Sortiesjazznights.com

English

Annoncez | Contact

TOUTE L'ACTUALITÉ JAZZ DU QuÉBEC DEPUIS 2003

JazzBulletin   -   jeudi 14 mars 2019 au dimanche 31 mars 2019

Recevez gratuitement le JazzBulletin par courriel ou rss chaque jeudi!

Tous les événements jazz du QC dans les clubs, restos, concerts, bars, cafés et festivals !

RSS

Bulletin SJNPRO

Pour les musiciens
et professionnels
du jazz

Le pianiste et compositeur Yves Léveillé présente son premier Bourdonnement jazz de la saison : Improvisateurs butineurs avec Jean-Nicolas Trottier, Sonia Johnson et Christian Vézina au Petit Outremont, mercredi le 20 mars : poésie, piano, trombone et chant.

YVES_LEVEILLE_credit_Mathieu-Rivard_ret_150x150-1.jpgPour une seconde année, Yves Léveillé, compositeur, pianiste et artiste en résidence au Théâtre Outremont, présentera sa série Bourdonnement jazz dans l’ambiance feutrée du Petit Outremont. Quatre soirées dédiées aux multiples visions de la grouillante scène jazz montréalaise, du Québec, et internationale. Au programme, jazz de création à l’état brut et rencontres inédites. Les musiciens marquants de la grande ruche jazz d’ici et d’ailleurs bourdonneront à l’air libre. Chaque concert sera précédé d’un 7@8 décontracté. Le public et les artistes pourront échanger avec Yves et ses invités autour d’un casse-croûte. Idées musicales, anecdotes et questions, bienvenues!

Le mercredi 20 mars, pour le premier rendez-vous de la saison, place au concert Improvisateurs butineurs qui amènera la pollinisation croisée au-delà du jazz. Ici, le tromboniste Jean-Nicolas Trottier, le chanteuse Sonia Johnson et Yves Léveillé au piano se mesureront à Christian Vézina, poète et jongleur des mots. Celui-ci possède en mémoire une multitude de textes de son cru et des plus grands auteurs d’ci et d’ailleurs, il improvisera selon l’impulsion du moment en suivant l’élan musical qui émergera durant la soirée. Une soirée poésie, piano, trombone et chant, une soirée d’impro comme on en voit peu.

La série Bourdonnements jazz se poursuivra le mercredi 17 avril avec Ruche intergénérationnelle, un éblouissant chassé-croisé entre deux générations du jazz. Le mercredi 22 mai, le Yves Léveillé Quintette lancera son nouvel album Phare et présentera en direct ses nouvelles compositions. Finalement, le mercredi 12 juin, Yves Léveillé invitera sur la scène du Petit Outremont ses complices de l’international pour une nouvelle soirée jazz.

Bourdonnements jazz : les mercredis 20 mars / 17 avril / 22 mai / 12 juin - au Petit Outremont.

Tarifs : Achat de billets (concert + casse-croûte 7@8) : Régulier 33 $ / Aînés 28 $ / Étudiants 23 $. Rabais série Bourdonnements jazz : 10% de rabais pour 2 concerts / 15% de rabais pour 3 concerts. Pour acheter des billets, c'est ici

yvesleveille.ca

sa
page Facebook

l'événement sur Facebook

Théatre Outremont
1248 Bernard O    
514-495-9444


Ranee Lee, l'intemporelle voix du jazz - en concert avec le Big Band de l'Université de Montréal le 27 mars - nous parle de ses premiers amours du jazz, comment elle s'est retrouvée à Montréal, ses vocalistes jazz préférrés, la batterie, le saxophone et la dance, l'enseignement du jazz, des chanteurs a surveiller, ce qu'elle écoute, des projets à venir, le 27 mars...et plus.

Ranee Lee 150x150.jpgLe Big Band de l'Université de Montréal invite le grand public, le mercredi 27 mars à la salle Claude-Champagne, à un concert-événement qui permettra à ses 20 musiciens, sous la direction du réputé Ron Di Lauro, d'accueillir la « diva jazz » montréalaise d'origine new-yorkaise Ranee Lee. Lors de ce concert,  Ranee Lee révélera toute la richesse d’une démarche qui s’est approfondie au fil des décennies au contact des plus grands jazzmen nord-américains et interprétera un florilège de standards de jazz et de succès de Broadway. Ayant collaboré notamment avec Clark Terry, Bill Mayes, Herb Ellis, Red Mitchell, Milt Hinton, Oliver Jones et Terry Clarke, Mme Lee célèbre plus de 40 ans de résidence à Montréal, ville dans laquelle elle a connu une carrière remarquable qui lui a permis de devenir l’une des chanteuses jazz les plus populaires au Canada. En plus d’être chanteuse, Mme Lee est également compositrice, comédienne et pédagogue. Elle a remporté de nombreux prix pour son imposante discographie et sa contribution à l’enseignement du jazz.
------------------------------------------------------------
CT - Ranee, quel artiste t'a allumée au jazz?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - Comme tous les ados de mon époque j'écoutait du Top 40, du R&B et du rock mais j'ai toujours été attirée par la musique de Dinah Washington. J'ai depuis réalisé qu'il y plusieurs autres chanteuses, telles Nancy Wilson, Diana Reeves, et autres, qui sont également des disciples de Dinah. Même si on ne ressemble pas a Dinah dans le sens du son, du phrasé et du rythme il y avait quelque chose dans sa façon de raconter une histoire, elle n'improvisait pas beaucoup, mais plutôt dans son phrasé et son style. Je pense donc que introduction initiale c'était Dinah qui chantait dans une variété de styles, pas seulement en jazz, et qu'elle a influencé des chanteuses de jazz qui m'ont influencé.
------------------------------------------------------------
CT - J'ai découvert qu'avant de chanter tu a joué la batterie et le saxophone...vraiment?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - Oui, c'est vrai. J'ai joué de la batterie et du saxophone pendant plusieurs années. J'ai aimé jouer ces instruments, que je n'ai PAS joué depuis des années! Cela m'a donné une base au niveau du rythme, du phrasé et de l'impro et une bonne fondation pour la musique. J'ai même joué de la basse dans un groupe country & western, ce n'était pas trop difficile mais une bonne expérience. Mais même avant ça j'ai été danceuse! Pendant des années j'ai étudié le ballet jusqu'a 16 ans, j'étais ado et comme tous les ados je voulais essayer plein de trucs.
------------------------------------------------------------
CT - Et qu'est-ce qui t'a ammenée de NY a Montréal ? c'était l'amour ? nos hivers ?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - Elle rit. L'amour de la musique et la joie de vivre montréalaise. J'était une exploratrice et je naviguais entre nos deux pays (États-Unis/Canada) afin de bâtir ma carrière et un public, j'était très jeune, je voulais voyager d'un endroit a l'autre et explorer qui j'étais et j'étais très excitée de pouvoir voyager. J'ai passé beaucoup de temps en Ontario et a la fin des années 60 on nous a invité a jouer et je suis tombé en amour avec Montreal. Notre première gig fut au Café de L'Est  (Notre-Dame/Bennett). La scène musicale était riche et vivante ici et on a eu beaucoup de plaisir. Et puis 5 ans plus tard on est revenu a plusieurs reprises au Portage de l'Hôtel Bonaventure. Et je suis encore une fois tombé en amour avec la ville, il y avait une telle atmosphère. Et ensuite je me suis marié avec Richard Ring, le guitariste du groupe...
------------------------------------------------------------
CT - C'est quoi pour toi l'enseignement et le partage du jazz?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - C'est difficile a mettre en mots. Je crée une relation avec l'âme intérieure du musicien - quand ils arrivent ils ont déjà un amour et une compréhension de la musique et c'est comme arroser des plantes qui grandissent - and quand ils saisissent des choses et commencent a utiliser des composantes qu'ils apprenent a travers tous les cours qu'ils prennent, surtout a l'université et qu'ils fleurissent, c'est une grande récompense.
------------------------------------------------------------
CT - Quelques vocalistes qu'on devrait surveiller?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - Il y en a plusieurs. Sarah Rossy, Sophie Tremblay, Victoria Doyon (elle sera la première au Québec avec un Doctorat sur la voix et ça c'est quelque chose).
------------------------------------------------------------
CT - Qu'est-ce tu écoutes à la maison et dans ta voiture?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - Ces jours-çi j'écoute du Stanley Turrentine. J'adore Shirley Horn mais j'aime aussi Gregory Porter que je pourrais écouter toute la journée. Il y quelque chose dans sa voix, comme s'il chantait que pour moi.
------------------------------------------------------------
CT - Tu a joué avec une foule d'excellent musiciens, quels moments WOW as-tu vécus?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - De l'autre côté de la frontière, quand j'ai enregistré avec le grand bassiste Ray Brown, pas seulement parce que c'est un icône mais parce que c'était le mari de Ella Fitzgerald, et nous sommes dans la même pièce! J'ai eu plusieurs grands moments avec Oliver Jones et l'implication de nos familles. Et puis il y eu le pianiste et chanteur Buddy Greco pour une présentation a CTV il y des années. Aussi quand j'ai vu Mark Murphy au Upstairs il y des années.
------------------------------------------------------------
CT - Tes compositeurs préférés?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee -  Évidemment Gershwin a cause de l'exploration des divers styles de musique de Porgy and Bess jusqu'au American Songbook. Il raconte une histoire, et il y la liberté et l'aventure dans sa musique. J'aime aussi Duke Ellington, j'adore ses chansons. Cole Porter aussi. Andrew Lloyd Weber qui a écrit Cats. C'est tout autour de l'histoire qui est racontée et comment je la partage.
------------------------------------------------------------
CT - Parles-nous des tes futurs projets et albums...
------------------------------------------------------------
Ranee Lee -  J'ai un concert le 27 avril prochan avec un big band a Sotchi en Russie. C'est comme une rêve, je ne suis jamais allé en Russie. J'y serai avec Taurey Butler qui sera mon directeur musical. Ah oui aussi je discute avec Jim West de Justin Time Records d'un album de pièces originales qui explorerait le language du jazz avec la musique de ma jeunesse.
------------------------------------------------------------
CT - Pour terminer quelques mots sur ce quoi on peut s'attendre avec le Big Band de l'Université le 27 mars?
------------------------------------------------------------
Ranee Lee - La musique c'est une organisme vivant, alors quand ça touche le public et que ça éveille des trucs qui sommeillent et qu'on a ces jeunes musiciens qui propagent le culture du jazz, c'est une belle récompense, alors c'est un cadeau et je suis sûre que le public en profitera. De pouvoir jouer avec cette génération, de sentir leur enthousiasme pour la musique, ça infuse quelque chose au public et la performance.
------------------------------------------------------------
Entrevue : Claude Thibault
------------------------------------------------------------
Pour voir la vidéo de "I've Got The Whole World On A String" de Ranee avec l'ONJM, c'est ici

Ranee Lee
avec le Big Band de l'Université de Montréal, dir. Ron Di Lauro.
Mercredi le 27 mars 20h
Salle Claude-Champagne, 220 Ave. Vincent-d’Indy (Métro Édouard-Montpetit ).
Billets : $14 (gratuit pour étudiants). Billeterie: musiqueumontreal.tuxedobillet.com et en vente à la porte.


Le contrebassiste Alain Bédard (Effendi) nous parle du Jazzlab Orchestra et Quintessence, l'évolution et le cheminement du groupe depuis 15 ans, la collaboration entre ses membres et pourquoi on devrait participer au concert du 15 mars à l'Astral ou le 21 mars au District St-Joseph.

Alain Bedard 150x176.jpgIl y a 15 ans, le contrebassiste et fondateur du label québécois Effendi, Alain Bédard, mettait sur pied le Jazzlab Orchestra. Pour souligner cet exploit le pianiste Félix Stüssi a composé neuf pièces qui illustrent un peu le parcours de cette formation. Incontournable dans le paysage montréalais et du Québec, marqué au fil des ans par des compositions personnelles, le Jazzlab offre un jazz roboratif qui évoque autant le travail des années 50-60 du regretté Art Blakey avec ses Jazz Messengers que le modernisme, mais taillées dans le bon goût. Voici ce qu'il avait a dire concernant Quintessence.
------------------------------------------------------------
CT - Alain, après 15 ans d'existence est-ce que le Jazzlab Orchestra est rendu là où tu aurait souhaité qu'il soit?
------------------------------------------------------------
Alain Bédard  – Le Jazzlab, en quinze ans, a eu des hauts et des bas. Au début, on a eu la chance de démarrer quelque chose d’inédit ou beaucoup de musiciens étaient très intéressés à écrire quelque chose et/ou à faire partie du band. On avait des offres régulièrement et les diffuseurs démontraient beaucoup d’intérêt. On a ainsi donné des concerts dans le cadre de tournées autant au Canada, qu’aux USA et qu’en Europe - et à plusieurs reprises – le groupe était bien coté. On a eu des nominations sur tous les disques qu’on a réalisé. On avait des subventions adéquates pour soutenir la majorité des productions de disques, de tournées et de concerts. Mais seul Musicaction nous a soutenu à tous les niveaux depuis notre début. 35 projets spéciaux ont été montés et mis sur pied avec des artistes internationaux, dont la musique n’a jamais été enregistrée.

En 2009-2010, Jazzlab sait constitué en compagnie sans but lucratif sous les conseils de spécialistes. Curieusement à partir de là, nous avons commencé à moins recevoir de subventions pour les activités. Ainsi tous les projets ont commencé à prendre du retard et à ralentir. Des tournées comme celle en Chine et d’autres en Europe ont été annulés. Les 2 albums avant Quintessence, World Colors et Portrait d’ici, pourtant 2 superbes projets, n’ont pratiquement pas joué au Québec, au Canada et hors Canada, malgré nos efforts à les présenter. À savoir pourquoi ? les habitudes et les goûts avaient changé, j’imagine….

J’ai déposé plusieurs demandes pour obtenir du fonctionnement à différentes institutions, car le Jazzlab Orchestra, comme tout grand ensemble, avait besoin d’aide pour fonctionner, comme tous les bons ensembles ou compagnies québécoise en musique. Malheureusement nous n’avons jamais rien eu. Ainsi dans les dernières années, j’ai tenu ça à bout de bras, grâce à mon entêtement. Dernièrement, on a eu de nouveau de l’aide de Musication, du CALQ et du CAM. Ça fait du bien, car on a pu de nouveau mettre sur pied des nouvelles activités intéressantes pour le groupe.

Dans l’ensemble et selon les projets qui ont été mis sur pied toutes ces années, je suis très fier du travail qui a été accompli. Nous avons réalisé de très belles choses avec le Jazzlab Orchestra autant sur disque, que sur scène. Le Jazzlab Orchestra est un groupe unique dans l’univers du jazz canadien. Composé toujours au moins de  8 musiciens, il ne fait que de la musique originale depuis sa naissance. C’est un ensemble qui a permis d’engendrer de multiples échanges nationaux et internationaux. Donc on a toujours été dans la création, soit dans l’avancement de la musique et dans les échanges culturels top niveau et ça c’est complètement extraordinaire en ce sens. Le Jazzlab Orchestra est une formation qui a su apprivoiser toutes les approches musicales grâce à un travail collectif intense et surtout grâce aux talents de chaque compositeurs et musiciens, qu’il a su soutenir au cours de ces 15 années. Quintessence, le nouveau projet que l’on présente aujourd’hui, constitue en plus, un tremplin pour plusieurs de ses musiciens.

------------------------------------------------------------
CT - Le groupe t'inclut à la basse mais aussi, en plus de Félix, il y a Mario Allard (sax alto), Alex Francoeur (sax ténor), Samuel Blais (sax baryton) Jacques Kuba Séguin (trompette), Thomas Morelli-Bernard (trombone), et Louis-Vincent Hamel (batterie)...tous des musiciens de premier plan dont plusieurs ont leur propre groupes...étant donné que plusieurs d'entre eux ont leur propre groupe, il y une bonne dynamique de collaboration ?
------------------------------------------------------------
Alain Bédard – La Jazzlab Orchestra a toujours été un groupe composé de leaders. Du premier projet « Réunion » au dernier « Quintessence » tous les musiciens ont été et sont encore des musiciens de premier plan de la scène jazz québécoise.  Ces artistes ont tous leurs propres groupes, leurs projets et leurs carrières respectives. Plusieurs enseignent aussi. Les agendas sont chargés. Ce n’est jamais facile d’organiser des répétitions ou des scéances photos. Mais avec « Quintessence », je ne sais pas si c’est l’expérience ou le désir rajeuni de bien faire les choses, mais il y a une très bonne collaboration, une superbe dynamique et une excellente synergie au sein du groupe qwi est probablement une des meilleures formations depuis la création du Jazzlab Orchestra.
------------------------------------------------------------
CT - Et en terminant t'aimerais dire quoi de plus à nos lecteurs concernant le 15 mars à L'Astral (Montréal) et le 21 mars au District St-Joseph (Québec)?
------------------------------------------------------------
Alain Bédard - Un bon laboratoire en musique a besoin d’éléments diversifiés et puissants pour soutenir sa recherche, sa création et ses performances – et le public est un de  ces éléments primordials. Si on veut que la magie passe, que le cinquième élément soit là, que la Quintessence naisse en direct, alors il faut que ça bouilonne dans tous les sens, autant sur scène, que dans la salle. Le Jazzlab Orchestra arrive avec un nouveau projet  Quintessence, sur la musique de Félix Stüssi. Il suscite depuis la sortie de l’album, en janvier dernier, un certain intérêt et il est très bien reçu de la part des journalistes et des médias. En toute modestie, je peux dire que le Jazzlab Orchestra est un excellent groupe, qui
joue une nouvelle musique fascinante. Quoi de mieux pour satisfaire le public jazz de Montréal et Québec. Quintessence est à consommer sans modération selon plusieurs.
De plus ça serait dommage de célébrer un 15e anniversaire seul.


Alors, bienvenue à tous!
------------------------------------------------------------
Entrevue : Claude Thibault
------------------------------------------------------------
Voyez les vidéos de Quintessence et Altered Ego

Jazzlab Orchestra - Quintessence

Vendredi le 15 mars 20h
L’Astral (Montréal)
305 Sainte-Catherine O   
514-871-1881

L'événement de Mtl sur Facebook

Jeudi le 21 mars 20h
District St-Joseph (Québec)
240 St-Joseph E
418-717-0240

L'événement de QC sur Facebook


Omar Sosa nous parle de Transparent Water, son sens et sa philosophie, ce qui est différent avec ce projet, les textes sénégalais de Seckou Keita, la connection entre l'Yoroba et l'Afrique, l'improvisation, et ce a quoi on peut s'attendre ce soir jeudi le 14 mars à Montréal et à Gatineau vendredi le 15 mars.

Omar Sosa Seckou Keita 150x158.jpgTransparent Water est une récente collaboration entre le pianiste-compositeur-chef d'orchestre (mis en nomination 7 fois aux Grammys) d'origine cubaine Omar Sosa et du chanteur et maitre de la kora, le sénégalais Seckou Keita, maintenant établi a Londres. Lancé en 2017, ce projet est le fruit de la première rencontre musicale entre Omar et Sackou lors d'un concert avec le batteur Marque Gilmore au CLF Art Café de Londres en 2012. Profondément touché par cette rencontre Omar a invité Seckou a collaborer a un futur projet. Avec leurs horaires respectifs très chargés ils se sont finalement rencontrés au studio d'enregistrement Fattoria Musica d'Osnabrück en Allemagne afin d'enregistrer ce projet. Et ils présenteront Transparent Water au Théâtre Outremont jeudi le 14 mars. Voici quelques mots que nous avons eu avec Omar entre deux concerts, de son domicile de Barcelone.

Omar Sosa - C'est un grand plaisir de faire cette tournée Transparent Water car l'idée c'est de donner de l'espoir et de montrer l'importance de la transparence de l'eau, car sans eau transparente, ça va aller mal...

CT - Tranparent Water est très méditatif et inspirant...la voix et le jeu de Seckou subjugue...

Omar Sosa - Ce qui veut dire que le message passe et c'est l'objectif visé, apporter de la paix et de la tranquillité. Une des raisons qu'on a nommé ce projet Transparent Water est qu'on peut tout voir au fond de la mer ou d'une rivière, on a donc tenté d'être transparent avec notre musique et de faire beaucoup de place pour le vide et le silence. Pendant nos carrières communes Seckou et moi nous avons joué des musiques pleines de rythmes et de syncopation mais avec ce projet dès notre première conversation on a plutôt parlé de paix, de silence, de réflection et de contemplation. Et avec ce format on a décidé de créer un voyage basé sur nos traditions musicales. Un des morceaux de Seckou Fatiliku, est basé sur pièce cubaine traditionelle : El Manisero. Au Sénégal ce morceau est significatif pour la communauté car il y eu beaucoup de groupes cubains qui y on joué, depuis le temps. Beaucoup de musique en Afrique viens de Cuba. On tente donc de présenter tous ces éléments d'une façon subtile et contemplative.

CT - C'est aussi une connection plus profonde entre l'Yoroba et l'Afrique...

Omar Sosa - Oui et pour connecter nos traditions et être à l'écoute et de tout rendre fluide, il faut donc s'écouter et respecter nos traditions communes et c'est ce que nous avons fait avec Transparent Water. On est entré en studio pour une semaine, jouant notre musique, bouffant et cuisinant ensemble, Seckou est très bon cuisinier, on l'a donc fait cuisiner chaque jour. Vous savez avec la bouffe et les épices on peut voyager le monde et revisiter nos traditions. La nourriture m'inspire car c'est de l'art, quand on cuisine avec des épices et des saveurs on peut sentir les traditions, les saveurs de la nourriture peut nous faire voyager partout sur la planète, l'Inde, l'Afrique, les Caraïbes, la Méditerranée, le Canada, le France avec ses fromages et le vin, et l'Italie...

CT - Sur Transparent Water tu as dit que tu voulais créer quelque chose de complètement improvisé?

Omar Sosa -  Dans l'esprit du jazz, car le jazz c'est la liberté, le jazz est ce qui se passe dans le moment présent sans limites et c'est une des raisons pour lesquelles on joue cette musique. Ces temps çi j'essaie d'écrire le moins possible et de laisser aller mon inspiration et mes émotions ce qui provoque plein de trucs innattendus. J'aime être complètement ouvert a jouer ce qui arrive et c'est ce qu'on a fait sur Transparent Water.

CT - Parles-nous des textes de Seckou...

Omar Sosa - Il parle de famille, comme par exemple Dary c'est le nom de son fils, Mining-Nah veut dire se connecter ensemble, et il y a Another Prayer, on parle beaucoup d'unité et d'amour. Black Dream c'est le rêve que beaucoup ont avec d'émigrer et la réalité qui peut être complètement différente. Tous les textes de Seckou ont beaucoup de sens, et dégagent beaucoup de paix, d'unité, d'intégration, des choses qu'on a bien besoin aujourd'hui. Les textes ont été écrits avec l'inspiration du moment et dans l'esprit du projet, a passer une semaine dans un studio, des fois on enregistrait quelque chose, on se ré-écoutait puis on se disait wow! En fait l'album s'est enregistré sur une prise car des fois comme dans ce cas çi on avait toute une semaine et on s'est étiré dans le temps pour finalement tout capter le dernier jour dans une prise.

CT - On peut donc s'attendre a quoi a tes concerts?

Omar Sosa - Quelque chose de simple : unité, paix, amour...et du bon temps...on part en voyage ensemble!
------------------------------------
omarsosa.com

seckoukeita.com

Voyez les vidéos de Dary, Tama Tama et Mining-Nah
------------------------------------
Entrevue : Claude Thibault
------------------------------------
Transparent Water

Omar Sosa, piano
Seckou Keita, kora and voice
Gustavo Ovalles, percussion

Jeudi le 14 mars 20h
Théâtre Outremont
1248 Bernard Ouest   
514-495-9444

Pour les billets, c'est ici

Ils joueront également à la Maison du Citoyen de Gatineau le 15 mars.


Plus de deux mille jeunes musiciens et le trompettiste Ron Di Lauro se donnent rendez-vous pour célébrer la 41e édition du JazzFest des jeunes du Québec, samedi le 30 mars 2019.

Ron Di Lauro avec trompette 150x150.jpgLe 41e JazzFest des jeunes du Québec présentera 90 ensembles qui se produiront sur six scènes à l’école André-Laurendeau de St-Hubert. Participez à ce happening musical mettant en vedette des big-bands, des combos, des chanteurs et d’autres groupes musicaux issus du millieu scolaire dont certains se produiront par la suite au Festival International de jazz de Montréal.

Cette année, le comité organisateur du JazzFest des jeunes du Québec est heureux de remettre le prix Hommage 2019 à un artisan de la grande « communauté musicale jazz ». M. Ron Di Lauro aura laissé sa trace ainsi qu’un héritage musical important par ses performances, son dévouement, son talent et son implication.

Reconnu comme l’un des plus grands musiciens du Québec, Ron Di Lauro est un virtuose de la trompette.  Au cours de sa carrière, il a accompagné plusieurs artistes de renom tels que Dizzy Gillespie, Aretha Franklin, Tony Bennett, Michel Legrand, Oliver Jones, Céline Dion, Ginette Reno, Frank Sinatra Jr., pour n’en nommer que quelques-uns.

En mai 2014, le Festival international de jazz de Montréal lui décernait le Prix Oscar-Peterson afin de souligner la qualité de son art et sa contribution exceptionnelle à la scène jazz canadienne. Cette année, c’est au tour du JazzFest des jeunes du Québec de lui remettre, avec grand plaisir et beaucoup de fierté, le prix Hommage 2019.

Comme le veut la tradition, le JazzFest se terminera en sons et en couleurs avec le Vic Vogel Big Band, bien connu pour sa collaboration avec les plus grands du jazz dont Maynard Ferguson, Dizzy Gillespie et Aretha Franklin, pour ne nommer que ceux-ci. Pour cette 41e édition le JazzFest des jeunes du Québec est fier d'annoncer sa nouvelle porte-parole : la percussioniste Mélissa Lavergne (Belle et Bum). Plus d’une vingtaine de musiciens professionnels dont Jennifer Bell, Jocelyn Couture et Jean-Pierre Zanella agiront à titre de juges et de conseillers lors d’ateliers particuliers.

Au plaisir de vous rencontrer samedi le 30 mars 2019 pour la 41e édition du JazzFest des jeunes du Québec!

JazzFest des jeunes du Québec
Samedi le 30 mars 2019
De 8 h 30 à 19 h
Adultes 10$ / Étudiants et aînés 5$ / gratuit 12 ans et moins
Renseignements : 514-244-4248
jazzfestdesjeunes.qc.ca
7450 boul. Cousineau, St-Hubert


CDJAZZ par Christophe Rodriguez

Rafael Zaldivar - Consecration

Professeur de jazz et de piano à l’Université Laval, musicien bien connu du tout Montréal et du Québec, Rafael Zaldivar signe un album majestueux. Au cœur de cette nouveauté qui fera certainement l’objet d’un concert ou d’une tournée, espérons-le, nous retrouvons l'âme de la musique cubaine avec tout ce que cela peut apporter de variantes. Pour comprendre la genèse de ce travail, lisons ce que dit le pianiste dans les notes introductives : « Cet album est né avec ma Consecration dans la main afro-cubaine d’Orula. La main d’Orula est une immersion spirituelle dans la pensée éternelle de la création à travers la connaissance de l’énergie et sa manifestation dans la matière ». N’ayez crainte, nous sommes loin d’un disque de spiritisme, mais plutôt en présence de forces conjointes musicales particulièrement dynamiques.

Allez, plongez avec votre fidèle chroniqueur et vous ne serez pas déçus. L’offrande cubaine décolle avec un Rock Con Leche aux accents futuristes où se conjugue la superposition du piano et du synthétiseur, suivi d’un roboratif Arara. Si le jazz est bien présent, je soupçonne le pianiste d’avoir écouté Erik Satie en cachette, puisque Manifested Creation évoque les Gymnopédies. Au cœur de la ville, certainement très tard, le Afro-Cuban Warriors a comme ingrédient cette petite touche de modernité, propre aux temps qui changent. Au détour, un clin d’œil au pianiste et chanteur Nat King Cole, avec une relecture d’Unforgettable sous forme de boléro. Vous dire que c’est beau relève de l’euphémisme, sensuelle à souhait, elle fleure bon le printemps.  Consecration est aussi un travail d’équipe et nous retrouvons :  les contrebassistes Rémi-Jean LeBlanc et David Gagné, les percussionnistes Eugenio Osorio et Amado Dedeu Jr, le batteur Michel Medrano et la chanteuse Mireille Boily. Le travail est accompli, à vous de juger !

A Rock Con Leche / Arara / Manifested Creation / Rezos / Afro-Cuban Warriors / When I Think of You / Obatala /
Eternel Creation / Congo / Simple Talking / Unforgettable / Te Récordaré / Aché (Through The Consecration)


Rafael Zaldiver sur Facebook

Consecration sur Amazon, Spotify et iTunes

Christophe Rodriguez est également chroniqueur/blogueur jazz, classique et livres au Journal de Montréal


TVJAZZ  25 octobre 2013
En Trois Couleurs, Marie-Josée Simard François Bourassa Yves Léveillé - Bullet Train - Conservatoire de Mtl, 25 oct 2013


Le bigarré trompettiste Ambrose Akinmusire donne le ton en concert a l'Université McGill mercredi le 20 mars + classes de maître.

Ambrose Akinmusire 150x226.jpgLe trompettiste californien Ambrose Akinmusire sera de passage à Montréal cette semaine, et c’est un rendez-vous à ne pas manquer. Le talent du trompettiste a été appréhendé dès la Berkeley High School par le saxophoniste Steve Coleman qui l’invite à rejoindre un peu plus tard la tournée Five Elements. Après des études à la Manhattan School of Music, la University of Southern California et le Thelonious Monk Institute of Jazz de Los Angeles, où il étudie avec Herbie  Hancock, Wayne Shorter ou encore Terence Blanchard, Akinmusire multiplie les prix et reconnaissances, mais aussi les projets.

Ambrose Akinmusire a cinq albums à son actif en tant que leader, dont le dernier en date, Origami Harvest édité chez Blue Note, a reçu de nombreux éloges depuis sa sortie à l’automne dernier. Après avoir été mis au défi de réaliser ce qu’il pouvait écrire de plus fou, le trompettiste et compositeur arrive avec un album qui mêle des  influences très contrastantes : jazz, hip-hop, musique contemporaine etc. Ce ne sont pas seulement des univers qui se côtoient, mais plutôt des composantes très présentes et fortes de ces différents langages, intégrés au sein d’une structure très imprévisible. N’ayons peur de rien, pas même du pire, construisons puis  déconstruisons…et voilà que naît une œuvre très forte, un macrocosme très hétérogène où tous semble pourtant fonctionner.

Akinmusire est donc, en plus d’un trompettiste talentueux, un créateur très inspiré. Il viendra donner une classe de maître à l’Université McGill
les 18 et 19 mars prochain, prélude à un concert le 20 mars à la salle Tanna Schulich de l’Université McGill, avec les également très talentueux professeurs et étudiants de la faculté jazz de McGill.

Voix : Sarah Rossy. Piano : Theo Abellard, Alec Schulman, Jean-Michel Pilc, Samuel Jacques. Guitare : Zach Fischer, Jean-Michel Leblanc. Saxophone : Chris Edmondson, Claire Devlin, Jonathan Orland, Rémi Bolduc, Alex Francoeur. Trompette : Lex French, Annie Lu. Flûte : Pierre Mendola. Basse : Cole Birney-Stewart, Marika Galea, Adrian Vedady. Batterie : Aaron Dolman, John Hollenbeck.

Laissez-vous surprendre par la discographie éclatée du trompettiste, avant de vous rendre à la salle de concert pour une soirée qui s’annonce mémorable.

L'événement sur Facebook

ambroseakinmusire.com

Sa discographie

Ambrose Akinmusire avec les profs et étudiants de la faculté jazz de McGill

Mercredi le 20 mars 19h30

Université McGill - Salle Tanna Schulich
527 Sherbrooke O   
514-398-4547

Classe de maître :

Mardi le 19 mars 13h
Université McGill - Édifice Elizabeth Wirth
527 Sherbrooke O
--------------------
Benjamin Goron : benjamingoron@gmail.com
Facebook / twitter

 


La formation de jazz urbain AFJP lance Post Bop Pawn Shop au Upstairs (Montréal), dimanche le 24 mars et au Bar Ste-Angèle (Québec) les 22 et 23 mars.

AFJP Post Bop Pawn Shop 150x150.jpgAprès le succès de leur premier album (Dim Sum Jazz) et une série de plus de trente représentations à travers le Québec, la suite tant attendue du premier opus de la formation de jazz urbain AFJP est enfin arrivée : Post Bop Pawn Shop.

Dimanche le 24 mars 2019 aura lieu le lancement du 2ième album de la formation AFJP - diminutif de Annam’s Family Jazz Project - au prestigieux Upstairs, lieu culte du jazz à Montréal. Grosse fin de semaine pour cette formation qui fait de plus en plus parler d’elle ! Ils seront également en mode lancement à Québec au réputé Bar Ste-Angèle les vendredi 22 et samedi 23 mars. Ça augure bien pour ce nouvel opus si on se fie au succès du pré-lancement mémorable à La Petite Boîte Noire de Sherbrooke le 9 mars devant une salle comble!

Post Bop Pawn Shop nous présente un jazz adapté aux couleurs musicales actuelles et internationales comme en font foi les pièces Nicky’s Reggae Groove (reggae jazz), Used to Be A Bossa (bossa), Out Of Credit (jazz funk hip-hop) ou la pièce-titre Post Bop Pawn Shop (bebop jazz-fusion).

Par son mélange habile de jazz et d’autres genres musicaux (reggae, latin, funk, fusion, free jazz, hip-hop etc…), sans oublier des performances électrisantes sur scène, le groupe s’est construit un solide réseau de fans dans plusieurs villes du Québec notamment : La Brouërie - Sutton, Le Foubar - Québec, Le Balattou - Montréal, Le Quai des Brumes  - Montréal, Café Bar Zénob - Trois-Rivières, St-Graal - Ste-Thérèse, Le Zaricot – St-Hyacinthe, La Petite Boîte Noire – Sherbrooke, Le Loubards – Sherbrooke, sans oublier les événements comme le Jazz Fest de Sutton, le Off Fest de Sherbrooke et les Concerts de la Cité à Sherbrooke.

AFJP c'est Annam Nguyen (guitare et compositions), Thiago Ferté (sax), Jonathan Boudreau (basse) et Simon Bergeron (batterie).

« Excellent groupe de Jazz moderne, AFJP séduit le public du Foubar à chaque spectacle ! » - Lili Jodoin, Fou-Bar (Québec)

« Un band de feu ! » - Maxime Racicot, Brasserie Artisanale Saint-Graal (Ste-Thérèse)

« Du bon jazz fait par d’excellents musiciens » - Pierre Brouillette-Hamelin, Café Bar Zénob (Trois-Rivières)

« Surprenants – ils réinventent le jazz ! » Émilie Richard, ICI Première Estrie 101,1 FM

« Great CD ! Unique style of writing. Flavour and variety. Congratulations ! » - Mohammed Al-Khabyyr, tromboniste

« Les compositions du guitariste Annam Nguyen démontrent une maîtrise aussi bien dans l’afro-jazz, le jazz contemporain, le hardbop, le latin jazz et le jazz funk » - Sylvie Bergeron, CFLX 95,5 et présidente du Conseil de la culture de l’Estrie.

« Très bel album, dès la première écoute ! Sur la playlist de Coco Jazz ! » - Coco Jazz, CKVL 100,1 FM.

afjp.ca

Leur page Facebook, c'est ici

AFJP - lancement Post Bop Pawn Shop à Montréal et Québec :
Montréal, dimanche le 24 mars 19h30, 20h45 et 22h

Upstairs
- 1254 Mackay 514-931-6808

Sur Facebook

Québec, vendredi le 22 mars et samedi le 23 mars 20h

Bar Ste-Angèle - 26 Ste-Angèle 418-692-2171

Sur Facebook


TVJAZZ  17 octobre 2010
Jean-Nicolas Trottier Quartet à L'OFF Jazz 2010 - dimanche le 17 octobre, 2010


TVJAZZ  18 janvier 2013
Ranee Lee Quintet - Yesterdays - Centre Culturel Henri-Lemieux, le 18 janvier 2013


TVJAZZ  13 décembre 2013
L'Orchestre national de jazz de Montréal avec Ranee Lee - I've Got Whole World On A String - L'Astral, le 13 déc 2013


TVJAZZ  5 février 2014
Ron Di Lauro - Reno De Stefano Quartet - The Way You Look Tonight - Salle Serge-Garant, U de Montréal, le 5 fév, 2014


TVJAZZ  28 janvier 2016
Omar Sosa Erol Josué Neges Fla Vodoun - Yon Zanmi Vini Wem - Festival International de Jazz de Port-au-Prince, le 28 jan 2016


TVJAZZ  25 septembre 2016
Les Malcommodes + Sonia Johnson Ray Anderson Jacques Kuba Séguin André Leroux Jean Derome - Don't You Ever Give Up That Be-Bop - Chapelle historique du Bon-Pasteur, le 25 sept 2016


TVJAZZ  23 mars 2017
Rafael Zaldivar Afro-Cuban Revival - Obatala - Jazz en Rafale, le 23 mars 2017


TVJAZZ  5 décembre 2018
Rachel Therrien - Haydée Santamaria


TVJAZZ  7 mars 2019
Jazzlab Orchestra - Quintessence (Studio Piccolo) 7 mars 2019


Facebook Twitter Youtube