition et bien entendu, l’esprit ou si vous préférez : avoir de l’âme.

Pour vous convaincre du bien-fondé de nos écrits jubilatoires, écoutez Rise. Trois minutes et quelques de bonheur tout simplement envoyé avec cette petite voix qui vient lentement vous chercher. Courageuse aussi, Dominique Fils-Aimé ouvre avec Strange Fruit, LA pièce si nous pouvons nous exprimer ainsi. De cet hymne au combat qui valut à la chanteuse Billie Holliday bien des problèmes, puisqu’elle dénonçait en termes voilés les lynchages, notre chanteuse se l’approprie tout en gardant le message, particulièrement direct et puissant. En fermeture, elle annonce le retour de Nina Simone avec l’incontournable Feeling Good. Là encore, nous sommes en mesure de découvrir l’intelligence de Dominique Fils-Aimé qui joue ce classique sur un mode a capella, qui déconstruit un peu la pièce, sans oblitérer toute l’essence du message.

Bravo!

Strange Fruit / Birds / Home / Sleepy / Nameless / Rise / Unstated / Feeling Good

Pour écouter Rise, c'est ici

Pour écouter l'EPK de Nameless, c'est ici

Pour écouter et acheter, www.domiofficial.com et bandcamp


Christophe Rodriguez est également chroniqueur/blogueur jazz, classique et livres au Journal de Montréal


TVJAZZ  19 octobre 2010
Yves Léveillé Quartet à L'OFF Jazz 2010 - U-Bahn - mardi le 19 octobre, 2010


Le flûtiste brésilien Nilton Moreira avec Rodrigo Simões et Jason Davis dans un concert et exposition vendredi le 20 avril au Studio d'Art Holly Friesen du Canal Lachine.

Nilton Moreira 150x150.jpegCe vendredi, une rencontre atypique entre la musique traditionnelle brésilienne et les forêts du Canada.

L’atelier de la peintre originaire du Saskatchewan Holly Friesen accueille un concert-exposition où l’on retrouvera un trio de musiciens de haut calibre pour une soirée oscillant entre les rythmes traditionnels du Brésil et les couleurs chatoyantes des paysages forestiers canadiens. Le trio sera constitué de Nilton Moreira à la flûte, Rodrigo Simões à la mandoline et Jason Davis à la guitare à sept cordes.

Nilton Moreira vit à Belo Horizonte au Brésil. Flûtiste accompli, il a gagné plusieurs concours dans le domaine classique et joue régulièrement avec des orchestres symphoniques brésiliens, mais il a également su s’approprier le répertoire populaire et traditionnel de son pays pour en donner une lecture personnelle vibrante. Ce répertoire tient une grande place dans ses projets, en témoignent l’album Choro e Canção enregistré avec le Patápio Silva Sextet ou son plus récent Entremeando. Rythmes dansants, couleurs vives et mélodies endiablées caractérisent ce flûtiste qui fait des ponts habiles entre différents styles.

L’un des styles musicaux qui sera représenté vendredi est le choro, qui se voit octroyer au Brésil le privilège d’une Journée Nationale, le 23 avril. Le choro est né de l’appropriation brésilienne des musiques de danse européennes, polka, mazurka ou valse. Le côté sentimental y est très présent, en témoigne le nom de choro qui signifie « pleur » ou « lamentation ». On y retrouve traditionnellement la flûte, la guitare, le cavaquinho (petite guitare utilisée pour la rythmique), la mandoline, la guitare à sept cordes et le pandeiro. Il laisse également une grande place à l’improvisation et au jeu libre, ce qui le rapproche du jazz. Le 23 avril, jour choisi pour fêter le choro, n’est pas anodin, puisqu’il coïncide avec la naissance d’un de ses plus grands représentants, Pixinguinha.

Ce vendredi au Complexe du Canal Lachine, vous verrez donc couler dans vos oreilles une page d’histoire musicale du Brésil en présence de musiciens talentueux, tout en contemplant la majesté des paysages de la peintre Holly Friesen. Pourquoi résister ? 

Pour l'album Entremeando, c'est ici

Pour en savoir plus sur Pixinguinha, c'est ici

L'événement sur Facebook, c'est ici

Nilton Moreira Rodrigo Simões Jason Davis
Vendredi le 20 avril 20h
Complexe du Canal Lachine
4710 St. Ambroise, Studio 349

12 minutes à pied du métro Place St-Henri, la ligne orange. Un stationnement est disponible gratuitement à compter de 18h. À votre arrivée à la porte de l’édifice, une personne vous dirigera vers le local.

Pour les billets à l'avance (10$), c'est ici ou 12$ à la porte. Les places sont limités. Amuse gueules, rafraîchissements et vin offerts.

C’est un rendez-vous ce vendredi le 20 avril!
--------------------
Benjamin Goron : benjamingoron@gmail.com
Facebook
/ twitter


Le Journée internationale du jazz 2018 à Montréal fait place au Jazzwomen avec Chantal De Villiers, Annie Poulain, Suzi Silva et Christine Tassan et les Imposteures, les 28-29 avril à la MDC Côte-des-Neiges.

JIJ 2018 150x150.gifNous y sommes. Nous voici rendus à la 4e édition de la Journée internationale du jazz à Montréal. En collaboration avec la Maison de la culture de Côte-des-Neiges , l’agence Divertissement Mercier présente deux soirées entièrement dédiées aux femmes, aux Jazzwomen d’ici afin de souligner cette journée mondiale, désignée par l’Unesco.

Samedi le 28 avril :

1ière partie : Chantal De Villiers. La saxophoniste nous offre des pièces en duo avec, en alternance, trois pianistes hors pair : François Bourassa, Taurey Butler et son père, Burt De Villiers, pour le lancement de son tout nouvel opus “À Travers Le Temps”.

2ième : Annie Poulain. La voix d’alto d’Annie Poulain nous charmera avec des duos intenses piano-voix, des effluves de musique du monde, des rythmes enlevés et des ballades bien posées, un peu de scat, des solos de piano audacieux, des textes matures et surtout, le souci de toujours demeurer au service de la chanson. Elle sera accompagnée, lors de cette soirée, de François Bourassa et de Jonathan Cayer pour festoyer la sortie de son nouvel album : “Dix piano une voix


Dimanche le 29 avril :

1ière partie : Suzi Silva. Avec son projet Fad’AZZ, nous avons droit à une rencontre de styles, sons et couleurs; un projet musical hybride et métissé. Fad’AZZ s’exprime en portugais mais aussi en français et essaie de rapprocher le Fado et le Jazz en croisant les caractéristiques de chaque genre musical.

2ième partie : Christine Tassan et les Imposteures. Exploratrices infatigables de l’univers du jazz manouche, le quartet présentera un spectacle réunissant les plus belles pièces de deux géants de la musique, Félix Leclerc et Django Reinhardt. L’audace, la virtuosité et l’humour sont aux rendez-vous avec Christine Tassan (guitare soliste, voix), Martine Gaumond (violon, voix), Lise-Anne Ross (guitare rythmique, voix) et Blanche Baillargeon (contrebasse, voix).

Nous vous attendons donc toutes et tous pour célébrer cet événement mondial. Et n'oubliez pas d'utiliser les hashtags #jazzday, #jazzdaymtl dans vos réseaux sociaux concernant cet événement unique à Montréal ! Sur Facebook, c'est ici

Journée internationale du jazz 2018 à Montréal
Maison de la Culture Côte-des-Neiges
5290 chemin de la Côte-des-Neiges,
Montréal, QC, H3T 1Y2 (Métro: Côte-des-Neiges)

Porte: 18h, Concerts : 19h //// Billets en vente uniquement à l'avance dès le 12 avril sur La Vitrine Culturelle - 2, rue Sainte-Catherine E.


TVJAZZ  8 novembre 2011
Oliver Jones Trio "Hymn to Freedom" au lancement de "Live in Baden Switzerland" à la Maison du Jazz le 8 nov, 2011


TVJAZZ  8 avril 2017
Le Gros Groupe avec Yannick Rieu - Projet Groove 5 - Côté Cour, Festival Jazz et Blues Saguenay, 8 avril 2017


Facebook Twitter Youtube
Journée International du Jazz à Montréal 2018