Sortiesjazznights.com

English

Annoncez | Contact

TOUTE L'ACTUALITÉ JAZZ DU QuÉBEC DEPUIS 2003

JazzBulletin   -   jeudi 20 septembre 2018 au mercredi 26 septembre 2018

Recevez gratuitement le JazzBulletin par courriel ou rss chaque jeudi!

Tous les événements jazz du QC dans les clubs, restos, concerts, bars, cafés et festivals !

RSS

Bulletin SJNPRO

Pour les musiciens
et professionnels
du jazz

La chanteuse jazz montréalaise Johanne Desforges lance son 5e album, "L’Essence du temps / Essence of Time", mercredi le 3 octobre au Upstairs.

essence-du-temps.jpgC’est entouré de Sam Kirmayer à la guitare, Jonathan Chapman à la contrebasse, Valérie Lacombe à la batterie et Julien Desforges au handpan que la chanteuse de jazz Johanne Desforges nous offre huit chansons originales en français et en anglais ainsi que des pièces du grand répertoire jazz américain. "L’Essence du temps / Essence of Time" c’est une ode à la vie, l’amour et la planète qui incite à s’arrêter et apprécier la vie.

Ranee Lee écrit :  « From the first song “Le Temps” of the recording we the listeners are awakened to the quality and sensibility of a melodious and evolving expedition of personal devotion to each tuneful performance of this entertaining voyage that we are about to take.  Johanne’s authentically unique style of interpretation, storytelling, phrasing and rhythmic poetry is evident and captured on a scale of its highest form in vivid and penetrating depths of sensations and defined in the narratives of original compositions, laced with intriguing exploration, while the more well-known traditional Jazz Standard are as captivating and imaginative, and seemingly being heard for the first time, supporting skillfully the “Essence of Time”. Inventive and crafted arrangements are shaped expertly by the accompanying musicians providing a harmonious structure of extraordinarily gifted contributions. There by creating virtuosity between vocal and instruments. It is a beautifully woven collaboration from start to mastering, presenting us with a truly gratifying listening experience. Here’s to the continued success of one of my favorite vocal jazz musician,  Johanne Desforges!  Bravo chère amie, Ranee Lee »

Vous êtes donc invités à venir célébrer "L’Essence du temps / Essence of Time", un disque rempli d’amour et de gratitude. Johanne Desforges chante le jazz depuis le début des années 80 et fut invité au Festival International de Jazz de Montréal à dix (10) reprises. Une artiste jusqu’au bout des doigts.
 
Pour voir la vidéo making of, c'est ici

Pour écouter un extrait, c'est ici

Pour l'événement sur Facebook, c'est ici

Pour en savoir plus, Johanne Desforges

Johanne Desforges lance "L’Essence du temps / Essence of Time"

Mercredi le 3 octobre 20h
Upstairs
1254 Mackay    
514-931-6808


Le coup d'envoi de L’OFF Festival de Jazz de Montréal avec le Ratchet Orchestra le 4 octobre et les Apéroffs avec Silvervest, Run and Hide, Hornet, Fryr-Tùk, Phantasmagoria de Cole Birney-Stewart, Alex Francoeur Group et le Plastic Waste Band du 5 au 14 octobre.

logo loff jazz_150x150.jpgDans le cadre de sa 19e édition, L’OFF Festival de Jazz de Montréal (L’OFF JAZZ) présentera du 4 au 13 octobre des projets visionnaires qui sauront piquer votre curiosité. Plus d’une centaine de musiciens d’ici et d’ailleurs se produiront dans 10 lieux inspirants de la métropole lors de 22 concerts, et ce, pour le plus grand plaisir des amateurs de jazz et des mélomanes. Que la fête commence!

Le Ratchet Orchestra donnera le coup d’envoi du festival le jeudi 4 octobre à 20 h au Cabaret du Lion d’Or. Reconnu internationalement, cet orchestre est un véritable creuset de l’avant-garde qui réunit les musiciens les plus créatifs de Montréal et le violoniste vancouvérois Joshua Zubot. C’est avec folie et rigueur que le leader Nicolas Caloia fournit des compositions avec une structure de base d’où émergent les improvisations solos et collectives, mettant en valeur les talents de ses membres. 30 $ : prix courant / 20 $ : étudiants, 65 ans et + et membres de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec.

Bien sûr, le festival est connu pour ses Apéroffs 5@7 au Dièse Onze afin de découvrir la relève jazz de Montréal et ses environs dans une ambiance chaleureuse : Silvervest le vendredi 5 octobre, Run and Hide le samedi 6 octobre, Hornet le dimanche 7 octobre, Fryr-Tùk le mercredi 10 octobre, Cole Birney-Stewart’s Phantasmagoria le jeudi 11 octobre, Alex Francoeur Group le vendredi 12 octobre, et enfin The Plastic Waste Band le samedi 13 octobre. Entrée à 5 $ (ou plus sur contribution volontaire).

Passeport disponible à 99 $ (prix courant) ou à 80 $ (pour les étudiants, les 65 ans et + et les membres de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec).

Rendez-vous sur loffjazz.com


Le groupe torontois Allison Au Quartet à la Sala Rossa jeudi le 11 octobre dans le cadre de L'OFF Jazz, édition #19, de retour après leur participation au Festi Jazz International de Rimouski.

Allison Au Quartet 150x150.jpgCT - Allison Au, vous avez beaucoup de succès avec votre groupe et votre musique (Junos 2013 et 2016, entre autres), sachant que "succès" en jazz n'est pas chose facile, est-ce que vous vous pincez pour vous assurer que vous ne rêvez pas?

AA - Je suis très reconnaissante pour toute le notoriété que le groupe reçoit. Je me sens très privilégiée pour tout le support, autant des auditeurs que des bourses gouvernementales qui ont permis au groupe de poursuivre un cheminement créatif enrichissant. Ceci étant dit, le succès est toujours un humble rappel qu'il faut continuer de travailler avec intensité. On doit toujours aller plus loin afin de poursuivre une démarche artistique. D'une certaine façon, je sens que ce n'est que le début du groupe.

CT - Vous étiez en nomination pour un Juno en 2013 pour The Sky Was Pale Blue, then Grey et avez gagné un Juno en 2016 pour Forest Grove, donc l'écriture est essentielle à votre musique...vous saviez assez tôt que l'écriture était importante pour vous?

AA - J'ai commencé à composer un peu sur le tard, et j'avais aucune opinion particulière concernant l'écriture de ma musique jusqu'a mes études collégiales a Toronto. C'est là que j'ai trouvé un mentor incroyable, le guitariste, vocaliste, compositeur et arrangeur cubain Luis Mario Ochoa. Il était mon prof d'ensemble pendant trois ans et il m'a vraiment encouragé à écrire ma musique. Je crois qu'au début je voyais ça comme une façon d'éviter les problèmes de droits musicaux si j'enregistrais des standards ou la musique des autres. Mais quand j'ai commencé à expérimenter avec la compo, j'ai réalisé que j'avais peu exploré mon identité musicale. Maintenant, mes compositions sont une immense partie de mon identité comme musicienne. Ma musique est aussi devenue un super tremplin qui me permet d'explorer des nouvelles idées pour le saxophone.

CT - Qu'est-ce qui t'a allumée au jazz plus jeune? Des morceaux ou musiciens spécifiques?

AA - Quand j'ai grandi, mon père avait une grande collection de CD et d'albums que j'ai exploré pendant des heures. Ça allait de Jimmy Cliff a Toumani Diabate, de Frank Sinatra a Ry Cooder, de The Pointer Sisters a Rachmaninov. Il avait une très belle collection d'albums de jazz. Et quand j'ai entendu Ella Fitzgerald chanter “Mack the Knife” de son album “Live in Berlin” la première fois, j'étais complètement estomaquée. Je n'avais jamais entendu quelqu'un chanter comme ça. J'étais subjuguée par la chaleur de sa voix et le jeu de la section rythmique. Et c'est ça qui m'a allumée au jazz. Tout ce que je voulais savoir c'était d'ou venait ces sons.

CT - Quelle influence a le public, le lieu et le son du lieu dans votre jeu? Autrement dit est-ce que vous jouez différement en concert et qu'est-ce qui vous influence le plus?

AA - Oui! Mais ça change toujours. C'est toujours agréable de jouer dans un lieu prévu pour le public. Généralement, ce sont de plus grandes salles ou des théâtres qui ont une meilleure acoustique et un ingénieur de son qui aidera le groupe à créer un environnement sonore idéal. Je me sens très confortable et inspiré de jouer dans ce genre de lieux. En même temps j'aime bien jouer dans des plus petits lieux (bars et clubs de jazz) car ils sont plus intimes and c'est plus facile de connecter avec le public. Ceci étant dit, ce sont souvent des endroits bruyants et ça peut m'empêcher de me pousser créativement. Dans ces cas, je me sens un peu en compétition avec les clients bruyants et ça peut être plus difficile de connecter avec la musique.

CT - Comment avez-vous connecté avec Todd Pentney (piano), Jon Marahaj (basse) et Fabio Ragnelli (batterie)?

AA - J'ai rencontré Todd et Fabio au Collège Humber de Toronto, où nous étions tous des étudiants en musique. On a étudié et gradué en même temps. J'ai rencontré Jon quelques années plus tard. Il jouait déjà beaucoup avec Fabio et nous avions plein d'amis en commun. C'était juste une question de temps avant qu'on se rencontre.

CT - Être de bon amis avec les membres du groupe aide à la cohésion?

AA - Oui, c'est sur! Je penses que ça fait qu'on a plus de plaisir à jouer ensemble, et c'est plus naturel. Comme on est des amis, on a un échange franc pendant nos répétitions. Je considère tous les commentaires constructifs de mes collègues afin de consolider mes compositions. Chaque membre est très impliqué dans le processus and ils aident tous vraiment dans la direction que prends la musique. Je crois qu'avoir une relation comfortable avec le groupe a permis à la musique d'atteindre de nouveaux sommets car on se fait confiance et c'est ouvert.

CT - On entendra quoi jeudi le 11 octobre dans le cadre de L'OFF Jazz? La musique de vos deux premiers albums ou celle que vous venez d'enregistrer en studio?

AA - On va jouer la toute nouvelle musique de notre album a venir, qui sera lancé cet automne.

CT - Parlez-nous d'un moment vraiment WOW!!! en jouant avec les musiciens du groupe, où d'autres...

AA - Quand je joue, je sens pas toujours que je vis un moment “wow” tellement je suis concentrée sur la musique et la connection avec les autres. Mais j'ai souvent des moments “wow” quand j'ai la chance de prendre un peu de recul et d'écouter la section rythmique. Par exemple, après mon solo, et que Todd commence le sien je suis vraiment ébahie par ce que les autres jouent. Souvent ce sont des sons et des textures que j'aurai jamais imaginé sur ma musique. Quand on joue une pièce qu'on joue depuis un certain temps, et que tout le monde se lance a fond, c'est là que ça deviens excitant. C'est dans ces moments-là que je suis en admiration devant mes collègues et la façon qu'ils donnent une vie à ma musique.

CT - Qu'est-ce que vous écoutez dans votre iPad ou voiture?

AA - Ces jours-çi j'écoute “At the Prelude” du Red Garland Trio, “Daquilo Que Eu Sei” de Ivan Lins et je revisite “Tenor Madness” de Sonny Rollins aussi. J'AIME Sonny et il y plein de solos iconiques sur cet album.
--------------------------------------------------------------------
La saxophoniste Allison Au, avec Todd Pentney au piano, Jon Marahaj à la basse et Fabio Ragnelli à la batterie.

Jeudi le 11 octobre 20h à L'OFF Jazz
La Sala Rossa
4848 St-Laurent
514-284-0122

Pour voir la vidéo EPK de l'album Forest Grove (2016), c'est ici

Pour en savoir plus, www.allisonau.com
-------------------------------------------------------------------
Entrevue : Claude Thibault, éditeur


Le saxophoniste Samuel Blais lance son nouvel opus, "Equilibrium", au Dièse Onze (Mtl) le 29 septembre et au Bar Ste-Angèle (Qc) les 21-22 septembre.

Samuel Blais Equilibrium 150x150.jpgAprès de multiples tournées en Europe, en Asie et en Amérique, de même que des collaborations avec certains des plus grands noms du jazz tels David Liebman, Larry Grenadier, Donny McCaslin, Dan Weiss, David Binney, Phil Woods, et plus, "Equilibrium", le nouvel album de Samuel Blais tombe à point. Inspiré de ses voyages et de ses nombreuses rencontres, ce nouvel album témoigne de l'incroyable maturité de l'artiste, du compositeur et du chemin parcouru depuis le disque Cycling, paru en 2014, co-produit avec l'ancien saxophoniste de Miles Davis, David Liebman.

Les thèmes se retrouvent à mi-chemin entre le classique contemporain, le jazz improvisé et le rock progressif. "Equilibrium" est un album qui trouve son équilibre et se promène entre mélodie, rythme, dualité, contrastes, intensité, fragilité et abandon total à la musique. Ceci n'est pas un disque de jazz, c'est le récit de quelques moments, quelques histoires, quelques instants de joie, de peine ou d'espoir, capturés dans la beauté de l'instant présent.

Musique d'aujourd'hui aux multiples sources et influences, les compositions de Samuel Blais sont vivantes et connectées à une énergie rassembleuse. Parfois fragiles et mélodiques tantôt intervaliques et ancrées dans le groove, ses oeuvres ne vous laisseront pas indifférent! Toujours en évolution, il nous propose le constat des choses dans la vérité du moment présent, au grand bonheur du curieux en vous. Oserez-vous écouter "Equilibrium" ?

From Hangzhou to Nanning / Imitation Game / Craig's List / Unconditional / Third Row / 12 Shades of NYC / Semi-Chubby / Ups and Downs / Spiral Vision

Enregistré aux Studio Piccolo les 22 et 23 janvier 2018.

Pour écouter un extrait YouTube de Spiral Vision, c'est ici

Samuel Blais – saxophone alto et baryton, composition
Jérôme Beaulieu – piano
Olivier Babaz – contrebasse
Alain Bourgeois – batterie

Venez entendre "Equilibrium" du Samuel Blais Quartet à Montréal et Québec dans les prochains jours...

Vendredi le 21 et samedi le 22 septembre - 20h30 @ Bar Ste-Angèle, 26 Ste-Angèle, Qc 418-692-2171
Samedi le 29 septembre - 19h @ Dièse Onze, 4115A St-Denis Mtl 514-223-3543

Pour ces événements sur FB : au Ste-Angèle, c'est ici, et au Dièse Onze, c'est ici

Pour en savoir plus, Samuel Blais

Pour sa page FB, c'est ici


CDJAZZ par Christophe Rodriguez

James Gelfand Trio - Ground Midnight

Le pianiste et compositeur James Gelfand est un pilier du jazz montréalais. Du guitariste Sonny Grennwich au contrebassiste Michel Donato et du chanteur Gino Vanelli a Merlin Factor, sa carrière jazz est riche avec une niche toute particulière pour la musique de films et de téléséries. Ground Midnight, clin d’œil au célèbre Round Midnight du compositeur et pianiste Thelonious Monk s’inspire autant du jazz que de la réécriture autour de son travail d’homme du 7e art. Disons-le tout de suite, nous sommes dans du solide, aux frontières de la composition et jazz ou bien des courants se côtoient, pour notre plus grand bonheur.

Écoutons un instant toute la beauté qui se dégage de Wanderley. Comme l’âme d’Éric Satie n’est pas très loin, vous comprendrez rapidement que dans l’esprit fusion des genres, James Gelfand est un maitre en la matière. Sur Ground Midnight, là encore, il fait preuve de finesse et d’intelligence. « Perdu dans la brume », il évoque autant l’atmosphère des heures entre chien et loup, comme toute la précision de cette composition qui a passé la barrière du temps. Entouré du contrebassiste Morgan Moore et du batteur Jim Doxas, il donne aussi une vraie leçon, sur ce que peut signifier l’art du trio, et je songe ici au regretté Randy Weston ainsi qu’à l’incontournable Bill Evans. Parlant d’un autre moment de réjouissance, le Caravan de Duke Ellington revu de façon toute simple, mais oh combien sensible. Une très belle réussite, comme nous aimerait en entendre plus souvent.

Caravan / Septaloupe Bay / Two Dozen Matters / Stone Circles / TransJiguration / Horizons / Ground Midnight / Wanderly

James Gelfand, piano
Morgan Moore, basse
Jim Doxas, batterie

Pour l'écouter et/ou l'acheter, Analekta, Archambault, Spotify, iTunes

Venez découvrir Ground Midnight avec le James Gelfand Trio, jeudi le 4 octobre 18h au Dièse Onze.

Christophe Rodriguez est également chroniqueur/blogueur jazz, classique et livres au Journal de Montréal

 


TVJAZZ  8 octobre 2011
Jean-François Groulx Trio - Serengeti à L'OFF Jazz 2011


Le East Coast Orchestra (E.C.O.), de la groove et de l’humour au Dièse Onze le samedi 22 septembre.

East Coast Ochestra 150x150.jpgVous n’avez sans doute jamais entendu parler du East Coast Orchestra (E.C.O.), et pour cause…Il s’agit d’un tout nouvel ensemble regroupant trois pièces maîtresses
  East Coast Orchestra homard 2.jpgde l’échiquier jazz montréalais : le pianiste et chanteur Steve Amirault, le bassiste Rémi-Jean LeBlanc et le batteur Greg Ritchie. Arborant un goéland sur leur logo - déjà adulé par ce homard annonciateur - vous aurez compris que ces trois compères ont misé avant tout sur la détente et le plaisir de jouer, éléments fondamentaux et pourtant parfois oubliés.

Originaire de Nouvelle-Écosse, Steve Amirault est passé par New York, Montréal et Toronto pour perfectionner son art. En 1991, il remporte le Concours de jazz du Festival International de jazz de Montréal. Depuis lors, il a décroché un prix Opus, deux prix Juno et plusieurs nominations à l’ADISQ et aux National Jazz Awards. Rémi-Jean LeBlanc et Greg Ritchie, originaires du Nouveau-Brunswick, sont des musiciens très en demande sur la scène locale, aussi actifs que créatifs, ce qui laisse présager un trio tonique à la groove contagieuse.

Samedi prochain, le Dièse Onze vibrera au son de la toute première prestation du East Coast Orchestra, mais il ne faut pas se fier aux apparences. Si le ton semble léger, il n’en sera rien du côté de la musique. Ces chirurgiens du jazz vont chasser l’ennui et soigner votre vague-à-l’âme subito presto !

East Coast Orchestra (E.C.O.)

Steve Amirault, piano et voix
Rémi-Jean LeBlanc, basse
Greg Ritchie, batterie

Leur page FB, c'est ici
La page FB de l'événement, c'est ici

Samedi le 22 septembre @ 18h

Dièse Onze
4115A St-Denis   
514-223-3543
--------------------
Benjamin Goron : benjamingoron@gmail.com
Facebook / twitter


TVJAZZ  6 juillet 2014
Emie R Roussel - La timbale et la fourmi - FIJM, le 6 juillet 2014


TVJAZZ  23 mars 2017
François Bourassa Quartet - Frozen - Jazz en Rafale, le 23 mars 2017


Facebook Twitter Youtube